Greta Thunberg exprime son soutien aux Soulèvements de la Terre

Après l’annonce de la dissolution du collectif « les Soulèvements de la Terre », une manifestation était organisée devant le Conseil d’Etat afin de contester une « dissolution politique ».
Henri Clavier

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le collectif s’est réuni, devant le Conseil d’Etat à 17 h 00, et a annoncé qu’il allait contester le décret de dissolution. Marine Tondelier avait déjà annoncé, ce 21 juin, la volonté de contester la légalité du décret devant la juridiction compétente, en l’occurrence le Conseil d’Etat. Le collectif écologiste est particulièrement critiqué depuis la manifestation de Sainte Soline, le 25 mars. Des manifestations contre les Maraîchers nantais en Loire-Atlantique et contre la construction de la ligne à grande vitesse Lyon Turin, auxquelles les Soulèvements de la Terre ont appelé à participer, ont ravivé les tensions autour du collectif.

Des soutiens importants

En plus de la présence de Marine Tondelier, secrétaire nationale d’EELV, de nombreux soutiens se sont réunis devant le Conseil d’Etat pour critiquer un précédent dangereux pour la démocratie. « Nous punissons l’alarme incendie pour son niveau sonore plutôt que ceux qui causent l’incendie », a déclaré Greta Thunberg présente pour soutenir les Soulèvements de la Terre. La militante suédoise identifie un « cas d’école » au travers de cette dissolution estimant que les actions écologistes sont durement réprimées. Des rassemblements de soutien doivent avoir lieu à partir de 19 h 00, devant les préfectures, dans plus de cent villes.

De manière générale, les responsables politiques de gauche craignent que l’existence de violence ne devienne un prétexte servant à dissoudre une association. Pour mémoire, la loi du 24 août 2021 confortant les valeurs de la République, autorise la dissolution d’une association ou d’un groupement de fait en raison d’agissements de l’un de ses membres. Néanmoins, cette responsabilité « par ricochet » n’est en rien automatique et, pour entraîner la dissolution, les agissements doivent être directement liés à l’activité du collectif.

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Greta Thunberg exprime son soutien aux Soulèvements de la Terre
9min

Environnement

« Face aux risques naturels, nous sommes toujours dans la réaction et jamais dans l’anticipation », déplore Sébastien Leroy, maire de Mandelieu

Interrogés ce matin par les sénateurs dans le cadre d’une table ronde sur le pouvoir d’agir des élus locaux face aux risques d’inondation, plusieurs élus ont alerté sur la multiplication et l’intensité des catastrophes naturelles, en particulier les inondations qui ont touché et qui touchent toujours de nombreux territoires de la métropole. De manière quasi unanime, ils dénoncent des processus administratifs lourds et coûteux, un manque de coordination entre les différents services de l’Etat ainsi qu’un statut juridique de l’élu local, aujourd’hui dépassé.

Le

Greta Thunberg exprime son soutien aux Soulèvements de la Terre
8min

Environnement

« Les objectifs climatiques de l’accord de Paris ne seront jamais atteints sans le concours plein du secteur privé » selon l'ONG Notre affaire à tous

Dans le cadre de la commission d’enquête sénatoriale sur les obligations de Total Energies, les sénateurs ont successivement auditionné ce lundi 26 février, des experts sur le devoir de vigilance des entreprises ainsi que les directeurs juridiques de l’ONG Notre affaire à tous, qui avaient notamment attaqué puis fait condamner l’Etat pour inaction en matière de lutte contre le réchauffement climatique dans l’Affaire du siècle. Si tous se sont accordés sur les « effets positifs » et la « base prometteuse » que constitue la législation française en matière de devoir de vigilance envers les entreprises, ils ont en revanche souligné la persistance des atteintes à ces obligations.

Le