illustration loups gris.

Plan loup : après la déception des associations environnementales et des éleveurs, le Sénat va lancer une mission flash

La présentation du « plan loup » pour 2024-2029 qui a pour objectif de concilier les attentes du monde agro pastoral et les associations de défense de l’environnement, n’a finalement satisfait aucune des parties. Face à la déception, le sénateur de Haute-Savoie, Cyril Pellevat annonce le lancement d’une mission d’information pour auditionner l’ensemble des acteurs concernés et faire de nouvelles préconisations.
Simon Barbarit

Temps de lecture :

7 min

Publié le

Mis à jour le

« C’est compliqué de trouver un équilibre sur ce sujet qui est un peu passionnel », avait anticipé le ministre de l’agriculture invité sur Public Sénat, la semaine dernière. Marc Fesneau ne s’était pas trompé. La cinquième édition du « plan loup » pour 2024-2029 n’a pas satisfait les éleveurs confrontés à une recrudescence d’attaques de leur cheptel ces derniers mois et encore moins les associations écologistes qui ont claqué la porte, lundi, du groupe national loup (GNL), une instance consultative rassemblant les représentants du monde agricole, élus, bergers, chasseurs, espaces protégés, administrations et associations de protection de la nature.

Depuis le retour du loup en France au début des années 90, il y aurait en France 1 104 individus contre 921 l’année précédente. En 2016, une étude de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage et du Muséum national d’histoire naturelle avait évoqué le nombre de 500 loups pour garantir la viabilité de l’espèce.

Pari gagné donc, mais au grand dam des éleveurs qui ont déploré plus de 12 000 bêtes attaquées en 2022. Le plan dévoilé par le gouvernement prévoit un assouplissement des conditions de tirs pour les éleveurs, les chasseurs et les louvetiers, avec la possibilité d’utiliser du matériel de vision nocturne pour repérer l’animal. Le plan autorise également la possibilité d’avoir deux tireurs pour abattre l’animal après une attaque. Le plan précédent classifiait les tirs en deux sortes : les tirs de défense simple, réalisés par un tireur autour d’un troupeau ; et les tirs de défense renforcée, réalisés par plusieurs tireurs, pour abattre des loups après plusieurs attaques de troupeaux.

« L’Etat a suivi le narratif des syndicats de l’agriculture »

Pour Jean-David Abel, vice-président de France Nature Environnement, « l’Etat a suivi le narratif des syndicats de l’agriculture qui consiste à dire que si le loup va bien le pastoralisme va mal. Il y a pourtant une décorrélation complète entre l’augmentation du nombre de loups et le nombre d’attaques. Il y a eu une augmentation de 2 % des attaques entre 2017 et 2022 alors que la population de loups a triplé », met-il en avant.

Un autre point inquiète particulièrement les associations écologistes, c’est la réflexion autour « d’un reclassement de l’espèce actuellement « strictement protégée » à « protégée » au niveau international et européen. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, qui a vu un de ses poneys tué par un loup au mois de juin, a récemment qualifié les meutes de loups dans l’Union européenne de « réel danger », « pour le bétail et, potentiellement, pour l’homme ». La cheffe de l’exécutif européen a surtout ouvert la porte a une évolution du statut juridique du loup régit par la convention de Berne de 1979 et la directive « Habitats, faune, flore » de 1992.

Mais le plan du gouvernement renvoie cette réflexion sur un déclassement à 2025, bien trop tardif pour les éleveurs. « Il est urgent de demander, dès cette année, une révision du statut du loup dans la directive Habitats et dans la Convention de Berne », demandent dans un communiqué commun l’ensemble des représentants des syndicats agricoles dont la FNSEA et Jeunes agriculteurs. « La profession agricole demande de simplifier les tirs de défense et leur mise en œuvre, de supprimer le plafond de destruction de 19% et de permettre aux éleveurs et aux chasseurs formés de disposer d’armes équipées de lunettes à visée nocturne », demandent-ils.

« Il faut accélérer les mesures de régulation. Il y va de la survie du monde pastoral »

« Je comprends tout à fait la détresse des éleveurs. Ce plan est constitué de mesures à la marge mais qui ne prend pas en compte les enjeux locaux. En 2018, le loup était présent dans 38 départements, il l’est maintenant dans 53, l’espèce est en train de progresser. Il faut accélérer les mesures de régulation sans être contraint par des quotas. Il y va de la survie du monde pastoral », insiste, Dominique Estrosi Sassone, sénatrice LR des Alpes-Maritimes.

