FR, Constitutional Council, Pension reform, Conseil constitutionnel, Palais-Royal

Index et CDI seniors, avantages pour les policiers… ces « cavaliers sociaux » retoqués par le Conseil constitutionnel

Dans sa décision qui valide l’essentiel de la réforme des retraites, le Conseil constitutionnel a tout de même censuré certains « cavaliers sociaux », c’est-à-dire des mesures qui n’avaient pas assez d’impact financier sur les comptes de la Sécurité sociale pour figurer dans un budget de la Sécu. Tour d’horizon des six dispositifs censurés.
Louis Mollier-Sabet

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Si le Conseil constitutionnel a validé le cœur de la réforme des retraites du gouvernement, et notamment le report de l’âge légal de départ à 64 ans, d’autres mesures du texte n’ont pas eu la même chance. Ces « six groupes de dispositions » ont été qualifiés de « cavaliers sociaux » par le Conseil constitutionnel, c’est-à-dire qu’ils n’avaient pas d’effet – ou un effet trop indirect – sur les comptes de la Sécurité sociale pour figurer dans un projet de loi de financement de la Sécu.

  • L’index senior

On le savait menacé. « Nous allons discuter d’un index sénior dont l’avis du conseil d’Etat – que nous n’avons pas – dit qu’il est manifestement inconstitutionnel », avait averti le sénateur écologiste Daniel Breuiller en séance au moment de discuter de l’article 2 du projet de loi, sans que René-Paul Savary, rapporteur LR au Sénat, ne le démente formellement.

On en a maintenant la confirmation, cet « index » obligatoire pour les entreprises de plus de 300 salariés, et qui devait permettre de visibiliser les entreprises n’employant pas assez de seniors, n’a pas assez d’effets sur les comptes de la Sécu pour figurer dans un projet de loi de financement de la Sécurité sociale. Des sanctions financières étaient bien prévues pour les entreprises ne publiant pas ce fameux « index », mais cette incidence sur les finances de la Sécu a été jugée trop indirecte par le Conseil constitutionnel.

  • Le CDI Senior

Par extension, les fourches caudines du Conseil constitutionnel se sont abattues sur l’autre dispositif sur l’emploi des seniors, introduit au Sénat : le « CDI Senior. » La version finale du texte adoptée en CMP prévoyait une expérimentation pendant 3 ans d’un contrat de travail exonéré de cotisations famille pour les plus de 60 ans, ciblé sur les demandeurs d’emploi de longue durée. Là aussi, le Conseil a jugé que l’incidence sur les comptes de la Sécurité sociale n’était pas suffisante pour que la mesure figure dans un budget de la Sécu, et a donc censuré le dispositif.

  • Dispositions sur le recouvrement des cotisations par l’Agirc-Arrco

La réforme des retraites du gouvernement prévoyait aussi l’annulation du transfert de recouvrement des cotisations de l’Agirc-Arrco à l’Urssaf. Là encore ces « modifications à l’organisation du recouvrement des cotisations » n’ayant pas d’incidence à proprement parler sur les comptes de la Sécurité sociale (elles modifient seulement les modalités de recouvrement et pas les sommes recouvrées), le Conseil constitutionnel a censuré le dispositif.

  • Départ anticipé pour certains fonctionnaires « actifs », comme les policiers

L’article 10 du projet de loi traitant de « l’usure professionnelle » prévoyait, entre autres, un départ anticipé sous certaines conditions pour des fonctionnaires ayant exercé dans des emplois classés dans les catégories « active ou super-active » avant leur titularisation, comme les policiers par exemple.

Là encore, la mesure n’avait – en tant que telle – qu’un effet trop indirect sur les comptes de la Sécurité sociale pour le Conseil constitutionnel, qui a décidé de la censurer.

  • Pénibilité : le suivi individuel des salariés les plus exposés

Sur les questions de pénibilité, la réforme prévoyait aussi de créer un « suivi individuel » pour les salariés qui ont exercé des métiers particulièrement pénibles et « exposés à certains facteurs de risques professionnels. » Cette mesure d’accompagnement n’ayant pas d’incidence financière, le Conseil constitutionnel l’a aussi retoquée.

  • Information des assurés sur le système par répartition

De même pour l’un des derniers articles du projet de loi, qui prévoyait d’instaurer un dispositif pour améliorer l’information des salariés sur le système par répartition et ainsi compenser l’opacité de certains régimes ou de certaines règles particulières. Là encore, un tel dispositif n’ayant pas d’effet sur les recettes ou les dépenses de la Sécurité sociale, le Conseil constitutionnel l’a censuré en tant que « cavalier social. »

Réforme des retraites

Réforme des retraites

French President receives his Czech counterpart Petr Pavel
8min

Politique

L’année 2023 d’Emmanuel Macron : le pire est-il à venir ?

Réforme des retraites, loi immigration, conflit en Ukraine et au Proche-Orient, Emmanuel Macron a dû faire face en 2023 à un certain nombre de crises, qu’il a parfois lui-même provoquées. Certaines pourraient d’ailleurs connaître des prolongements dans les mois qui viennent. Pour Public Sénat, plusieurs analystes se penchent sur cette année de turbulences politiques.

Le

Dans la même thématique

Belgium Europe Migrants
8min

Institutions

Fabrice Leggeri : retour sur son passé à la tête de Frontex

Ancien directeur de l'agence européenne de protection des frontières, Fabrice Leggeri a rejoint il y a peu la liste du Rassemblement National pour les prochaines élections européennes. Adoubé par Jordan Bardella, il nie en bloc les accusations qui l'avaient poussé à la démission deux ans plus tôt.

Le

Frontex’s deployment on the eastern border of Finland
6min

Institutions

Frontex : cinq questions sur l'Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes

Plus connue sous le nom de Frontex, elle est considérée comme l'agence la plus puissante de l'Union européenne. L'agence de surveillance des frontières européennes a vu ses prérogatives se renforcer ces dernières années, malgré de nombreuses polémiques à son encontre. Directeur de l'agence entre 2015 et 2022, Fabrice Leggeri avait fini par démissionner, alors qu'il était visé par une enquête disciplinaire. Il figurera sur la liste du Rassemblement National aux prochaines élections européennes.

Le

Audrey Podcast
5min

Institutions

Qatargate au Parlement européen : « Il y a eu un très gros travail sur la transparence »

Il y a un peu plus d’un an, en décembre 2022, l’Europe découvrait, médusée, un énorme scandale de corruption au Parlement européen. Des assistants, des députés et même une vice-présidente de l’institution étaient accusés d’avoir accepté des centaines de milliers d'euros du Qatar et du Maroc pour influencer les décisions du Parlement européen. Face au tollé, le Parlement a décidé de se reformer, le plus vite possible, seul moyen de redorer son image. Qu’est-ce qui a changé ? Explications avec Gwendoline Delbos-Corfield, eurodéputée écologiste, membre de la Commission des affaires constitutionnelles et de la Commission spéciale sur l'ingérence étrangère.

Le