Accord sur la libération d’otages : « Une bonne nouvelle, même si les drames ne sont pas terminés », souligne Patrick Kanner

Le président du groupe PS du Sénat voit dans cet accord « une première étape ». Patrick Kanner sera « présent », aux côtés de Gérard Larcher, lors d’un déplacement prévu « en décembre » en Israël et dans les Territoires palestiniens.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Israël et le Hamas ont annoncé ce mercredi la conclusion d’un accord prévoyant la libération de 50 otages retenus dans la bande de Gaza, en échange de prisonniers palestiniens et d’une trêve de quatre jours dans le territoire palestinien. La nouvelle est évidemment bien accueillie.

« Manifestement, il y a eu accord entre le Hamas et le gouvernement israélien conclu cette nuit. 50 otages israéliens, dont j’espère des binationaux Français. On ne sait pas, au moment où on parle, je crois qu’on ne le saura que demain matin, quand il y aura vraiment la libération », a réagi en marge des questions d’actualité au gouvernement le président du groupe PS du Sénat, Patrick Kanner, qui salue « une bonne nouvelle, prenons-là comme cela, même si nous savons que les drames ne sont pas encore totalement terminés ». Le sénateur PS du Nord y voit « une première étape ».

Alors que le sénateur LR Roger Karoutchi, président du groupe d’amitié France-Israël, a annoncé « un déplacement de prévu avec le président du Sénat, un peu avant Noël, en Israël et dans les Territoires palestiniens », Patrick Kanner affirme qu’il sera « présent dans ce voyage prévu fin décembre ». « Je suis très heureux de m’y associer », ajoute l’ancien ministre.

« La prise d’otage, c’est un crime de guerre »

Présent mardi soir lors de la projection, au Sénat, des images de l’attaque du Hamas, il explique avoir « vu des scènes absolument indicibles ». Patrick Kanner a aussi participé à l’opération de parrainage nommée « 1 parlementaire, 1 otage », qui a eu lieu ce mercredi, sur le perron du Sénat. Patrick Kanner y voit « un symbole ».

« La prise d’otage, c’est un crime de guerre. Le Hamas a commis un crime de guerre, y compris vis-à-vis de bébés de quelques mois. Cela est absolument indigne, insupportable. Et c’est bien de rappeler qu’il y a des femmes, des hommes, des enfants qui souffrent dans les tunnels du Hamas à Gaza », souligne Patrick Kanner, qui espère aussi « que cette période intense de guerre soit, non pas derrière nous, car je pense qu’Israël veut éradiquer le Hamas, […] mais que les populations civiles arrêtent de souffrir comme elles souffrent aujourd’hui ».

Dans la même thématique

Russia Ukraine War
5min

International

Deux ans de guerre en Ukraine : « L’enjeu pour l’armée ukrainienne, c’est de tenir », analyse le général Trinquand

A la veille du deuxième anniversaire de la guerre, l'Ukraine apparaît fragilisée alors que les combats se poursuivent avec intensité à l'est du territoire. De son côté, la Russie célèbre une armée conquérante, malgré des victoires entachées par d’importantes pertes humaines. Quelle lecture donner de l'état du front deux ans après le début de la guerre ? Le général Dominique Trinquand, ancien chef de la mission militaire française auprès de l'ONU, répond aux questions de Public Sénat.

Le

Russia Putin Education
8min

International

Ukraine : « Pour Poutine, la guerre longue est devenue l’argument de son maintien au pouvoir et de la répression »

INTERVIEW – Deux ans après le début du conflit en Ukraine, Vladimir Poutine, que l’on disait malade, fragilisé et diplomatiquement isolé, est en passe de remporter sa cinquième élection présidentielle. Comment expliquer la longévité du dirigeant russe malgré les revers militaires en Ukraine ? Françoise Daucé, directrice d’études à l’EHESS et directrice du Centre d'études des mondes russe, caucasien et centre européen (CERCEC) répond aux questions de Public Sénat.

Le

Germany Munich Security Conference
7min

International

Zelensky à la tête de l’Ukraine en guerre : « Quel chef d'État peut se targuer d’avoir 65% d’opinions favorables? »

Sous le feu des projecteurs depuis l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par la Russie le 24 février 2022, Volodymyr Zelensky est aujourd’hui l’un des présidents les plus scrutés. En bientôt cinq ans à la tête de son pays, le chef de l’Etat ukrainien enregistre toujours des records de popularité. Analyse avec Alexandra Goujon, maître de conférence à l’Université de Bourgogne, spécialiste de l’Ukraine et auteur du livre “L'Ukraine. De l'indépendance à la guerre” aux éditions Le Cavalier bleu.

Le

Assange graffiti in London, UK – 19 Feb 2024
5min

International

Extradition de Julian Assange : les sénateurs communistes réitèrent leur soutien au fondateur de WikiLeaks

Dès demain, la Haute-Cour de Londres scellera le sort du célèbre lanceur d'alerte australien. Deux ans après avoir rendu une ordonnance d'extradition vers les Etats-Unis, le tribunal décidera mercredi 21 février de sa conformité. Alors qu'il risque la prison à vie pour espionnage, Julian Assange avait fait appel de cette décision en 2022. Affaibli, le fondateur de WikiLeaks ne participera pas à l'audience de ce mardi.

Le