Lycee Massena 98 pour-cent de reussite au Baccalaureat

Législatives 2024 : un fonctionnaire a-t-il le droit de désobéir à un ordre gouvernemental ?

Plusieurs cadres de l’Education nationale ont lancé ce vendredi 21 juin, une pétition appelant à ne pas « obéir » à un gouvernement RN, si ce dernier prenait des mesures qui seraient « en opposition aux valeurs républicaines ». Quelles sont les obligations des agents publics en la matière ?
Alexis Graillot

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

« Parce que nous servons l’Etat, nous déclarons dès aujourd’hui qu’aucun d’entre nous n’appliquera de mesures qui contreviendraient aux valeurs de la République. Nous ne serons pas les exécuteurs d’une politique contraire aux principes qui fondent notre attachement au service public d’éducation », lancent des inspecteurs, proviseurs ou principaux, dans une pétition déjà signée par plus de 2000 personnes.

Cette désobéissance affichée en cas de victoire du parti d’extrême-droite aux élections législatives contreviendrait-elle au cadre légal ? Eléments de réponse.

Le principe : obligation d’obéissance hiérarchique d’un agent public

Codifiées au sein du Code général de la fonction publique, les obligations des fonctionnaires en matière d’obéissance hiérarchique, sont clairement énoncées par le texte, qui en son article L121-10 énonce clairement : « L’agent public doit se conformer aux instructions de son supérieur hiérarchique ».

De ce principe, découlent plusieurs obligations énumérées sur le site gouvernemental sevice-public.fr. Ainsi, l’agent public est tenu de « respecter les lois et règlements de toute nature » et de « se soumettre au contrôle de son supérieur hiérarchique ».

En outre, en vertu de l’article L121-9 du même code, le fonctionnaire est « responsable de l’exécution des tâches qui lui sont confiées ». De manière négative, cela signifie que si l’agent public refuse d’exécuter certaines de ses responsabilités, il se soustrait à cette obligation.

Les exceptions : ces cas où un fonctionnaire peut désobéir

Ce principe n’est pourtant pas universel et absolu, certaines circonstances justifiant que l’agent public puisse désobéir. Tout d’abord, le fonctionnaire peut se soustraire à cette obligation si « l’ordre donné est manifestement illégal et de nature à compromettre gravement un intérêt public ». A noter la présence de la conjonction « et », qui implique que ces deux conditions doivent être réunies pour pouvoir justifier un manquement à cette obligation. Le site service-public.fr cite par exemple le cas où un agent public refuserait d’exécuter « un ordre visant à accorder ou refuser une prestation pour des motifs discriminatoires ».

Autre cas possible de désobéissance pour un agent public, si ce dernier a « un motif raisonnable de penser qu[e la situation de travail] présente un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé ». Ce « droit de retrait » existe de manière analogue dans le Code du travail pour les salariés du secteur privé. Il revient cependant à l’agent de prouver que la situation d’espèce répondait à ces critères.

Sanctions disciplinaires possibles

En cas de non-respect de ce principe, l’agent fautif risque des « sanctions disciplinaires », qui peuvent varier selon la nature du manquement à cette obligation, du simple avertissement, en passant par le blâme, voire la rétrogradation à l’échelon inférieur ou même la révocation. Des sanctions financières sont également possibles, via une retenue sur salaire.

Enfin, à l’inverse des salariés du privé, les agents publics sont tenus à un « devoir de réserve », découlant du principe de « neutralité » du service public, qui oblige ce dernier à « faire preuve de retenue dans l’expression écrite ou orale de ses opinions personnelles ». Cette notion de « retenue » n’étant pas clairement définie dans la législation ou la jurisprudence et pouvant différer selon le poste et les responsabilités de l’agent public, il revient au juge administratif d’apprécier au cas par cas, le manquement ou non à ce devoir.

Dans la même thématique

Paris: Macron and Attal during a ceremony at the Mont-Valerien memorial
7min

Institutions

Défense et affaires étrangères : « Le Président de la République reste en situation dominante », selon des constitutionnalistes

Auditionnés au Sénat ce mercredi dans le cadre de la Commission des affaires étrangères, constitutionnalistes et hauts fonctionnaires ont été interrogés sur les relations entre les deux têtes de l’exécutif sur les questions de défense nationale et d’affaires étrangères, en particulier en temps de cohabitation. De manière unanime, ils estiment que le Président de la République garde toujours « le dernier mot » par rapport à son Premier ministre, même en cas de désaccord politique avec ce dernier.

Le

Visioconference ˆ l’Elysee
9min

Institutions

Législatives : Emmanuel Macron peut-il sécuriser les réformes déjà votées ?

De nombreux textes de loi adoptés par le Parlement n’ont pas encore été exécutés faute de décrets d’application. Le gouvernement pourrait accélérer sur leur publication au Journal officiel dans les prochains jours, afin de sécuriser certaines réformes clés en cas d’alternance. Car même si le nouveau gouvernement, quel qu’il soit, a l’obligation d’exécuter les textes déjà votés, il dispose aussi d’une certaine marge de manœuvre sur leurs modalités d’application.

Le

Paris inauguration of the new Saint-Denis Pleyel metro station and the extension of the Paris metro’s line 14
10min

Institutions

Le choix d’un futur commissaire européen, premier saut d’obstacle d’une éventuelle cohabitation

La désignation de la prochaine personnalité française à siéger au sein de la Commission européenne devrait intervenir rapidement après les législatives. Traditionnellement, c’est un choix qui incombe au chef de l’Etat, mais Jordan Bardella, le président du RN, a fait savoir qu’il proposerait un candidat en cas d’arrivée à Matignon. Ce dossier pourrait rapidement tourner à l’épreuve de force entre le président de la République et son gouvernement en cas de cohabitation.

Le