Chargement batterie voiture electrique

Voitures électriques : pourquoi le gouvernement met-il fin au leasing social ?

Victime de son succès, l’Elysée a annoncé mettre fin au « leasing électrique » ou offre de location de longue durée de voitures électriques à 100 euros pour mois. Raison invoquée ? Un dispositif « victime de son succès » selon Roland Lescure, ministre délégué chargé de l'Industrie et de l'Énergie. Retour sur l’ascension fulgurante d’une mesure lancée le 1er janvier dernier, qui devrait cependant faire son retour l’année prochaine.
Alexis Graillot

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Un mois et puis s’en va. Annoncé en grandes pompes par le président de la République le 14 décembre dernier, le palais présidentiel a décidé de mettre fin au dispositif permettant à une partie des ménages, celui-ci « ayant dépassé » l’objectif initialement fixé.

Pour rappel, le leasing électrique permettait, selon le site du Ministère de la Transition écologique et de la cohésion des territoires, de « bénéficier d’un véhicule sans devoir en faire l’acquisition, en payant des loyers mensuels ». Lorsque le contrat arrive à son terme, celui-ci ayant une durée minimum de 3 ans, renouvelable une fois, deux possibilités s’offrent alors au locataire : la restitution du véhicule ou son achat à hauteur de sa valeur résiduelle, en d’autres termes, son montant une fois le contrat arrivé à échéance. En cela, cette opération ne doit pas être confondue avec la location de longue durée (LLD) qui n’offre pas la possibilité pour le locataire d’acheter le véhicule concerné une fois le contrat expiré.

 

50 000 bénéficiaires pour cette année

 

Bénéficiant potentiellement à la moitié des ménages actifs, l’exécutif avait cependant dans un premier temps, décidé de le réserver à environ « 20 000 à 25 000 bénéficiaires ». Pour pouvoir candidater à ce dispositif d’aide à la conversion, plusieurs conditions étaient requises : un revenu fiscal de référence inférieur à 15 400 euros par part, un domicile situé à plus de 15 kilomètres du lieu de travail à condition de s’y rendre avec sa voiture personnelle, des trajets domicile-travail ou dans le cadre de l’activité professionnelle supérieurs à 8000 kilomètres par an.

En seulement un mois, près de 100 000 demandes avaient été enregistrées, parmi lesquelles 50 000 d’entre elles, validées. Alors que l’aide de l’Etat était prévue à hauteur de 300 millions d’euros, soit environ 13 000 euros par véhicule directement financés par les pouvoirs publics, ce chiffre devrait doubler face à l’afflux de demandes.

 

« Toutes les commandes passées jusqu’à ce jour seront honorées »

 

Ces derniers jours, plusieurs distributeurs avaient alerté l’exécutif sur les éventuelles conséquences financières suscitées par le dépassement des quotas d’autant plus que la situation de marché pourrait s’avérer bien différente à l’issue du contrat, rendant une potentielle deuxième location complexe. D’autres concessionnaires étaient allés encore plus loin en décidant d’arrêter purement et simplement les modèles éligibles à l’aide à la location.

Pour autant, pour le gouvernement, il n’est pas question de limiter le nombre de bénéficiaires aux 25 000 prévus initialement. « Toutes les commandes passées jusqu’à ce jour seront honorées » promet-on du côté de l’exécutif.

 

« Accélérer, accélérer, accélérer » … tout en produisant français

 

Invité ce dimanche 11 février chez nos confrères de France 3, le ministre délégué chargé de l’Industrie et de l’Énergie, Roland Lescure, avait déjà laissé sous-entendre la mise sur pause du dispositif, qui devrait cependant reprendre de la vigueur fin 2024 ou en début d’année 2025. Selon le ministre, « ça va un peu plus vite que ce qu’on avait pensé. On va peut-être ralentir un petit peu, se donner le temps de produire français, et ensuite accélérer, accélérer, accélérer… ». « Fin d’année ou début d’année prochaine, je reviendrai vous dire » a conclu le ministre.

 

Quelles aides désormais ?

 

Si l’opération « leasing » est suspendue pour cette année, il est toujours possible de se procurer un véhicule électrique à moindre coût, en premier lieu grâce au bonus écologique pouvant aller jusqu’à 7000 euros pour les ménages les plus modestes. Les conditions de cette aide ont néanmoins été revues à la baisse cette année pour ne s’appliquer qu’aux véhicules produits en Europe.

