Après l’hommage national pour les victimes françaises du Hamas en Israël, trois familles d’otages reçues au Sénat

Au lendemain de l’hommage national rendu aux 42 victimes françaises des attaques du Hamas le 7 octobre dernier en Israël, les familles des trois derniers otages français ont été reçues ce jeudi 8 février par Gérard Larcher au Sénat.
Stephane Duguet

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Il tenait à marquer le coup et à réaffirmer son soutien. Gérard Larcher, le président Les Républicains (LR) du Sénat a accueilli au Palais du Luxembourg les familles des trois otages français encore aux mains du Hamas dans la bande de Gaza. « On cherche des oreilles et des cœurs et nous en avons trouvé », confie Ishay Dan à Public Sénat. Sa belle-sœur et sa petite-nièce ont été tuées dans le kibboutz de Nir Oz le 7 octobre et trois autres membres de sa famille ont été pris en otage. Si ses deux enfants Erez et Sahar ont été libérés le 27 novembre, Ofer Kalderon reste emprisonné par le Hamas.

Ishay Dan a participé à l’hommage national organisé hier dans la cour de l’hôtel des Invalides par Emmanuel Macron. Le chef de l’Etat a honoré la mémoire des 42 Français morts lors des attaques du Hamas le 7 octobre et dénoncé « le plus grand massacre antisémite de notre siècle ». « Ce qu’a fait Emmanuel Macron est formidable. C’était un hommage très glorieux, plein de fierté pour nous et très courageux pour lui. J’espère que d’autres pays vont le faire », témoigne Ishay Dan. Il appelle surtout le gouvernement israélien à organiser une cérémonie similaire à l’hommage national rendu en France.

Public Sénat

« L’espérance doit être présente »

Quatre mois après les attaques du Hamas, il reste encore 132 otages dans la bande de Gaza. Ishay Dan souhaite que la France « appuie » sur le gouvernement israélien pour qu’il « continue de chercher les otages et de ne pas continuer la guerre ». « Je n’ai pas d’espoir », lâche-t-il tout en formulant le vœu de revoir les otages revenir. « Nous comprenons que le plus important pour ces familles, c’est le retour des leurs », affirme Gérard Larcher. Le président du Sénat explique avoir voulu recevoir ces familles qu’il avait déjà rencontrées lors de son déplacement en Israël avec tous les présidents de groupes du Sénat en décembre.

Au-delà de leur demander des nouvelles de ceux qui ont été libérés, le président de la chambre haute a désiré rappeler que « nous parlementaires, devons être des vigies des valeurs de la République pour rappeler que le 7 octobre il s’est passé des choses indicibles qui sont un crime contre toutes les valeurs humaines et qu’il ne doit pas être oublié ». Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu a refusé une proposition de trêve formulée par le Hamas. Malgré cela, le Secrétaire d’Etat américain Antony Blinken pense toujours qu’un accord est possible avec des libérations d’otages. « L’espérance doit être présente. Chaque jour qui passe est un jour douloureux pour les otages et pour les familles », souligne Gérard Larcher alors qu’Ishay Dan est rentré en Israël après avoir quitté le Sénat.

Dans la même thématique

Israel Palestinians
5min

International

Gaza : « Empêcher une population civile de se nourrir, au même titre que tirer dessus, est un crime de guerre »

À Gaza, une distribution d’aide alimentaire a viré à l’émeute jeudi, faisant une centaine de morts, selon le Hamas qui accuse l’armée israélienne d’avoir ouvert le feu sur la foule. De son côté, la France réclame l’ouverture d’une « enquête indépendante ». Interrogé par Public Sénat, Jean-Paul Chagnollaud, professeur émérite des Universités, spécialiste de la question palestinienne, évoque « la situation de désespérance humanitaire » dans la bande de Gaza.

Le

MIDEAST-GAZA-KHAN YOUNIS-ISRAEL-STRIKES-AFTERMATH
6min

International

Guerre Israël-Hamas : « Le prix des otages a augmenté »

Tandis que le bilan humain à Gaza ne cesse de s'alourdir et qu’une distribution alimentaire a été meurtrière ce jeudi, les efforts diplomatiques se poursuivent en vue d’une nouvelle trêve entre Israël et le Hamas. Mais les contours d’un accord sont complexes, comme l’explique David Rigoulet-Roze, chercheur associé à l’Institut de recherches internationales et stratégiques (IRIS) et rédacteur en chef de la revue Orients Stratégiques (L’Harmattan).

Le

France Ukraine Conference
14min

International

Troupes au sol en Ukraine : le sénateur LR Cédric Perrin pointe les propos « très alambiqués et potentiellement dangereux » d’Emmanuel Macron

La France s’est retrouvée isolée au plan européen, après les propos d’Emmanuel Macron qui n’a « pas exclu » l’envoi de troupes occidentales en Ukraine. Au Sénat, ils sont accueillis froidement. « On ne peut pas faire de déclaration de guerre sans la soumettre au Parlement », a rappelé Gérard Larcher. Le sénateur PS Rachid Temal tient plutôt à « saluer l’initiative prise par le Président de réunir l’ensemble des Européens sur l’Ukraine » pour rappeler leur « soutien ferme ». Le président LR de la commission des affaires étrangères, Cédric Perrin, salue l’annonce par l’Elysée d’un débat sur l’Ukraine au Parlement.

Le