Ian Brossat se « félicite » du résultat de la votation sur les SUV à Paris

Invité de Bonjour chez Vous ce lundi 5 février 2024, le sénateur communiste Ian Brossat est revenu sur la votation des Parisiens qui se sont exprimés à 54.55% en faveur du triplement des tarifs des stationnement des SUV. Pour le conseiller de la métropole du Grand Paris, ce résultat montre la « priorité » donnée par les Parisiens à l’environnement sur les voitures polluantes et « fait suite à des positions que les Parisiens ont toujours défendues comme la piétonisation des voies sur berges ou le développement des pistes cyclables ».
Alexis Graillot

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Ce dimanche, les électeurs parisiens étaient appelés aux urnes dans le cadre de la votation mise en place par la mairie de Paris portant sur le triplement de la tarification des SUV. A cette occasion, une majorité de votants s’est exprimée en faveur de ce projet, ce dont se « félicite » le sénateur communiste et conseiller de Paris, Ian Brossat.

Une faible participation

En dépit de ce résultat, seulement 5% des électeurs ont participé à ce scrutin. Pour autant, le porte-parole du Parti Communiste Français (PCF) estime qu’il existe une « légitimité claire » en faveur de ce résultat puisque « quasiment 80 000 parisiens se sont mobilisés ».
Interrogé également sur les critiques quant à l’impact éventuel de cette mesure sur les familles franciliennes ou de province souhaitant se rendre à Paris, Ian Brossat estime que « les utilisateurs de SUV sont pour la plupart du temps des hommes seuls », faisant référence à l’étude publiée par AAA Data en juin 2023 visant à dresser le profil-type des acheteurs de SUV. Selon les résultats de cette même étude, 88% des nouveaux acheteurs sont aisés ou très aisés, presque les ¾ sont des hommes et seulement 1% possèdent des revenus modestes.

Le logement, une bombe sociale en devenir ?

Le sénateur communiste est également revenu sur les derniers chiffres du logement en France, publiés au sein du dernier rapport de la fondation Abbé Pierre à quelques mois seulement des 70 ans de l’appel du fondateur du mouvement Emmaüs. Aux promesses de Gabriel Attal à l’occasion de son discours de politique générale de rendre plus accessibles les logements sociaux et intermédiaires aux classes moyennes, Ian Brossat pense au contraire que la priorité doit être donnée à la « production de nouveaux logements sociaux ».
Selon le porte-parole du PCF, il est nécessaire « d’arrêter de ponctionner les bailleurs sociaux » afin de leur permettre de « faire du logement neuf et de rénover le parc existant ».
Enfin, concernant l’envolée des prix des locations pendant la période des Jeux Olympiques, le conseiller de Paris se montre « évidemment » inquiet, notamment vis-à-vis du risque sur les locataires actuels, annonçant par ailleurs le dépôt d’une future proposition de loi visant à mettre en place une « trêve olympique » afin d’éviter les expulsions locatives sur cette période, en particulier dans les zones tendues.

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Ian Brossat se « félicite » du résultat de la votation sur les SUV à Paris
9min

Environnement

« Face aux risques naturels, nous sommes toujours dans la réaction et jamais dans l’anticipation », déplore Sébastien Leroy, maire de Mandelieu

Interrogés ce matin par les sénateurs dans le cadre d’une table ronde sur le pouvoir d’agir des élus locaux face aux risques d’inondation, plusieurs élus ont alerté sur la multiplication et l’intensité des catastrophes naturelles, en particulier les inondations qui ont touché et qui touchent toujours de nombreux territoires de la métropole. De manière quasi unanime, ils dénoncent des processus administratifs lourds et coûteux, un manque de coordination entre les différents services de l’Etat ainsi qu’un statut juridique de l’élu local, aujourd’hui dépassé.

Le

Ian Brossat se « félicite » du résultat de la votation sur les SUV à Paris
8min

Environnement

« Les objectifs climatiques de l’accord de Paris ne seront jamais atteints sans le concours plein du secteur privé » selon l'ONG Notre affaire à tous

Dans le cadre de la commission d’enquête sénatoriale sur les obligations de Total Energies, les sénateurs ont successivement auditionné ce lundi 26 février, des experts sur le devoir de vigilance des entreprises ainsi que les directeurs juridiques de l’ONG Notre affaire à tous, qui avaient notamment attaqué puis fait condamner l’Etat pour inaction en matière de lutte contre le réchauffement climatique dans l’Affaire du siècle. Si tous se sont accordés sur les « effets positifs » et la « base prometteuse » que constitue la législation française en matière de devoir de vigilance envers les entreprises, ils ont en revanche souligné la persistance des atteintes à ces obligations.

Le