Groupes d’élèves au collège : « C’est ce que veut le premier ministre, c’est ce que je veux », assure Nicole Belloubet

A la sortie des questions d’actualité au gouvernement du Sénat, la ministre de l’Education nationale, Nicole Belloubet est revenue sur l’officialisation d’une mesure controversée : la mise en place de groupes d’élèves en français et en math, en 6e et en 5e à la rentrée prochaine.
Rédaction Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Mesure phare du « choc des savoirs », cher à Gabriel Attal, un arrêté publié au Journal Officiel ce week-end détaille la mise en place de groupes de niveau au collège à la rentrée prochaine. Nicole Belloubet avait semblé, ces derniers jours plus, frileuse quant aux implications de cette réforme, préférant parler de « groupes de besoin » plutôt que de groupes de niveau » (lire notre article). « Nous allons mettre en place en 6e et en 5e en français et en math des enseignements en groupe qui répondront au niveau et au besoin des élèves », a-t-elle détaillé rappelant que « des temps en classe entière qui permettent le brassage des élèves » étaient prévus dans la limite de 10 semaines par an. « C’est ce que veut le premier ministre, c’est ce que je veux ».

La ministre a également répondu à quelques questions d’actualité, notamment sur le courrier de la sœur de Samuel Paty envoyé au Premier ministre Gabriel Attal, et à elle-même, demandant la reconnaissance de la responsabilité de l’Etat dans l’assassinat de son frère. « Nous sommes en train de la lire cette lettre et nous allons lui répondre », a-t-elle sobrement indiqué.

Après l’agression survenue vendredi dans un établissement près de Dijon, où un collégien de 15 ans a menacé avec un couteau sa principale et un agent, la ministre avait loué les procédures anti-intrusion qui ont sans doute permis de sauver des vies ». « Cela ne suffit pas. On a vu que parce que les personnels avaient été formés qu’ils ont acquis les bons réflexes dans le cadre de ces plans de mise en sûreté », s’est-elle félicitée.

Nicole Belloubet avait également reconnu le besoin de « constamment améliorer » la prise en charge des « élèves hautement perturbateurs ». « Ces dispositifs, il y en a qui existent comme des classes relais. C’est une réflexion que nous devons conduire pour que les enseignants aient face à eux des groupes d’élèves qui soient en capacité d’être instruits et d’être éduqués par nos enseignants », a-t-elle précisé.

 

 

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Paris Education Strike
9min

Éducation

Derrière la grève des profs en Seine-Saint-Denis, un ras le bol général contre « un sentiment de relégation »

Deux mois après le début du mouvement, l’intersyndicale enseignante appelait à une nouvelle journée de mobilisation ce lundi 22 décembre en Seine-Saint-Denis. Enseignants, syndicats et élus de gauche estiment que les solutions du gouvernement ne sont pas à la mesure des difficultés « hors normes » que connait le secteur de l’enseignement dans ce département.

Le

GABRIEL ATTAL arrivee du Premier Ministre a Nice
4min

Éducation

« Elèves décrocheurs » : Comment fonctionnent les internats éducatifs ? 

Ce lundi 22 avril, Gabriel Attal était en déplacement à Nice afin de lancer l’expérimentation d’un internat éducatif à destination d’élèves décrocheurs au sein de la cité scolaire du Parc impérial à Nice. Il s’agit pour le Premier ministre « d’investir la prévention pour éviter la délinquance. ». Aux côtés d’Éric Dupond-Moretti, ministre de la Justice, de Sabrina Agresti-Roubache, secrétaire d’Etat chargée de la Ville et de Sarah El Haïry, ministre déléguée chargée de l’Enfance, de la Jeunesse et des Familles, Gabriel Attal a explicité les conditions de mise en œuvre de cet internat.

Le

Groupes d’élèves au collège : « C’est ce que veut le premier ministre, c’est ce que je veux », assure Nicole Belloubet
4min

Éducation

« Je suis stupéfait par ce que j’ai entendu ! », l’audition de représentants des universités sur l’antisémitisme inquiète les sénateurs LR

Ce 10 avril, en ouverture de sa mission flash sur l’antisémitisme dans l’enseignement supérieur, le Sénat entendait le président de France Universités et une professeure de philosophie membre du Conseil des sages de la laïcité. Une audition qui semble avoir choqué plusieurs sénateurs de droite, qui dénoncent le « déni total » de l’institution face à la recrudescence des actes antisémites.

Le

Groupes d’élèves au collège : « C’est ce que veut le premier ministre, c’est ce que je veux », assure Nicole Belloubet
6min

Éducation

Laïcité à l'école : « Il y a une autocensure des enseignants sur les questions religieuses qui est beaucoup plus importante », remarque Iannis Roder

Clé de l’émancipation et condition de la liberté pour certains, jugée stigmatisante et liberticide par d’autres, la laïcité agite les passions. Les jeunes y sont-ils moins attachés ? Qu’en comprennent-ils ? Hania Hamidi, secrétaire générale de l’UNEF, Maxime Loth, responsable du Printemps Républicain à Sciences Po Paris, Valentine Zuber, historienne des idées et de la liberté religieuse et Iannis Roder, professeur d’Histoire-géographie dans un collège de Seine-Saint-Denis en ont débattu dans l’émission « Avoir 20 ans »

Le