« Ça brûle au Canada, ça brûle en Suède, on va tous brûler sauf si on fait des lois pour nous protéger sur le long terme », alerte cette eurodéputée suédoise 

Alors que début juin des records mondiaux de températures ont été relevés par le système européen de surveillance satellitaire Copernicus, comment l’Europe se prépare-t-elle à faire face aux incendies? Alors que la situation est déjà préoccupante dans plusieurs pays européens, l’Union européenne tente de mieux coordonner son action et ses moyens pour faire face aux feux de forêt qui se multiplient.
Marie Bremeau

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

L’Espagne est en alerte rouge depuis plusieurs mois déjà. Le pays détient le triste record de surfaces brûlées depuis le début de l’année, avec plus de 54 000 hectares contre 17 126 hectares sur la même période en 2022. Et la péninsule ibérique n’est pas un cas isolé, comme le relate Irène Tolleret, eurodéputée française (Renew) et vigneronne dans l’Hérault.  « Dans ma région [l’Occitanie], nous sommes en risque incendie toute l’année, 24h sur 24, 365 jours par an, ce qui n’était pas le cas il y a une dizaine d’années. »

Le centre et le nord de l’Europe aussi touchés

Et la situation préoccupante n’est plus circonscrite qu’au sud du vieux continent. « Là, en ce moment on voit que le centre et le nord de l’Europe sont aussi atteints d’un risque réel de feux de forêt », affirme Borja Migueles, chef d’unité adjoint au sein du centre de coordination de la réaction d’urgence. Il dirige notamment une cellule d’analyse constituée par des experts des Etats membres et des experts scientifiques « pour avoir un œil très précis et ciblé sur les feux de forêt de juin à septembre ».

« Les effets du changement climatique »

Dès 2018, même la Suède a connu des incendies hors de contrôle qui ont ravagé plus de 25 000 hectares. « Avant dans les pays nordiques, on ne connaissait pas [ces situations de risques d’incendie], et je pense que maintenant les gens se rendent vraiment compte des effets du changement climatique », soutient Malin Björk, eurodéputée suédoise (La Gauche).  « Parce que là, c’est la combinaison des températures beaucoup plus élevées, de manière plus soutenue, et du manque de pluie, donc la sécheresse. Tout ça ensemble fait qu’en Suède désormais il y a des périodes ou l’on doit arrêter les travaux avec des machines dans les forêts parce qu’il peut y avoir une petite étincelle et hop ça part en feu. »

Des bons outils grâce à l’UE

Ainsi pour affronter la période estivale, l’Union européenne a doublé la capacité de sa flotte de lutte contre les incendies avec 28 avions et hélicoptères au total. « C’est une flotte aérienne qui complète celles des Etats membres, et on la mobilise quand les capacités de chaque pays sont insuffisantes pour faire face à un feu de forêt ou à une accumulation de feux de forêt. On est aussi en train de développer des activités plus innovantes, comme le prépositionnement de pompiers dans différents pays, notamment cette année au Portugal en France et en Grèce », précise Borja Migueles. Une politique coordonnée saluée par Irène Tolleret. « Un incendie, on a un quart d’heure pour essayer de le circonscrire, sinon ça devient un incendie qui peut s’étendre. Donc le fait d’avoir des bons outils c’est essentiel et c’est grâce à l’UE. »

« C’est comme avoir des petits sparadraps pour une grande blessure »

Mais peut-on mieux prévenir pour ne pas guérir ? A cette question, l’élue de la gauche suédoise, Malin Björk répond clairement oui, et enjoint Bruxelles et les Etats membres à accentuer un peu plus leur politique de lutte contre le réchauffement climatique. « Si on n’ose pas s’attaquer aux problèmes de base, notamment le changement climatique, la biodiversité et la protection de la nature, alors là je pense que c’est comme avoir des petits sparadraps pour une grande blessure. Notre travail c’est de dire aux citoyens : on fait telle loi, telle loi et telle loi, qui vont protéger la nature et le climat et qui donc seront moins vulnérables aux feux. Ça brûle au Canada, ça brûle en Suède, on va tous brûler sauf si on fait des lois pour nous protéger sur le long terme. »

Revoir l’intégralité de l’émission en replay

Dans la même thématique

Convoi de l’eau : un final a Paris
4min

Environnement

Manifestations contre les mégabassines : « c’est inacceptable », selon le sénateur Bruno Belin

6000 à 8000 opposants aux mégabassines sont attendus ce week-end au Village de l’eau à Melle (Deux-Sèvres) et à Saint Sauvant (Vienne), épicentre de la lutte contre ces réserves de substitution contestées, près d’un an après les violents affrontements à Sainte-Soline en mars 2023. Deux manifestants s’étaient retrouvés dans le coma et une cinquantaine de gendarmes avaient été blessés. Au rassemblement à Melle au Village de l’eau s’ajoutent deux journées de manifestation ce vendredi à Saint Sauvant dans la Vienne où doit être érigée une bassine et au port de La Rochelle en Charente maritime samedi, désigné par les Soulèvements de la terre comme « le dernier maillon de la chaîne irriguée par les mégabassines ». Fervent défenseur des réserves de substitution, Bruno Belin, sénateur LR de la Vienne s’inquiète des éventuels débordements à venir lors de ces manifestations interdites par la préfecture.

Le

Morvan forets France – Forets du Morvan, France
6min

Environnement

Les forêts françaises face au défi climatique

Frappées par les sécheresses et les épidémies, nos forêts sont malades. Au point qu’elles pourraient, un jour, ne plus parvenir à jour leur rôle de « poumon vert », c’est-à-dire capter le CO2 que nous émettons. Face au dépérissement, pouvoirs publics et coopératives forestières misent sur la plantation d’essences plus adaptées au réchauffement climatique.

Le

ARQUES : INONDATIONS – ARQUES: FLOODING
7min

Environnement

Des « évolutions encourageantes », mais des « dérives de calendrier législatif » : on vous résume le rapport du Haut Conseil pour le climat

Ce mercredi 20 juin, le comité d’experts a rendu public son rapport 2024 intitulé « Tenir le cap de la décarbonation, protéger la population ». Si l’instance salue une trajectoire de décarbonation « cohérente », elle insiste cependant sur le nécessaire « changement d’échelle », face à la multiplication des aléas climatiques.

Le