Catherine Colonna :  « La visite d’Emmanuel Macron, en Chine a joué un grand rôle dans l’appel de Xi Jinping au président Zelensky »

Dans un contexte géopolitique extrêmement chargé, Catherine Colonna, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, est revenue, à l’occasion d’une audition au Sénat, sur l’action diplomatique française dans ces circonstances.
Henri Clavier

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

Au cours de son audition par la commission des affaires étrangères du Sénat, Catherine Colonna s’est livrée à un exposé sur la doctrine diplomatique française. Une vision articulée autour de quatre points selon Catherine Colonna : « Une diplomatie plus réactive, déployer une diplomatie d’influence, prendre les tournants globaux et plus de proximité ». Dans cette perspective, Catherine Colonna se réjouit d’avoir obtenu une augmentation des emplois et « une hausse des crédits d’un peu plus de 20 % pour atteindre 7,9 milliards d’euros en 2027. Nous avons un quai d’Orsay renforcé avec une diplomatie qui a enfin les moyens humains et financiers de ses ambitions, le quai d’Orsay rejoint ce mouvement de réarmement, de renforcement du régalien ». Une conception de la diplomatie française censée répondre à « un monde en perpétuel mouvement », alors même que les capacités françaises à peser dans les négociations et dans la résolution de crises internationales, semblent reculer.

 « La France est engagée pour soutenir une paix durable et à rechercher l’apaisement des sanctions »

Face à la guerre en Ukraine, mais également face au conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, Catherine Colonna affirme sa volonté de développer une diplomatie française capable de peser et d’incarner une puissance d’équilibre. Une logique qui recoupe celle du président de la République quand il déclarait, lors de sa visite officielle en Chine, qu’il ne fallait pas « être suivistes » et « nous adapter au rythme américain et à une surréaction chinoise ». « La visite d’Etat, d’Emmanuel Macron, en Chine a joué un grand rôle dans l’appel de Xi Jinping au président Zelensky », explique Catherine Colonna. Une position qui se veut centrale, de compromis et de solution, mais qui doit nécessairement trancher certains dilemmes, au risque de créer des difficultés avec ses propres alliés. L’aide militaire de la France a pu être perçue comme trop faible par ses alliés même si Catherine Colonna s’est voulue rassurante en affirmant « qu’il n’y avait pas de tabou, aucune décision n’est prise, aucune décision n’est inimaginable ».

 

Un rôle de facilitation du processus de négociation que la France souhaite aussi jouer au Haut-Karabagh. « Je me suis rendue dans les deux pays avec un message clair. La France est engagée pour soutenir une paix durable et à rechercher l’apaisement des sanctions et une reprise des négociations au bénéfice de leurs populations », déclare Catherine Colonna. Deux États, proches de l’Europe, sur lesquels la France et l’Union européenne peuvent effectivement espérer exercer une influence que cela soit pour des motifs culturels où d’approvisionnement énergétique. Force est de constater que cette influence, indispensable pour peser sur la résolution des conflits internationaux, ne peut s’exercer de manière égale sur le globe.

« Nous cherchons à obtenir des pays de la zone indo-pacifique qu’ils s’impliquent un peu plus dans les négociations pour la paix »

En recherchant « l’apaisement » ou en souhaitant le « respect du droit international » la diplomatie française ne réalise pas vraiment un revirement doctrinal. La diplomatie française cherche donc ardemment à exercer son influence comme l’explique Catherine Colonna : « Nous cherchons à obtenir des pays de la zone indo-pacifique, proches de la Russie, qu’ils s’impliquent un peu plus dans les négociations pour la paix ». L’un des leviers de cette recherche française d’influence pourrait être financier. « La France est désormais le quatrième pourvoyeur mondial d’aide au développement », s’est félicitée Catherine Colonna. Une stratégie d’influence visant à contrer « un discours anti-français contraire à la vérité, très fort en Afrique ». Cette perte d’influence s’observe également au Proche et Moyen-Orient où le dictateur syrien, Bachar El-Assad, « est désormais invité à rejoindre le sommet de la ligue arabe », rappelle Catherine Colonna.

