Le Sénat vote pour une réduction de 5 % du nombre de fonctionnaires d’État

Le Sénat vote pour une réduction de 5 % du nombre de fonctionnaires d’État

La majorité sénatoriale de droite a amendé le projet de loi de programmation budgétaire 2023-2027, en introduisant un objectif de réduction de 120 000 postes de fonctionnaires d’État sur la durée du quinquennat.
Guillaume Jacquot

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Après avoir resserré la vis du rythme de redressement des finances publiques, le Sénat a amendé le projet de loi de programmation budgétaire pour les années 2023-2027, en inscrivant une baisse de 5 % du nombre de fonctionnaires de l’État et de ses opérateurs sur le quinquennat. L’amendement, défendu par le groupe Les Indépendants, a été adopté par 164 voix contre 123, dans la soirée du 2 novembre 2022. « Pour les Indépendants, nous ne pensons pas que nous pourrons atteindre la réduction de notre déficit, tel que nous le demandons, en maintenant la stabilité des emplois sur le quinquennat », a expliqué le sénateur Emmanuel Capus (Horizons). Ce chiffre correspond « peu ou prou à l’engagement du président Macron en 2017 », a-t-il précisé. L’objectif en question avait été abandonné après la crise des Gilets Jaunes.

L’amendement a reçu un avis de sagesse de la part de la commission des finances, ce qui signifie qu’elle s’en est remise à la volonté de l’hémicycle. Selon Jean-François Husson (LR), rapporteur général de la commission, Emmanuel Macron « n’a pas tenu » la promesse du premier quinquennat mais « s’honorerait » à suivre cette voie, plutôt qu’une stabilité des effectifs, pour permettre un redressement des finances publiques. « Il faudra que vous soyez en cohérence avec les actions que vous préconisez. »

« La question que je pose, c’est : où est-ce que vous les prenez ? »

Gabriel Attal, ministre des Comptes publics, a émis un avis défavorable sur l’amendement sénatorial. Plus tôt, il avait donné un exemple concret de ce que la trajectoire de réduction des dépenses publiques, durcie par le Sénat, signifiait. « Pour faire seulement un quart des économies supplémentaires qui ont été adoptées – 37 milliards d’euros – il faudrait supprimer 200 000 postes de fonctionnaires ».

Selon lui, l’exécutif a « assumé » la fin d’un objectif chiffré lors du précédent quinquennat. « Il y avait un enjeu sur la présence des services publics dans les territoires », a-t-il rappelé. « La question que je pose, c’est : où est-ce que vous les prenez ? Dire que l’on va supprimer 125 000 postes de fonctionnaires sans préciser, ce n’est pas crédible. » Gabriel Attal a indiqué que les 20 000 créations de postes dans les ministères régaliens (Intérieur, Justice, Défense) étaient gagées par des suppressions de postes dans d’autres ministères. « Il y a déjà un effort qui a été fait. »

À lire aussi » Le Sénat accélère le retour à un déficit public sous les 3 % du PIB, contre l’avis du gouvernement

Les groupes de gauche ont voté contre la proposition des Indépendants. Pascal Savoldelli (communiste) a considéré qu’il s’agissait d’un « amendement extrêmement grave ». Le groupe Union centriste, à sa quasi-unanimité, s’est abstenu. « Je me méfie des effets d’annonce. Il faut que l’on soit vigilant », s’est inquiétée la sénatrice Françoise Gatel. La présidente de la délégation aux collections territoriales a notamment pointé le risque de transferts à l’échelon local.

Dans la même thématique

Le Sénat vote pour une réduction de 5 % du nombre de fonctionnaires d’État
2min

Institutions

Recadrage des magistrats marseillais : « Le garde des Sceaux a vraiment commis une faute lourde », insiste Etienne Blanc (LR)

Le sénateur LR Etienne Blanc approuve le communiqué du Conseil supérieur de la magistrature ce 10 avril, publié en soutien à des déclarations de magistrats devant une commission sénatoriale. Le CSM a estimé que leur recadrage par le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti, était « de nature à porter atteinte » à la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Plan de Transformation Ecologique de L’Etat
3min

Institutions

Réforme de la fonction publique : le syndicat FO boycotte une réunion de concertation et dénonce un projet « imposé » 

Le deuxième syndicat de la fonction publique, FO, a refusé de se rendre ce mardi à une réunion de concertation avec le ministère sur la réforme de la fonction publique, qui doit être présentée en Conseil des Ministres à la rentrée de septembre. Le syndicat regrette que le gouvernement ne veuille pas « négocier, mais imposer son projet » 

Le

Le Sénat vote pour une réduction de 5 % du nombre de fonctionnaires d’État
6min

Institutions

Nouvelle-Calédonie : le Sénat donne son feu vert à l’élargissement du corps électoral aux élections provinciales

Mardi, le Sénat a largement adopté le projet de loi constitutionnelle visant à élargir le corps électoral pour les élections provinciales de Nouvelle-Calédonie. Le texte a, toutefois, été sensiblement amendé par la majorité sénatoriale afin de faciliter la poursuite des discussions locales sur l’avenir institutionnel de l’Archipel.

Le

EPP Group meeting – Election Chair of the Group
4min

Institutions

« Au Parlement européen, oubliez tout ce que vous savez sur la politique française », explique l’eurodéputé Arnaud Danjean

Le 9 juin, les Français vont voter pour élire 81 députés européens. Une fois élus, que font-ils ? A quoi ressemblent leurs journées entre le parlement de Bruxelles et celui de Strasbourg ? Pour le savoir, la rédaction de Public Sénat en a suivi deux : Catherine Chabaud, du parti Renaissance/ Renew Europe et Arnaud Danjean, membre des Républicains/ PPE. Tous les deux ont fait le choix de ne pas se représenter, mais ils évoquent un mandat « très spécial ».

Le