Le Sénat réaffirme son « soutien déterminé » au maire de L’Haÿ-les-Roses et « à l’ensemble des élus pris pour cibles »

À l’occasion de l’ouverture de la session exceptionnelle du Parlement, Roger Karoutchi, qui présidait la séance, a rendu hommage au maire de L’Haÿ-les-Roses et à sa famille, victime d’une attaque à leur domicile dans la nuit du samedi 1er au dimanche 2 juillet.
Henri Clavier

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

En pleine période d’émeutes suite à la mort du jeune Nahel le 27 juin, le maire de L’Haÿ-les-Roses, Vincent Jeanbrun, a subi une attaque à son domicile où sa famille se trouvait. L’épouse de l’édile s’est blessée en tentant de fuir le domicile après plusieurs tirs de mortiers. En observant une minute de silence au sein de l’hémicycle, les sénateurs ont exprimé leur soutien à Vincent Jeanbrun et sa famille ainsi qu’au pompier décédé dans la nuit du 2 au 3 juillet en luttant contre un incendie.

Le Sénat condamne « les attaques contre les symboles républicains »

En parallèle des rassemblements organisés partout en France à l’initiative de l’Association des maires de France (AMF), Roger Karoutchi, premier vice-président du Sénat, a rendu hommage à Vincent Jeanbrun. Le président de séance réaffirme le « soutien déterminé à l’ensemble des élus pris pour cible ces derniers jours, nous nous associons à l’appel lancé par l’AMF au rassemblement, ce jour, devant toutes les mairies de France pour condamner les attaques contre les symboles républicains que sont nos mairies, nos écoles, nos bibliothèques ». « Notre République et ses serviteurs sont attaqués et menacés », déclare Vincent Jeanbrun en marge du rassemblement à L’Haÿ-les-Roses auquel a participé le président du Sénat, Gérard Larcher.

Un sujet important au Sénat

Un sujet important pour le Sénat qui représente les collectivités territoriales et qui s’était également mobilisé suite à la démission du maire de Saint-Brevin-les-Pins après l’incendie criminel ayant visé son domicile. Les groupes de la majorité sénatoriale (LR et UC) ont déposé, le 26 mai, une proposition de loi visant à renforcer la sécurité des élus. L’objectif est de punir plus sévèrement les agressions contre les élus ainsi qu’un élargissement de la protection fonctionnelle. Une mission d’information sur l’avenir des communes et du maire en France a été lancée le 30 janvier dernier pour évaluer les difficultés croissantes rencontrées par les élus locaux.

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Paris: Macron and Attal during a ceremony at the Mont-Valerien memorial
7min

Institutions

Défense et affaires étrangères : « Le Président de la République reste en situation dominante », selon des constitutionnalistes

Auditionnés au Sénat ce mercredi dans le cadre de la Commission des affaires étrangères, constitutionnalistes et hauts fonctionnaires ont été interrogés sur les relations entre les deux têtes de l’exécutif sur les questions de défense nationale et d’affaires étrangères, en particulier en temps de cohabitation. De manière unanime, ils estiment que le Président de la République garde toujours « le dernier mot » par rapport à son Premier ministre, même en cas de désaccord politique avec ce dernier.

Le

Visioconference ˆ l’Elysee
9min

Institutions

Législatives : Emmanuel Macron peut-il sécuriser les réformes déjà votées ?

De nombreux textes de loi adoptés par le Parlement n’ont pas encore été exécutés faute de décrets d’application. Le gouvernement pourrait accélérer sur leur publication au Journal officiel dans les prochains jours, afin de sécuriser certaines réformes clés en cas d’alternance. Car même si le nouveau gouvernement, quel qu’il soit, a l’obligation d’exécuter les textes déjà votés, il dispose aussi d’une certaine marge de manœuvre sur leurs modalités d’application.

Le

Paris inauguration of the new Saint-Denis Pleyel metro station and the extension of the Paris metro’s line 14
10min

Institutions

Le choix d’un futur commissaire européen, premier saut d’obstacle d’une éventuelle cohabitation

La désignation de la prochaine personnalité française à siéger au sein de la Commission européenne devrait intervenir rapidement après les législatives. Traditionnellement, c’est un choix qui incombe au chef de l’Etat, mais Jordan Bardella, le président du RN, a fait savoir qu’il proposerait un candidat en cas d’arrivée à Matignon. Ce dossier pourrait rapidement tourner à l’épreuve de force entre le président de la République et son gouvernement en cas de cohabitation.

Le