Nouvelle-Calédonie : « Il faut retirer le projet de loi constitutionnelle et ne pas convoquer le Congrès », appelle Jérôme Durain

Invité de l’émission Parlement Hebdo, le sénateur socialiste, vice-président de la commission des lois du Sénat, dénonce « l’entêtement » de l’exécutif sur le dossier du dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Il parle de « passage en force ».
Rédaction Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

« Nous sommes arrivés à une situation de guerre civile qui est extrêmement préoccupante ». Le sénateur Jérôme Durain (PS) a suivi avec effroi la flambée de violences en Nouvelle-Calédonie, en parallèle de l’adoption du projet de loi constitutionnelle pour élargir le corps électoral, à l’Assemblée nationale. « On ne sortira pas par l’imposition d’un texte voté à Paris de cette situation et c’est le dialogue seul qui permettra de revenir au calme », réagit le sénateur, invité ce 17 mai de l’émission Parlement Hebdo sur Public Sénat et LCP-AN.

Pour le parlementaire de la Saône-et-Loire, l’exécutif a commis une série d’impairs dans ce dossier hautement sensible. « On aurait dû d’abord tomber d’accord sur la méthode, et là, on a voulu passer en force, il y a eu une forme d’entêtement », considère le socialiste qui appelle avec ses collègues de sa famille politique « à retirer le texte » et « à ne pas convoquer le Congrès ».

« Il faut qu’on ait une autorité de la République, en son plus haut niveau qui reprenne le dialogue »

Autre problème : les acteurs calédoniens n’ont pas été suffisamment « considérés » à ses yeux. « Il faut que l’État, au sommet de sa hiérarchie, montre que ce sujet est prioritaire et qu’on a un dialogue qui vient du plus haut de la République. Ce n’est pas le sentiment que le gouvernement a renvoyé, c’est ce qui a provoqué l’embrasement […] Un responsable du gouvernement n’est même pas capable d’aller sur place, quel message on envoie », ajoute-t-il. Le sénateur fait ici référence à la visioconférence qu’Emmanuel Macron avait proposé aux élus calédoniens, et qui n’a pu se tenir. « Il faut qu’on ait une autorité de la République, en son plus haut niveau qui reprenne le dialogue, qui reprenne les choses en main. »

Aujourd’hui, Jérôme Durain dit faire « confiance » au groupe de contact sénatorial, ainsi qu’aux autres représentants parlementaires pour faire redescendre la température. À très court terme, l’enjeu est au retour à l’ordre public. Deux jours après l’instauration de l’état d’urgence dans l’archipel, le sénateur ignore s’il faudra soutenir une éventuelle prorogation de ce régime d’exception. Au-delà de douze jours, le Parlement devra être saisi. « On n’en est pas là, c’est une possibilité. On se posera la question en fonction de la situation sur le terrain. »

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Cabinets de conseil : la proposition de loi du Sénat « dévitalisée » à l’Assemblée nationale, selon le sénateur Arnaud Bazin
9min

Institutions

Dissolution de l’Assemblée : quels sont les cinq précédents sous la Ve République ?

Après la lourde défaite de la majorité aux élections européennes, le président de la République a annoncé, dans une allocution solennelle de 5 petites minutes, dissoudre la chambre basse du Parlement, annonçant dans la foulée la convocation de nouvelles élections législatives, les 30 juin et 7 juillet prochains. Le mécanisme, déclenché à cinq reprises depuis 1958, n’a cependant pas toujours été couronné de succès pour le pouvoir en place. Retour sur ces cinq précédents.

Le

Nouvelle-Calédonie : « Il faut retirer le projet de loi constitutionnelle et ne pas convoquer le Congrès », appelle Jérôme Durain
6min

Institutions

Accord sur l’autonomie de la Corse : « Dans ma famille politique, on m’a dit : tu trahis », rapporte Gilles Simeoni

Le président du conseil exécutif de Corse, Gilles Simeoni était auditionné par la mission d’information du Sénat sur l’avenir institutionnel de l’île. Il est revenu sur l’accord conclu en mars entre le gouvernement et une majorité d’élus corses autour d’un projet d’« écriture constitutionnelle » ouvrant la voie à ce statut d’autonomie.

Le

Nouvelle-Calédonie : « Il faut retirer le projet de loi constitutionnelle et ne pas convoquer le Congrès », appelle Jérôme Durain
3min

Institutions

Européennes : « la montée de l’extrême droite ne changera pas les équilibres au Parlement européen » 

En visite d’Etat en Allemagne, Emmanuel Macron a tenté de contrer la montée annoncée de l’extrême droite aux élections européennes. Une poussée eurosceptique qui ne devrait malgré tout pas remettre en cause la majorité actuelle au Parlement européen. On en parle dans le débat de l’émission Ici l’Europe, sur France 24 et Public Sénat.

Le