Adhésion de l’Ukraine à l’UE : « L’agriculture est au centre des débats »

Si le projet de Kiev d’intégrer l’Union européenne suscite le soutien et l’enthousiasme de bon nombre de pays européens, il pose également de sérieuses questions quant à la capacité du pays à remplir tous les critères et suscite surtout l’inquiétude de certains secteurs, comme l’agriculture. Une table ronde sur le sujet était organisée jeudi au Sénat.
Hugo Ruaud

Temps de lecture :

6 min

Publié le

Mis à jour le

L’invasion russe en Ukraine a peut-être avancé le processus d’adhésion de Kiev à l’Union européenne de plusieurs années, voire décennie. En juin 2022, par un avis rendu dans un délai singulièrement court, la Commission européenne s’est déclarée favorable aux demandes d’adhésion de l’Ukraine et de la Moldavie à l’Union. Dans la foulée, les deux candidatures ont été acceptées à l’unanimité par les pays membres. Une promptitude impossible à décorréler de la situation géopolitique, quelques mois après le début de la guerre, alors qu’aucun pays n’a intégré l’Union européenne depuis la Croatie, il y a 10 ans. Mais si l’hypothèse d’une adhésion prochaine de l’Ukraine à l’UE a pris du poids, un tel processus demeure long, complexe et recouvre de nombreux enjeux. C’est ce pourquoi le Sénat réunissait ce matin, à l’initiative de la Commission des affaires européennes, une table ronde sur le sujet. Invité au palais du Luxembourg, Oleksandr Shuiskyi, représentant de l’ambassadeur d’Ukraine, a d’abord remercié la France pour sa position « ferme et claire » qui a « joué un rôle important dans le soutien des Etats membres de l’UE à l’octroi à l’Ukraine du statut de candidat à l’adhésion ». Pour Shuiskyi, la pertinence de l’entrée de l’Ukraine dans l’Union européenne ne fait aucun doute, serait « un catalyseur pour une Europe plus forte et plus sûre », et permettrait au Vieux continent de « renforcer son rôle de puissance mondiale ».

 

« Un coup de jeune » pour l’UE

 

Pour convaincre son auditoire, Oleksandr Shuiskyi, a souligné « la volonté de l’Ukraine d’accepter les normes et les valeurs européennes », alors que des points d’interrogation subsistent sur la capacité du pays à lutter contre la corruption qui le mine. « On fait tout notre possible pour qu’on oublie la corruption en Ukraine. Ce n’est pas facile, la société civile a un rôle crucial à jouer. C’est le peuple qui exige ces changements, il est absolument épuisé par la corruption », a plaidé Oleksandr Shuiskyi, qui a préféré insister sur « les progrès accomplis ». Pour intégrer l’Union européenne, un pays doit remplir un certain nombre de critères, parmi lesquels, notamment, jouir d’institutions stables et d’une économie de marché viable. L’Ukraine, dont une grande partie de l’économie est grevée par les lourds dégâts de la guerre – le pays a perdu un tiers de son industrie depuis le début de la guerre, selon Shuiskyi, pourrait donc avoir du mal à remplir ces critères. Mais pour la plupart des experts réunis autour de la table ronde du Sénat, l’enjeu n’est pas là, et l’entrée de l’Ukraine dans l’Union européenne serait effectivement un levier de puissance considérable. « Ce serait un grand coup de jeune pour l’Union européenne », affirme, enthousiaste, Jean-Dominique Giuliani, président de la Fondation Robert Schuman, pour qui l’adhésion de l’Ukraine permettrait à l’Europe d’acquérir une dimension qui lui manque cruellement depuis des décennies : « la dimension géopolitique ». Une idée à laquelle le conseiller spécial à l’Institut Jacques Delors Thierry Chopin souscrit pleinement. L’invasion russe a selon lui accéléré la « géopolitisation de l’Europe » et la « nécessité de prendre en considération les enjeux de sécurité », tout en mentionnant « des leçons à tirer des élargissements précédents ».