 « L’opération d’évacuation de Khartoum elle-même était très compliquée »

Une capacité d’influence à l’international qui doit s’appuyer sur une efficacité opérationnelle, dans les contextes de crise que la ministre identifie dans « l’évacuation réussie de nos ressortissants au Soudan ». En proie à un coup d’État et des affrontements entre deux factions ennemies, la France a organisé le rapatriement d’une grande partie du personnel diplomatique présent au Soudan. « L’opération d’évacuation de Khartoum elle-même était très compliquée mais, au total nous avons évacué plus de 1 000 personnes dont un peu plus de 200 Français, les trois-quarts étaient des étrangers ressortissants de différents pays ».

Catherine Colonna a voulu, également, inscrire la diplomatie française et sa capacité à infléchir les crises internationales dans une actualité positive en s’appuyant sur la libération de Benjamin Brière et Bernard Phelan, détenus en Iran jusqu’au 12 mai dernier. Si cette libération est présentée comme un succès, quatre citoyens français restent détenus en Iran et, en tout, 35 ressortissants de l’Union européenne. Sur un sujet connexe, les conditions de l’enlèvement d’Olivier Dubois (journaliste français retenu en otage au Mali entre 2011 et mars 2023) et le rôle joué par l’armée française n’ont pas été évoqués. Une enquête de Libération, Le Monde, RFI et TV5 Monde révèle comment l’armée française a utilisé le journaliste à son insu pour arrêter un chef djihadiste.

 

Dans la même thématique

Kim Leaves Russia With Accepted Invitation Back From Putin To Visit Pyongyang, Amur, Russian Federation – 14 Sep 2023
4min

International

« La Corée du Nord a envoyé 12 000 conteneurs d’armes à la Russie pour le front ukrainien »

Vladimir Poutine effectue mardi et mercredi une visite d'Etat en Corée du Nord, quelques heures après de nouvelles tensions à la frontière entre Séoul et Pyongyang. Alliés depuis la fin de la guerre de Corée (1950-1953), la Russie et la Corée du Nord ont vu leurs relations se réchauffer depuis le conflit en Ukraine, comme l’explique Olivier Guillard, directeur de l’information chez Crisis24, chercheur associé à l’Institut d’études de géopolitique appliquée et enseignant à l’EDHEC.

Le

Catherine Colonna :  « La visite d’Emmanuel Macron, en Chine a joué un grand rôle dans l’appel de Xi Jinping au président Zelensky »
2min

International

Élections européennes : « C’est quand l’extrême droite est au pouvoir qu’elle recule » constate Pascal Lamy

En France, le Rassemblement national est largement arrivé en tête des élections du 9 juin. Des résultats à nuancer à l’échelle de l’Union européenne. Dans « Ici l’Europe », Pascal Lamy, ancien directeur général de l’OMC, ancien commissaire français chargé du commerce et président émérite de l’institut Jacques Delors, explique que l’extrême droite recule en particulier dans les pays où elle est au pouvoir.

Le

Trait-d-union-V2
1min

International

[Podcast] Trait d’Union – Immigration : le double jeu du Hongrois Viktor Orbán

Aujourd’hui, nous partons dans la Hongrie barricadée de Viktor Orbán. En 2015, le pays a commencé à ériger des murs à ses frontières : 175km de barbelés entre la Hongrie et la Serbie, des clôtures, des caméras de vidéos surveillance, des contrôles de police renforcés. Voici ce que disait même le premier ministre en 2018 : “Je pense que les gens veulent deux choses. La première c’est aucun migrant en plus. Stoppons-les. La seconde pour ceux qui sont chez nous, c’est renvoyons-les dans leur pays.” Sauf qu’au-delà des discours populistes, il y a les actes… et depuis quelques temps, la Hongrie pratique “l’immigration choisie”… pour soutenir son économie fragile. Matias Arraez, journaliste pour Public Sénat, rentre de reportage, il était à Budapest et il va nous raconter tout cela. Vous souhaitez soutenir Trait d’Union ou en savoir plus ? Rendez-vous sur www.traitdunionpodcast.com

Le

La sélection de la rédaction

Paris: Emmanuel Macron welcomes Ukraine’s President Volodymyr Zelensky
5min

International

Guerre en Ukraine : « L’aviation peut renverser le rapport de force »

Dans son entretien au journal de 20 heures de TF1, lundi 15 mai, Emmanuel Macron affirme avoir ouvert la porte pour la formation de pilotes ukrainiens en France. Une nouvelle étape dans le soutien européen et Français apporté à l’Ukraine après le passage du président ukrainien, Volodymyr Zelensky, à Paris, le 14 mai.

Le