Européennes : « la montée de l’extrême droite ne changera pas les équilibres au Parlement européen » 

En visite d’Etat en Allemagne, Emmanuel Macron a tenté de contrer la montée annoncée de l’extrême droite aux élections européennes. Une poussée eurosceptique qui ne devrait malgré tout pas remettre en cause la majorité actuelle au Parlement européen. On en parle dans le débat de l’émission Ici l’Europe, sur France 24 et Public Sénat.
Alexandre Poussart

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Les mots sonnent comme une alerte. A moins de 15 jours des élections européennes, Emmanuel Macron en visite d’Etat en Allemagne a tenté de mobiliser le camp des pro-européens face au péril, que constitue selon lui la montée de l’extrême droite.  Le 27 mai, depuis Dresde, le président français a appelé à un “réveil démocratique” face à la « tyrannie des extrêmes ». Une alerte lancée alors qu’en France la liste du Rassemblement national est donnée à plus de 30% dans les intentions de vote, et que dans de nombreux européens, comme en Italie, les partis d’extrême droite bénéficient de bons sondages.

Une dynamique politique à relativiser

« Si on regarde les projections, la montée de l’extrême droite ne va pas changer les équilibres politiques au Parlement européen », assure Christophe Préault, directeur de la rédaction du site d’information Toute l’Europe, spécialisé dans les questions européennes. « Les deux groupes de droite eurosceptique Identité et démocratie (composé des députés du RN) et les Conservateurs Réformistes Européens vont certes gagner des sièges mais les groupes pro-européens (Parti populaire européen, Renew Europe, Sociaux-démocrates et les Verts) devraient glaner au total 450 sièges, ce qui permettra de former une majorité. »

A quoi va ressembler la majorité au Parlement européen ?

Une majorité actuelle (PPE, Renew et Sociaux-démocrates) qui pourrait néanmoins être obligée de s’élargir, à sa gauche chez les Verts, ou alors à sa droite. L’actuelle présidente de la Commission européenne, l’Allemande Ursula Von der Leyen, candidate du PPE à sa succession, ne ferme d’ailleurs pas la porte au groupe de droite radicale des Conservateurs Réformistes Européens (CRE), qui accueille notamment les députés italiens de Fratelli d’Italia, le parti de Giorgia Meloni, la cheffe du gouvernement italien, avec qui elle entretient de bonnes relations. « Giorgia Meloni veut montrer qu’elle est constructive au sein du Conseil européen qui réunit les Etats-membres de l’Union européenne, elle joue le jeu des 27 », explique Lucile Bréhaut, responsable du pôle Europe du site d’information Contexte. Mais une alliance avec les députés de Giorgia Meloni n’est pas vue d’un bon œil de la part des sociaux-démocrates, deuxième force politique du Parlement européen.

Recomposition de l’extrême droite en vue à venir

Autre option pour Giorgia Meloni au soir des européennes, former un « super groupe » d’extrême droite en fusionnant les troupes de son groupe CRE avec celles d’Identité et démocratie. Une fusion souhaitée par Marine Le Pen, mais les deux groupes divergent depuis des années sur la question des relations avec la Russie, du soutien à l’Ukraine ou encore les solutions à apporter à la question migratoire.

Pour ne rien arranger, la récente exclusion du parti d’extrême droite allemand l’AFD, après les propos révisionnistes de sa tête de liste Maximilian Krah, selon lesquels « les SS n’étaient pas tous automatiquement des criminels », fragilise le groupe ID. « Pour former un groupe au Parlement européen, il faut 23 députés et 7 pays. Le groupe Identité et démocratie détenait seulement 59 députés mais représente seulement 7 pays avec l’Allemagne donc il y aura sans doute une recomposition de l’extrême droite au Parlement européen », annonce Christophe Préault.

 

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Cabinets de conseil : la proposition de loi du Sénat « dévitalisée » à l’Assemblée nationale, selon le sénateur Arnaud Bazin
9min

Institutions

Dissolution de l’Assemblée : quels sont les cinq précédents sous la Ve République ?

Après la lourde défaite de la majorité aux élections européennes, le président de la République a annoncé, dans une allocution solennelle de 5 petites minutes, dissoudre la chambre basse du Parlement, annonçant dans la foulée la convocation de nouvelles élections législatives, les 30 juin et 7 juillet prochains. Le mécanisme, déclenché à cinq reprises depuis 1958, n’a cependant pas toujours été couronné de succès pour le pouvoir en place. Retour sur ces cinq précédents.

Le

Européennes : « la montée de l’extrême droite ne changera pas les équilibres au Parlement européen » 
6min

Institutions

Accord sur l’autonomie de la Corse : « Dans ma famille politique, on m’a dit : tu trahis », rapporte Gilles Simeoni

Le président du conseil exécutif de Corse, Gilles Simeoni était auditionné par la mission d’information du Sénat sur l’avenir institutionnel de l’île. Il est revenu sur l’accord conclu en mars entre le gouvernement et une majorité d’élus corses autour d’un projet d’« écriture constitutionnelle » ouvrant la voie à ce statut d’autonomie.

Le

Paris: Campaign posters for the 2024 European elections
3min

Institutions

Européennes 2024 : à quoi ressemblera le corps électoral pour le scrutin du 9 juin ?

Une étude de l’Insee lève le voile sur la composition du corps électoral pour les élections européennes du 9 juin, en augmentation par rapport à 2019 avec 49,5 millions de personnes inscrites sur les listes électorales. Les Portugais représentent la part la plus importante du contingent d’électeurs étrangers, les citoyens d’autres pays de l’UE établis en France ayant aussi la possibilité de participer au scrutin.

Le