Bombardements à Rafah : « On ne peut pas rester à regarder un génocide qui se déroule sous nos yeux », s’insurge Guillaume Gontard

Peu avant les questions d’actualité au gouvernement du Sénat, le président du groupe écologiste du Sénat, Guillaume Gontard a pressé Emmanuel Macron à reconnaitre l’Etat palestinien alors que l’armée israélienne continue de bombarder Rafah touchant des camps de déplacés palestiniens.
Rédaction Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Mardi, le député LFI, Sébastien Delogu a embrasé l’Assemblée nationale en brandissant un drapeau palestinien dans l’hémicycle pour alerter sur la situation à Gaza. Une initiative qui l’a conduit à subir la plus lourde sanction du règlement. Une exclusion de quinze jours de séance et la privation de la moitié de son indemnité parlementaire pendant deux mois.

« Je ne pense pas que cette sanction soit justifiée, mais ce qui m’angoisse c’est qu’on soit tourné vers cet évènement alors que nos regards devraient être tournés vers Gaza », a réagi au micro de Public Sénat, le président du groupe écologiste, Guillaume Gontard.

L’armée israélienne a de nouveau bombardé mercredi Rafah, une ville du sud de la bande de Gaza qui et a fait plus de 65 morts selon le Hamas. Ces dernières 24 heures, 75 Palestiniens ont péri dans les opérations militaires israéliennes à Gaza, portant à au moins 36.171 le bilan des morts, en majorité des civils, dans le territoire assiégé, d’après des données mercredi du ministère de la Santé de l’administration du Hamas. A New York, l’Algérie a présenté mardi au Conseil de sécurité de l’ONU un projet de résolution exigeant un cessez-le-feu « immédiat » et l’arrêt de l’offensive à Rafah.

Guillaume Gontard a déploré « les discours très creux du premier ministre », par rapport à l’Irlande et l’Espagne « qui avancent, qui font des propositions et qui reconnaissent l’Etat Palestinien. Je me dis : qu’est-ce que fait mon pays ? »

En déplacement en Allemagne, Emmanuel Macron s’est prononcé favorablement pour la reconnaissance de l’Etat Palestinien « mais pas sous le coup de l’émotion ». Le sénateur a trouvé « cette intervention d’Emmanuel Macron honteuse ». « Evidement qu’il y a de l’émotion quand plus de 40 000 personnes sont mortes. Donc on ne fait rien ? On a besoin d’une action politique. On a besoin d’un signal politique très fort comme la France qui reconnaît l’Etat palestinien. Ce serait un signal envoyé au gouvernement israélien d’extrême droite. On ne peut pas rester à regarder un génocide qui se déroule sous nos yeux et faire comme le Premier ministre, regarder nos chaussures ».

Guillaume Gontard appelle, enfin, le gouvernement à cesser la vente d’armes vers Israël ou encore rappeler l’ambassadeur d’Israël.

 

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Bombardements à Rafah : « On ne peut pas rester à regarder un génocide qui se déroule sous nos yeux », s’insurge Guillaume Gontard
2min

International

Élections européennes : « C’est quand l’extrême droite est au pouvoir qu’elle recule » constate Pascal Lamy

En France, le Rassemblement national est largement arrivé en tête des élections du 9 juin. Des résultats à nuancer à l’échelle de l’Union européenne. Dans « Ici l’Europe », Pascal Lamy, ancien directeur général de l’OMC, ancien commissaire français chargé du commerce et président émérite de l’institut Jacques Delors, explique que l’extrême droite recule en particulier dans les pays où elle est au pouvoir.

Le

Trait-d-union-V2
1min

International

[Podcast] Trait d’Union – Immigration : le double jeu du Hongrois Viktor Orbán

Aujourd’hui, nous partons dans la Hongrie barricadée de Viktor Orbán. En 2015, le pays a commencé à ériger des murs à ses frontières : 175km de barbelés entre la Hongrie et la Serbie, des clôtures, des caméras de vidéos surveillance, des contrôles de police renforcés. Voici ce que disait même le premier ministre en 2018 : “Je pense que les gens veulent deux choses. La première c’est aucun migrant en plus. Stoppons-les. La seconde pour ceux qui sont chez nous, c’est renvoyons-les dans leur pays.” Sauf qu’au-delà des discours populistes, il y a les actes… et depuis quelques temps, la Hongrie pratique “l’immigration choisie”… pour soutenir son économie fragile. Matias Arraez, journaliste pour Public Sénat, rentre de reportage, il était à Budapest et il va nous raconter tout cela. Vous souhaitez soutenir Trait d’Union ou en savoir plus ? Rendez-vous sur www.traitdunionpodcast.com

Le

Trait-d-union-V2
1min

International

[Podcast] Trait d’Union – Relancer la défense européenne, ça veut dire quoi ?

Donald Trump a prévenu, s’il est réélu, il n’aidera pas les pays de l’OTAN qui n’investissent pas au moins 2% de leur PIB dans la défense. Une petite phrase de campagne qui a fait comme un électrochoc en Europe. Et si les États-Unis lâchaient l’Union européenne ? Entre ces déclarations de désengagement et la guerre sur le continent européen, beaucoup appellent à développer la défense européenne… En quoi ça consiste ? C’est ce qu’on va voir dans cet épisode…. Avec Philippe Perchoc, chef Europe de IRSEM : l’Institut de recherche stratégique de l’Ecole Militaire Vous souhaitez soutenir Trait d’Union ou en savoir plus ? Rendez-vous sur www.traitdunionpodcast.com

Le

Bombardements à Rafah : « On ne peut pas rester à regarder un génocide qui se déroule sous nos yeux », s’insurge Guillaume Gontard
4min

International

« L’Europe n’est plus un continent de paix » : à l’Assemblée, Zelensky dresse un parallèle entre la guerre en Ukraine et la Seconde Guerre mondiale

Invité à prononcer un discours devant l’Assemblée nationale, le président ukrainien a remercié la France pour son soutien, après l’annonce de l’envoi de Mirage. « Pour la paix juste, il faut plus », a tout de même souligné Volodymyr Zelensky, affirmant que la guerre en Ukraine « a désormais pour l’Europe la même signification existentielle » que la Seconde guerre mondiale.

Le