Paris: Campaign posters for the 2024 European elections

Européennes 2024 : à quoi ressemblera le corps électoral pour le scrutin du 9 juin ?

Une étude de l’Insee lève le voile sur la composition du corps électoral pour les élections européennes du 9 juin, en augmentation par rapport à 2019 avec 49,5 millions de personnes inscrites sur les listes électorales. Les Portugais représentent la part la plus importante du contingent d’électeurs étrangers, les citoyens d’autres pays de l’UE établis en France ayant aussi la possibilité de participer au scrutin.
Romain David

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Les Français en âge de voter avaient jusqu’au vendredi 3 mai pour s’assurer qu’ils étaient bien inscrits sur les listes électorales en prévision des élections européennes. À quelques dérogations près, notamment pour ceux qui fêteront leur 18e anniversaire entre cette date et celle du scrutin, le 9 juin prochain, ou pour ceux amenés à déménager à la dernière minute pour un motif professionnel.

Selon un pointage de l’Insee publié ce jeudi 30 mai, 49,5 millions de personnes sont actuellement inscrites sur les listes électorales, soit 95 % des Français en âge d’exercer leur droite de vote. Un chiffre en augmentation par rapport au précédent scrutin, en 2019, avec 2,2 millions d’électeurs supplémentaires. Ce sont 536 500 personnes de plus depuis l’élection présidentielle de 2022, « une progression liée aux évolutions démographiques, les inscriptions automatiques de jeunes ayant atteint l’âge de 18 ans ont été plus nombreuses que les décès », explique l’Insee. Par ailleurs, 2,6 millions d’électeurs ont engagé une démarche volontaire d’inscription.

1,6 million de personnes sont inscrites sur l’une des 213 listes consulaires, car résidant à l’étranger. Les villes de Genève, Londres, Bruxelles, Montréal et Tel-Aviv comptent le plus grand nombre d’électeurs français en dehors de nos frontières.

1,1 million de ressortissants européens installés en France

Particularité de cette élection : les ressortissants des autres pays membres de l’Union européenne domiciliés en France ont la possibilité de s’inscrire sur « les listes électorales complémentaires » de leur commune pour participer au scrutin. Cette année, 296 000 ressortissants européens qui n’ont pas la nationalité française auront donc la possibilité d’aller voter. Un chiffre relativement bas au regard des 1,1 million de citoyens européens majeurs établis en France.

Les Portugais sont la nationalité la plus représentée au sein du contingent d’électeurs étrangers, avec 88 500 ressortissants inscrits, suivent les Belges (42 100), les Italiens (39 800), les Allemands (30 200) et les Espagnols (27 500).

Sur l’ensemble du corps électoral, les femmes sont un peu plus nombreuses que les hommes avec 25 729 484 d’électrices contre 23 610 230 d’électeurs. Au 1er avril, la tranche d’âge 40-54 ans était la plus représentée avec 10,6 millions d’électeurs, suivit de près par les 25-39 ans (10,3 millions). En revanche, ils ne sont que 5,2 millions dans la tranche 18-24 ans et seuls 3,7 millions d’électeurs ont plus de 80 ans.

Dans la même thématique

Paris : Immigration bill at Constitutional Council
3min

Institutions

Législatives : le Conseil constitutionnel rejette les recours demandant le report des élections

Sans surprise, la haute juridiction n’a pas donné suite aux différentes demandes qui souhaitaient faire annuler le scrutin. Dans la ligne de mire des différents requérants, figuraient notamment la méconnaissance de l’article 12 de la Constitution qui impose un délai minimal pour l’organisation des élections législatives anticipées, mais également le gel des listes électorales au 9 juin 2024, soit le soir même du décret de convocation des élections. Des griefs que le Conseil constitutionnel a écartés.

Le

Paris : Illustrations vote elections europeennes 2024
3min

Institutions

Législatives 2024 : vers un nombre record de procurations ?

Depuis l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale, les demandes de procuration ont explosé, indique le ministère de l’Intérieur. Des chiffres en forte hausse, alors que la participation aux élections ne cesse de baisser.

Le

Cabinets de conseil : la proposition de loi du Sénat « dévitalisée » à l’Assemblée nationale, selon le sénateur Arnaud Bazin
9min

Institutions

Dissolution de l’Assemblée : quels sont les cinq précédents sous la Ve République ?

Après la lourde défaite de la majorité aux élections européennes, le président de la République a annoncé, dans une allocution solennelle de 5 petites minutes, dissoudre la chambre basse du Parlement, annonçant dans la foulée la convocation de nouvelles élections législatives, les 30 juin et 7 juillet prochains. Le mécanisme, déclenché à cinq reprises depuis 1958, n’a cependant pas toujours été couronné de succès pour le pouvoir en place. Retour sur ces cinq précédents.

Le