Projet pétrolier à la Teste-de-Buch : « On ne mène pas la bataille du climat en signant des armistices avec ceux qui le détruisent »

Lors des questions d’actualité au gouvernement, le sénateur écologiste, Yannick Jadot a interpellé le gouvernement sur le projet contesté de forages pétroliers à la Teste-de-Buch, près d’Arcachon (Gironde).
Rédaction Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

C’est d’abord en rendant hommage à l’eurodéputé écologiste, Michèle Rivasi, décédée brutalement ce mercredi, que le sénateur écologiste, Yannick Jadot a posé sa question au gouvernement. « Nous nous dirigeons vers un réchauffement planétaire de 3 degrés, deux fois plus que les engagements pris à Paris en 2015. L’effondrement climatique a commencé. L’humanité est en train de se suicider », a lancé l’ancien candidat à l’élection présidentielle reprenant les mots du secrétaire général des Nations Unies. « Pour les Nations Unies, pour les scientifiques du GIEC, une seule solution maintenant : engager la sortie des énergies fossiles, en commençant par stopper tout nouveau projet de charbon, de pétrole, de gaz », a-t-il souligné.

Or, un projet contesté de forages pétroliers du groupe canadien Vermilion Energy à la Teste-de-Buch, près d’Arcachon (Gironde), a reçu lundi un avis favorable à l’issue de l’enquête publique, alors que l’exploitation d’hydrocarbures va être progressivement interdite en France d’ici 2040. « Là même où 7 000 hectares de forêts sont partis en fumée l’année dernière du fait des gigantesques incendies ».

« Dire qu’on va sortir des énergies fossiles, c’est bien. Regarder comment on fait, c’est mieux »

Pour lui répondre, le ministre de la Transition écologique, Christophe Béchu a d’abord rappelé que l’interdiction de tout nouveau projet d’hydrocarbure sur son sol au plus tard en 2040, était issue d’une loi, prise sous le premier quinquennat d’Emmanuel Macron. « Ce que vous évoquez à la Teste-de-Buch, c’est un renouvellement de concession. Il n’est pas aujourd’hui empêché par la loi […] Dire qu’on va sortir des énergies fossiles, c’est bien. Regarder comment on fait, c’est mieux. Ça suppose de s’appuyer sur deux piliers : accélérer les énergies renouvelables et relancer un programme nucléaire », a-t-il développé en reprochant à Yannick Jadot d’adopter une « position idéologique de refus du nucléaire ».

« L’Etat français a déjà été condamné deux fois pour inaction climatique. Il y aura peut-être une troisième » a répondu Yannick Jadot. Il a ensuite cité Total énergie qui « est au second rang mondial des énergéticiens qui vont le plus investir sur le pétrole, BNP Paribas et le Crédit Agricole qui font partie du top 10 des banques qui financent le plus ces bombes climatiques. Il est temps de les sanctionner », a-t-il appelé en évoquant la suppression des aides publiques et une taxation de leurs superprofits. « On ne mène pas la bataille du climat en signant des armistices avec ceux qui le détruisent », a-t-il conclu.

 

 

 

 

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Projet pétrolier à la Teste-de-Buch : « On ne mène pas la bataille du climat en signant des armistices avec ceux qui le détruisent »
8min

Environnement

« Les objectifs climatiques de l’accord de Paris ne seront jamais atteints sans le concours plein du secteur privé » selon l'ONG Notre affaire à tous

Dans le cadre de la commission d’enquête sénatoriale sur les obligations de Total Energies, les sénateurs ont successivement auditionné ce lundi 26 février, des experts sur le devoir de vigilance des entreprises ainsi que les directeurs juridiques de l’ONG Notre affaire à tous, qui avaient notamment attaqué puis fait condamner l’Etat pour inaction en matière de lutte contre le réchauffement climatique dans l’Affaire du siècle. Si tous se sont accordés sur les « effets positifs » et la « base prometteuse » que constitue la législation française en matière de devoir de vigilance envers les entreprises, ils ont en revanche souligné la persistance des atteintes à ces obligations.

Le

Suisse Normande Calvados
6min

Environnement

Agriculture : un texte pour préserver la santé de nos sols rejeté par le Sénat

Les sénateurs de droite et du centre ont rejeté la proposition de loi socialiste sur la préservation des sols vivants ce jeudi 15 février. Ils préfèrent attendre l'adoption d'une directive européenne sur le sujet, actuellement en discussion à la Commission européenne. Aujourd'hui, 61% des sols continentaux européens sont en « mauvaise santé » et 98% des terres agricoles françaises seraient contaminées par les pesticides.

Le