Illustration of GPT CHAT and Open AI and CNIL

La Cnil se dote d’un service dédié à l’intelligence artificielle

La commission nationale informatique et libertés souhaite développer une règlementation claire au sujet de la protection des données des utilisateurs des intelligences artificielles (IA).
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Pour souffler sa 45e bougie, la Commission nationale de l’informatique et des libertés – plus communément appelée Cnil – ne se contente pas seulement de publier ses chiffres d’activité. Elle innove. Début janvier 2023, la commission a inauguré un service « intelligence artificielle » (IA), placé sous la tutelle de la direction des techniques et de l’innovation (DTI). « On essaye de faire en sorte que l’IA qui se développe en France, et qui doit se développer d’une façon harmonisée au niveau européen, soit respectueuse de la vie privée », souligne Marie-Laure Denis, Présidente de la Cnil pour l’AFP.

En 2017, déjà, la Cnil remettait un rapport concernant les enjeux éthiques des algorithmes et de l’intelligence artificielle. Ce côté visionnaire, la commission souhaite dorénavant le conserver en développant, conjointement aux traités européens sur le sujet, « des règles claires » afin que la protection des données des « citoyens européens », et non uniquement français, s’applique aux IA. Pour ce faire, le service se dote de quatre objectifs : comprendre le fonctionnement des IA, encadrer le développement de celles-ci, protéger les utilisateurs mais aussi accompagner les innovations françaises et européennes.

Si la Cnil se penche sur les IA, c’est qu’elle a observé l’explosion médiatique de l’utilisation de ces outils durant l’année 2022. La commission a même déjà reçu cinq plaintes concernant le fameux robot conversationnel Chat GPT développé par OpenAI. Mais l’action de ce nouveau service, qui comptera à terme 5 agents, se doit d’apporter des règles pour l’entièreté des outils disponibles sur Internet. Ceux-ci sont potentiellement problématiques car, selon la Cnil, ils reposent tous « sur des algorithmes gourmands en données, souvent personnelles ».

Plus de 100 % de plaintes traitées en 2022

En développant un service consacré aux intelligences artificielles, la Cnil prouve que son intervention dans la protection des données françaises est performante. Le développement d’un « portail permettant aux usagers de suivre les étapes d’avancement de leur dossier, de simplifier et de sécuriser les échanges » a permis de traiter l’intégralité des 12 193 plaintes réceptionnées durant l’année tout en conservant le temps pour 967 cas reçus auparavant.

Dans la même thématique

Paris: Macron and Attal during a ceremony at the Mont-Valerien memorial
7min

Institutions

Défense et affaires étrangères : « Le Président de la République reste en situation dominante », selon des constitutionnalistes

Auditionnés au Sénat ce mercredi dans le cadre de la Commission des affaires étrangères, constitutionnalistes et hauts fonctionnaires ont été interrogés sur les relations entre les deux têtes de l’exécutif sur les questions de défense nationale et d’affaires étrangères, en particulier en temps de cohabitation. De manière unanime, ils estiment que le Président de la République garde toujours « le dernier mot » par rapport à son Premier ministre, même en cas de désaccord politique avec ce dernier.

Le

Visioconference ˆ l’Elysee
9min

Institutions

Législatives : Emmanuel Macron peut-il sécuriser les réformes déjà votées ?

De nombreux textes de loi adoptés par le Parlement n’ont pas encore été exécutés faute de décrets d’application. Le gouvernement pourrait accélérer sur leur publication au Journal officiel dans les prochains jours, afin de sécuriser certaines réformes clés en cas d’alternance. Car même si le nouveau gouvernement, quel qu’il soit, a l’obligation d’exécuter les textes déjà votés, il dispose aussi d’une certaine marge de manœuvre sur leurs modalités d’application.

Le