Craintes de dumping social

 

Car si le projet d’adhésion de l’Ukraine a suscité l’enthousiasme et obtenu à l’unanimité un avis favorable des dirigeants européens dans le contexte de l’agression russe, rien ne dit que cela restera le cas à moyen termes. Parmi les pays de l’Union européenne, la Hongrie de Viktor Orban, ou encore les Pays-Bas où le leader d’extrême droite Geert Wilders vient de remporter les législatives, pourraient poser leur véto à l’avenir. Récemment, le Premier Ministre hongrois a d’ailleurs annoncé faire du blocage de l’adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne une priorité. Pourtant, comme le rappelle Jean-Dominique Giuliani, l’adhésion de l’Ukraine « n’est pas un complot de diplomates », mais bien la volonté du « peuple ukrainien ». Dans un sondage de janvier dernier, 92 % des Ukrainiens déclaraient vouloir intégrer l’Union. De son côté, la Pologne, puissance agricole, surveille également la situation avec méfiance, alors qu’un contentieux la lie déjà à Kiev sur les céréales ukrainiennes. Mais Varsovie n’est pas la seule puissance que l’adhésion du « grenier à blé » de l’Europe à l’UE inquiète. « La France a un rapport de défiance aux élargissements, tant du point de vue de son opinion publique que de ses élites politiques », rappelle Thierry Chopin. Si les Français sont encore une majorité à se dire en faveur d’une adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne, ils n’étaient plus que 58 % cet été, en baisse de 5 points sur 18 mois. « L’opinion publique est très versatile », relève Thierry Chopin, qui souligne l’importance de mettre en avant « un récit politique » pour emporter l’adhésion des citoyens européens à cet horizon. Car pour l’instant, les perspectives d’une forme de « dumping social » que laisse entrevoir l’entrée de l’Ukraine dans l’Union européenne inquiètent une partie des Français. « La question de l’agriculture est au centre des débats et des inquiétudes », affirme la sénatrice centriste de la Nièvre, Nadia Sollogoub. L’élue, qui a récemment accompagné le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau à Kiev, a traduit l’état d’esprit du gouvernement, et le récit politique qu’il compte imprimer : « Rassurer nos producteurs de manière qu’à terme, l’agriculture ukrainienne soit considérée comme un atout de plus de l’Europe pour aller chercher de nouveaux marchés en Asie et en Afrique, et non pas un déferlement de produits concurrents à l’intérieur de l’Europe ».

Dans la même thématique

Russia Ukraine War
5min

International

Deux ans de guerre en Ukraine : « L’enjeu pour l’armée ukrainienne, c’est de tenir », analyse le général Trinquand

A la veille du deuxième anniversaire de la guerre, l'Ukraine apparaît fragilisée alors que les combats se poursuivent avec intensité à l'est du territoire. De son côté, la Russie célèbre une armée conquérante, malgré des victoires entachées par d’importantes pertes humaines. Quelle lecture donner de l'état du front deux ans après le début de la guerre ? Le général Dominique Trinquand, ancien chef de la mission militaire française auprès de l'ONU, répond aux questions de Public Sénat.

Le

Russia Putin Education
8min

International

Ukraine : « Pour Poutine, la guerre longue est devenue l’argument de son maintien au pouvoir et de la répression »

INTERVIEW – Deux ans après le début du conflit en Ukraine, Vladimir Poutine, que l’on disait malade, fragilisé et diplomatiquement isolé, est en passe de remporter sa cinquième élection présidentielle. Comment expliquer la longévité du dirigeant russe malgré les revers militaires en Ukraine ? Françoise Daucé, directrice d’études à l’EHESS et directrice du Centre d'études des mondes russe, caucasien et centre européen (CERCEC) répond aux questions de Public Sénat.

Le

Germany Munich Security Conference
7min

International

Zelensky à la tête de l’Ukraine en guerre : « Quel chef d'État peut se targuer d’avoir 65% d’opinions favorables? »

Sous le feu des projecteurs depuis l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par la Russie le 24 février 2022, Volodymyr Zelensky est aujourd’hui l’un des présidents les plus scrutés. En bientôt cinq ans à la tête de son pays, le chef de l’Etat ukrainien enregistre toujours des records de popularité. Analyse avec Alexandra Goujon, maître de conférence à l’Université de Bourgogne, spécialiste de l’Ukraine et auteur du livre “L'Ukraine. De l'indépendance à la guerre” aux éditions Le Cavalier bleu.

Le

Assange graffiti in London, UK – 19 Feb 2024
5min

International

Extradition de Julian Assange : les sénateurs communistes réitèrent leur soutien au fondateur de WikiLeaks

Dès demain, la Haute-Cour de Londres scellera le sort du célèbre lanceur d'alerte australien. Deux ans après avoir rendu une ordonnance d'extradition vers les Etats-Unis, le tribunal décidera mercredi 21 février de sa conformité. Alors qu'il risque la prison à vie pour espionnage, Julian Assange avait fait appel de cette décision en 2022. Affaibli, le fondateur de WikiLeaks ne participera pas à l'audience de ce mardi.

Le