Pénurie en eau : « Aujourd’hui le bonheur avec la maison, le jardin et la piscine ce n’est plus possible » lâche cet élu du sud

Face à une sécheresse exceptionnelle et au manque d’eau récurrent sur sa commune située dans le Var, le maire de Montauroux a suspendu en février dernier les permis de construire pour de nouvelles habitations pour les cinq ans à venir. Jean-Yves Huet justifie cette décision radicale et inédite dans l’émission Dialogue citoyen.
Marie Bremeau

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Avec les huit autres maires du territoire de Fayence, Jean-Yves Huet a décidé qu’il fallait tout arrêter net, ne plus accorder de nouveaux permis de construire. « On s’est donné 5 ans pour trouver cette nouvelle ressource en eau », affirme tristement celui qui depuis 2014 est à la tête élu maire de Montauroux.

Pas de pluie quasiment depuis trois ans

Depuis quelques années le joli village provençal aux allures de carte postale de 6500 habitants doit faire face à une situation alarmante. « On a qu’une seule source et depuis trois ans il n’a quasiment pas plu.  On avait quelques forages de secours, mais malheureusement les forages aussi ont des nappes phréatiques qui sont à sec. L’année dernière, on est passé juste à côté des coupures [d’eau]. Cette année, on a un déficit en eau, puisqu’on a un débit de la source qui se situe à peu près au niveau du mois de juillet. »

La fin de la maison avec jardin et piscine ?

La décision n’a pas été facile à prendre pour ce territoire attractif et touristique, mais il a bien fallu se rendre à l’évidence, Jean-Yves Het n’avait plus le choix. » Evidemment notre territoire c’est un territoire en pleine croissance, puisque la commune a doublé sa population en 30 ans. On a vécu de ça aussi. On est un territoire assez particulier, à proximité de Cannes, de Fréjus, de Saint- Raphaël et à partir de là, il y a tout un transfert de population, de gens qui imaginent le bonheur. Et j’ai envie de dire que c’est vrai que mon territoire c’est le bonheur avec la maison, le jardin et avec sa piscine. Aujourd’hui ce n’est plus possible tant que nous n’aurons pas trouvé une nouvelle ressource. »

Inventer des gestions démocratiques de l’eau

Conscient qu’il ne peut plus agrandir sa commune sans penser aux ressources il a décidé d’adapter le plan local d’urbanisme en fonction de l’eau disponible. Un changement de paradigme salué par le sénateur écologiste Daniel Breuiller. « C’est impossible de doubler la population d’un territoire indépendamment de la question de la ressource, il faut lier les documents d’urbanisme et les documents de gestion de l’eau, il y a là une question de bon sens. Vous êtes dans un territoire un peu paradisiaque et sans doute beaucoup de vos concitoyens ont des piscines. Dans une France à plus de 4 degrés tout le monde ne peut pas avoir deux maisons, une résidence secondaire avec piscine, ce n’est pas possible ! Ce n’est pas du tout être castrateur de dire ça, c’est faire un constat que si on fait ça, on le fait toujours au détriment d’autre. Il faut donc inventer des gestions démocratiques de l’eau. »

Fuite des canalisations : 25 à 30% de l’eau potable

Mais la décision de suspendre les permis de construire n’est pas une solution viable pour le sénateur du Cher (LR) Rémy Pointereau. « C’est une solution dans l’immédiat, mais à long terme je ne pense pas que cela puisse solutionner les problèmes pour la commune car il faudra bien qu’elle se développe. » Celui qui préside aussi la mission d’information sur la gestion durable de l’eau à la Haute-Assemblée cite d’autres pistes à explorer afin de résoudre les problèmes d’approvisionnement en eau. « Il faut essayer de limiter les canalisations qui fuient. On a un milliard de mètres cubes d’eau perdu chaque année, c’est 25 à 30% de la consommation totale d’eau potable. »

Jean-Yves Huet connait très bien la réalité des fuites des canalisations, mais le maire de Montauroux en rappelle le coût, « 1 km de tuyau à remplacer c’est entre 500 000 et 1 million d’euros, parce qu’il faut mettre un tuyau et ensuite refaire la route par-dessus. ». Et de conclure que « les petites communes à elles seules ne peuvent pas gérer les fuites… »

revoir l’intégralité de l’émission en replay

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Pénurie en eau : « Aujourd’hui le bonheur avec la maison, le jardin et la piscine ce n’est plus possible » lâche cet élu du sud
9min

Environnement

« Face aux risques naturels, nous sommes toujours dans la réaction et jamais dans l’anticipation », déplore Sébastien Leroy, maire de Mandelieu

Interrogés ce matin par les sénateurs dans le cadre d’une table ronde sur le pouvoir d’agir des élus locaux face aux risques d’inondation, plusieurs élus ont alerté sur la multiplication et l’intensité des catastrophes naturelles, en particulier les inondations qui ont touché et qui touchent toujours de nombreux territoires de la métropole. De manière quasi unanime, ils dénoncent des processus administratifs lourds et coûteux, un manque de coordination entre les différents services de l’Etat ainsi qu’un statut juridique de l’élu local, aujourd’hui dépassé.

Le

Pénurie en eau : « Aujourd’hui le bonheur avec la maison, le jardin et la piscine ce n’est plus possible » lâche cet élu du sud
8min

Environnement

« Les objectifs climatiques de l’accord de Paris ne seront jamais atteints sans le concours plein du secteur privé » selon l'ONG Notre affaire à tous

Dans le cadre de la commission d’enquête sénatoriale sur les obligations de Total Energies, les sénateurs ont successivement auditionné ce lundi 26 février, des experts sur le devoir de vigilance des entreprises ainsi que les directeurs juridiques de l’ONG Notre affaire à tous, qui avaient notamment attaqué puis fait condamner l’Etat pour inaction en matière de lutte contre le réchauffement climatique dans l’Affaire du siècle. Si tous se sont accordés sur les « effets positifs » et la « base prometteuse » que constitue la législation française en matière de devoir de vigilance envers les entreprises, ils ont en revanche souligné la persistance des atteintes à ces obligations.

Le