La prime à la conversion, à savoir le remplacement d’un véhicule ancien et polluant par un véhicule plus récent s’offre également comme une autre possibilité à conditions de remplir plusieurs critères. Tout d’abord, l’automobile doit être un véhicule diesel dont la date de première immatriculation est antérieure à 2011 ou un véhicule essence ont la date de première immatriculation est antérieure à 2006. De plus, le propriétaire doit détenir le véhicule depuis plus d’un an. En outre, le véhicule est immatriculé en France et non gagé. Enfin, il devra être détruit dans un centre agréé entre 3 mois avant et 6 mois après l’achat de votre nouveau véhicule.

Dans la même thématique

Voitures électriques : pourquoi le gouvernement met-il fin au leasing social ?
9min

Environnement

« Face aux risques naturels, nous sommes toujours dans la réaction et jamais dans l’anticipation », déplore Sébastien Leroy, maire de Mandelieu

Interrogés ce matin par les sénateurs dans le cadre d’une table ronde sur le pouvoir d’agir des élus locaux face aux risques d’inondation, plusieurs élus ont alerté sur la multiplication et l’intensité des catastrophes naturelles, en particulier les inondations qui ont touché et qui touchent toujours de nombreux territoires de la métropole. De manière quasi unanime, ils dénoncent des processus administratifs lourds et coûteux, un manque de coordination entre les différents services de l’Etat ainsi qu’un statut juridique de l’élu local, aujourd’hui dépassé.

Le

Voitures électriques : pourquoi le gouvernement met-il fin au leasing social ?
8min

Environnement

« Les objectifs climatiques de l’accord de Paris ne seront jamais atteints sans le concours plein du secteur privé » selon l'ONG Notre affaire à tous

Dans le cadre de la commission d’enquête sénatoriale sur les obligations de Total Energies, les sénateurs ont successivement auditionné ce lundi 26 février, des experts sur le devoir de vigilance des entreprises ainsi que les directeurs juridiques de l’ONG Notre affaire à tous, qui avaient notamment attaqué puis fait condamner l’Etat pour inaction en matière de lutte contre le réchauffement climatique dans l’Affaire du siècle. Si tous se sont accordés sur les « effets positifs » et la « base prometteuse » que constitue la législation française en matière de devoir de vigilance envers les entreprises, ils ont en revanche souligné la persistance des atteintes à ces obligations.

Le

La sélection de la rédaction

Voitures électriques : pourquoi le gouvernement met-il fin au leasing social ?
3min

Environnement

Ian Brossat se « félicite » du résultat de la votation sur les SUV à Paris

Invité de Bonjour chez Vous ce lundi 5 février 2024, le sénateur communiste Ian Brossat est revenu sur la votation des Parisiens qui se sont exprimés à 54.55% en faveur du triplement des tarifs des stationnement des SUV. Pour le conseiller de la métropole du Grand Paris, ce résultat montre la « priorité » donnée par les Parisiens à l’environnement sur les voitures polluantes et « fait suite à des positions que les Parisiens ont toujours défendues comme la piétonisation des voies sur berges ou le développement des pistes cyclables ».

Le

Santé : Le Sénat va lancer une mission d’information sur les mutuelles
6min

Parlementaire

Le Sénat veut réduire de 500 millions d’euros les aides aux voitures électriques pour éviter de « subventionner » la production chinoise

Les sénateurs soutiennent le bouclier tarifaire sur l’énergie, mais veulent l’augmenter de 120 millions d’euros pour aider les « utilisateurs de bois et de fioul ». Alors que le gouvernement est accusé de ne pas aider assez la SNCF, un amendement prévoit d’augmenter de 150 millions d’euros les crédits pour la rénovation des lignes.

Le

China: BYD Electric Car Store
7min

Économie

L’Union européenne lance une enquête sur les subventions aux voitures électriques chinoises, qu’est-ce que cela va changer ?

Ce mercredi matin, Ursula von der Leyen a annoncé le lancement d’une enquête visant les subventions publiques chinoises sur ses véhicules électriques. Résultat d’une stratégie industrielle et commerciale agressive, la rapide ascension de la Chine sur le marché des voitures électriques inquiétait les Européens, au premier rang desquels la France. Elle militait pour une réponse forte de l’Union, un moment combattue par l’Allemagne. Décryptage des enjeux qui entourent cette annonce.

Le