Revalorisation du point d’indice des fonctionnaires : « Des annonces tout à fait significatives », défend Stanislas Guerini

Invité de notre matinale, Stanislas Guerini est revenu sur l’augmentation du point d’indice des fonctionnaires et a défendu des « annonces tout à fait significatives. » Le ministre de la Fonction publique entend par ailleurs ouvrir le chantier de la gestion des carrières des fonctionnaires.
Louis Mollier-Sabet

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

En avril dernier, l’INSEE estimait l’inflation à 5,9% sur l’année 2023, alors que celle-ci s’était déjà élevée à 5,2% en 2022. En réponse à cette spirale inflationniste, le gouvernement avait augmenté le point d’indice de 3,5 points en juillet 2022, « la plus forte augmentation du point d’indice depuis 37 ans », se félicite Stanislas Guerini, ministre de la Transformation et de la Fonction publiques. En termes nominal, effectivement, mais en termes réels, elle est comparable à celle de 2017, dernière revalorisation du point d’indice en date (0,6% pour 1% d’inflation).

 

2,5 points en deux fois, et une prime pour la moitié des fonctionnaires les moins payés

 

Cette année, la perte de pouvoir d’achat des fonctionnaires sera encore plus élevée, puisque Stanislas Guerini a annoncé une revalorisation du point d’indice d’1,5 point en juillet. Pour autant, le ministre défend des « annonces tout à fait significatives » : « Nous consacrons la même enveloppe budgétaire à l’augmentation des fonctionnaires que l’année dernière, mais en faisant différemment. L’inflation décélère au global mais touche en particulier les produits alimentaires et touche les plus bas salaires. Donc cette enveloppe sera consacrée à ça, avec 2,5% de point d’indice en deux fois, 1,5 point en juillet, et des distributions de points en janvier 2024, ainsi que – et c’est moins souvent évoqué – des distributions de points aux catégories C et début B. »

À ces augmentations du point d’indice s’ajoute « une prime pouvoir d’achat pour les agents du public, ciblée sur la première moitié des fonctionnaires, allant de 300 à 800 euros brut », insiste le ministre de la Fonction publique. Stanislas Guerini souhaite d’ailleurs, dans une négociation avec les syndicats sur des réformes plus « structurelles » de l’évolution des carrières, pérenniser cette logique de ciblage des « agents qui voient leur pouvoir d’achat rognés par l’inflation forte. »

Réforme de la gestion des carrières : rémunération au mérite, fluidité entre les catégories A,B et C

Plus généralement, le ministre a proposé aux syndicats de débuter « avant l’été » une négociation sur la « réforme des carrières », et « est prêt à y intégrer des éléments de politique salariale », qui dépasseront donc la question de l’inflation et de l’année 2023. À cet égard, le ministre « met sur la table des priorités », comme « poser la question de la rémunération à la performance – individuelle, comme collective. »

« Ça existe déjà, c’est timidement utilisé, je crois à des plans d’intéressement, cela peut permettre de récompenser la performance collective », veut croire le ministre, qui cite par exemple « l’atteinte de nos ambitions sur la transition écologique. » Stanislas Guerini veut ainsi « que le travail paie » : « Les agents que je vois toute la journée se décarcasser, ce sont eux qui tiennent le service public. Il faut que leur travail paye, et cela peut être de façon individuelle ou collective. »

Par ailleurs, le ministre souhaite que les fonctionnaires puissent « évoluer plus rapidement dans la fonction publique » et « que le fait d’acquérir des compétences soit mieux valorisé dans les carrières. » Plutôt que le fait de supprimer les catégories A, B et C, un temps évoqué, « ce qui pose des problèmes », pour le ministre, c’est la rigidité de ces catégories. « La façon dont on est entré dans la fonction publique fait que l’on est coincés. Pour le poste de secrétaire de mairie, on est recruté en catégorie C et pour pouvoir aller en catégorie B, il faut préparer un concours administratif, un peu éloigné avec la réalité quotidienne du métier. Je souhaite pouvoir faciliter ce passage. »

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Mon Compte Formation, 2eme anniversaire
6min

Emploi

Compte personnel de formation : le gouvernement va demander une participation des salariés

L’exécutif a confirmé la mise en place d’un ticket modérateur pour les utilisateurs du CPF, à hauteur de 10 % du coût d’une formation. Cette participation permettrait à l’État d’économiser environ 200 millions d’euros par an. À l’origine de cette décision : un article de l’avant dernière loi de finances, dont le décret d’application manque toujours à l’appel.

Le