En France, un loup peut être abattu sous certaines conditions, notamment lorsque l’abattage ne nuit pas à l’espèce. Un arrêté a fixé un seuil de 19 % de loups pouvant être prélevé par an, soit environ 200. « C’est toute la malignité de ce plan. Qu’est ce qui va se passer si ce seuil est atteint au mois d’août ? On sait très bien que le gouvernement relèvera le plafond », s’inquiète Jean-David Abel.

« Il faut sortir de cette vision loup ou pas loup »

« C’est une réponse populiste qui apporte une vision uniquement comptable. Au lieu d’un plan loup, nous aurions besoin d’un plan de soutien au pastoralisme qui regrouperait la problématique du loup mais aussi de l’eau, du traité de libre-échange et de la concurrence de l’agneau de Nouvelle Zélande, de l’attractivité du métier de berger, du statut des chiens de protection… On tourne en rond sur le nombre de prélèvement alors que c’est très compliqué de savoir à l’unité près combien il y a de loups sur notre territoire. Il faut sortir de cette vision loup ou pas loup », souligne Guillaume Gontard président du groupe écologiste du Sénat.

Le sénateur de l’Isère plaide également pour un renforcement des effectifs de la brigade loup de l’Office français de la biodiversité (OFB) limités à une vingtaine d’effectifs. « Ils ne sont pas uniquement en charge de tuer des loups. Ils apportent aussi des connaissances et une expertise aux bergers », rappelle Guillaume Gontard.

Un rapport d’information du sénateur LR, Cyril Pellevat remis en 2018 préconisait la création de brigades loups régionales par massif afin de « développer les mesures alternatives aux tirs de prélèvement pour réapprendre aux loups à se méfier et à se tenir à l’écart des hommes ». Le sénateur de Haute Savoie, président du groupe d’étude sur le développement économique de la montagne a bien sûr pris connaissance de la déception chez l’ensemble des acteurs du nouveau plan loup. « Je vais refaire le travail que j’avais fait il y a quelques années, c’est-à-dire lancer une mission flash, auditionner l’ensemble des parties prenantes pour faire des préconisations, voir ce qui peut être amélioré à la marge », annonce-t-il à publicsenat.fr.

Lui aussi déplore le maintien du seuil de 19 % de loups pouvant être abattu. « Il faut qu’on se mette d’accord sur un nombre par département. Il faut revoir la méthodologie. Je comprends la désespérance des éleveurs. L’objectif n’est pas l’éradication de l’espèce bien sûr. Mais d’arriver à zéro attaque. Ma crainte c’est de voir un jour une attaque sur l’Homme ».

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Convoi de l’eau : un final a Paris
4min

Environnement

Manifestations contre les mégabassines : « c’est inacceptable », selon le sénateur Bruno Belin

6000 à 8000 opposants aux mégabassines sont attendus ce week-end au Village de l’eau à Melle (Deux-Sèvres) et à Saint Sauvant (Vienne), épicentre de la lutte contre ces réserves de substitution contestées, près d’un an après les violents affrontements à Sainte-Soline en mars 2023. Deux manifestants s’étaient retrouvés dans le coma et une cinquantaine de gendarmes avaient été blessés. Au rassemblement à Melle au Village de l’eau s’ajoutent deux journées de manifestation ce vendredi à Saint Sauvant dans la Vienne où doit être érigée une bassine et au port de La Rochelle en Charente maritime samedi, désigné par les Soulèvements de la terre comme « le dernier maillon de la chaîne irriguée par les mégabassines ». Fervent défenseur des réserves de substitution, Bruno Belin, sénateur LR de la Vienne s’inquiète des éventuels débordements à venir lors de ces manifestations interdites par la préfecture.

Le

Morvan forets France – Forets du Morvan, France
6min

Environnement

Les forêts françaises face au défi climatique

Frappées par les sécheresses et les épidémies, nos forêts sont malades. Au point qu’elles pourraient, un jour, ne plus parvenir à jour leur rôle de « poumon vert », c’est-à-dire capter le CO2 que nous émettons. Face au dépérissement, pouvoirs publics et coopératives forestières misent sur la plantation d’essences plus adaptées au réchauffement climatique.

Le

ARQUES : INONDATIONS – ARQUES: FLOODING
7min

Environnement

Des « évolutions encourageantes », mais des « dérives de calendrier législatif » : on vous résume le rapport du Haut Conseil pour le climat

Ce mercredi 20 juin, le comité d’experts a rendu public son rapport 2024 intitulé « Tenir le cap de la décarbonation, protéger la population ». Si l’instance salue une trajectoire de décarbonation « cohérente », elle insiste cependant sur le nécessaire « changement d’échelle », face à la multiplication des aléas climatiques.

Le