Russia Ukraine War

Deux ans de guerre en Ukraine : « L’enjeu pour l’armée ukrainienne, c’est de tenir », analyse le général Trinquand

A la veille du deuxième anniversaire de la guerre, l'Ukraine apparaît fragilisée alors que les combats se poursuivent avec intensité à l'est du territoire. De son côté, la Russie célèbre une armée conquérante, malgré des victoires entachées par d’importantes pertes humaines. Quelle lecture donner de l'état du front deux ans après le début de la guerre ? Le général Dominique Trinquand, ancien chef de la mission militaire française auprès de l'ONU, répond aux questions de Public Sénat.
Rédaction Public Sénat

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

Deux ans après le début de l’offensive russe en Ukraine, le président Volodymyr Zelensky a reconnu ce lundi que la situation sur le front était devenue « extrêmement difficile ». Alors que le Congrès des Etats-Unis bloque une aide de 60 milliards d’euros, le président ukrainien a exhorté les sénateurs américains à approuver une aide supplémentaire à son pays. La semaine dernière, la France a approuvé une aide de trois milliards d’euros pour 2024. Affaiblie après l’échec de sa contre-offensive estivale et une réserve de munitions en constante diminution, l’Ukraine tente tant bien que mal de tenir sa position défensive face aux attaques incessantes de la Russie. Explications sur la situation militaire actuelle avec le général Dominique Trinquand, ancien chef de la mission militaire française auprès de l’ONU et auteur de Ce qui nous attend (Robert Laffont).

 

Alors que l’Ukraine s’apprête à entrer dans sa troisième année de guerre contre la Russie, quel diagnostic faites-vous de l’état du front qui oppose les deux pays ?

La ligne de front a beaucoup évolué depuis le début de la guerre. Entre l’été et l’hiver 2022, l’Ukraine a réussi à faire reculer la Russie. D’abord en faisant évacuer Kiev et ses alentours, puis en éloignant les forces russes présentes à Kharkiv. Enfin, les Ukrainiens ont réussi à faire retraverser le Dniepr [fleuve à l’est de l’Ukraine, ndlr] aux forces russes.

Mais depuis le mois de janvier 2023, les choses n’ont pas beaucoup bougé et le front terrestre reste figé. La Russie a réussi à s’installer sur une ligne de confrontation entre le Dniepr et Kharkiv, que les Ukrainiens n’ont pas réussi à enfoncer l’été dernier. Mais en réalité, les Russes ont réussi à grappiller deux zones seulement : Bakhmout et Avdiivka. Ce sont deux victoires, tactiques mais qui se sont faites au prix de grosses pertes du côté russe.

Toutefois, les offensives ukrainiennes ont été concluantes sur des dépôts logistiques en arrière de la ligne de front, mais surtout sur la mer Noire, où elles ont détruit les forces russes. La Russie n’a jamais été très forte sur le plan maritime. L’Ukraine a pu tirer profit de son armement perfectionné, tels que les drones maritimes ou les missiles longue portée Storm Shadow.

 

La Russie compte de plus en plus d’offensives réussies dans la région de Donetsk. Comment l’expliquer ? Y a-t-il eu un changement dans sa stratégie ?

D’une part, l’armée russe a décidé de consolider durablement sa position défensive. D’autre part, elle a transformé son économie en économie de guerre et surtout, elle a réussi à se faire approvisionner en munitions par la Corée du Nord et par l’Iran. Cela lui a permis de concentrer ses efforts uniquement sur des zones très précises du front, comme Bakhmout et Avdiivka.

 

Aujourd’hui, la Russie a célébré ses combattants à l’occasion d’une journée nationale d’hommage aux « défenseurs de la patrie ». Ce jeudi, l’armée russe a également revendiqué la prise du village de Pobeda à l’est de l’Ukraine. Parmi tous les succès célébrés par la Russie ces derniers jours, sa victoire à Avdiivka constitue-t-elle un tournant dans le conflit ?

Non ce n’est pas un tournant. Ce qui est certain c’est qu’il est important pour Poutine de mettre en avant cette victoire, car il est en campagne électorale. Mais du côté ukrainien, il est vrai que c’est difficile psychologiquement d’encaisser une défaite.

D’ailleurs, la situation va être très difficile en 2024 pour l’Ukraine. Son armée est alimentée par les industries occidentales, elles-mêmes en incapacité de fournir assez de matériel militaire. Il y a aujourd’hui un retard dans les livraisons, ce qui ne lui permet pas de se maintenir en position défensive.

 

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a reconnu ce lundi une situation « extrêmement difficile » sur le front. Cette nuit, l’Ukraine a continué à subir des attaques de missiles et de drones russes. Odessa a été touchée, ainsi que les zones de Mariïnka et d’Avdiivka, où la situation est très tendue. L’armée ukrainienne parviendra-t-elle à quitter sa position défensive pour tenter une nouvelle percée ?

Non, il n’y aura pas de nouvelle percée de l’armée ukrainienne en 2024. Actuellement, l’enjeu essentiel pour l’Ukraine, c’est de tenir. Du côté européen, tous les moyens sont mis en place pour lui permettre d’assurer sa défense [les dirigeants du Conseil de l’Europe se sont engagés ce vendredi à apporter leur soutien « indéfectible » à l’Ukraine, ndlr]. L’inquiétude point plutôt du côté américain. Les trois quarts des munitions étaient fournis par les Etats-Unis, mais la campagne électorale menée par Donald Trump a ajouté beaucoup d’incertitude.

 

De son côté, la Russie est-elle en bonne position pour poursuivre sa percée vers l’ouest ?

Il est très difficile de se prononcer sur la poursuite d’une percée russe. Cela lui a pris quatre mois avant de réussir la prise d’Avdiivka. Il est peu probable que la Russie ait les ressources nécessaires pour continuer à gagner du terrain. L’objectif de Poutine ce n’est pas de conquérir l’Ukraine complètement, il sait qu’il n’est pas en capacité de le faire. Il tentera de conquérir complètement les oblasts de Louhansk et Donetsk qui ont été annexés sans être complètement occupés par la Russie.

 

Propos recueillis par Myriam Roques-Massarin

Dans la même thématique

Israel Palestinians
16min

International

Guerre Israël-Hamas : « La solution à deux Etats fait son retour sur le devant de la scène internationale » 

L’attaque terroriste du Hamas le 7 octobre a eu immédiatement un retentissement mondial. 6 mois plus tard, quelles sont les répercussions géopolitiques de ce conflit ? Les Etats-Unis, traditionnels alliés d’Israël, sont-ils en train de lâcher l’Etat hébreu ? Réponses avec David Khalfa, Co-directeur de l’Observatoire de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient de la Fondation Jean-Jaurès.

Le

Computer Hacker
5min

International

Cyberattaques : un ancien sénateur victime de hackers chinois dénonce l’inaction des autorités françaises

L’ancien sénateur, André Gattolin vient de découvrir grâce à une enquête de la justice américaine qu’il avait subi une cyberattaque en 2021 menée par des hackers en lien avec le service de renseignement chinois. Il était à l’époque membre de l’alliance interparlementaire sur la Chine. Il dénonce aujourd’hui le manque de soutien des autorités françaises. « Dans un Etat de droit, on protège ses parlementaires », s’insurge-t-il.

Le

Paris: Emmanuel Macron welcomes Rwanda’s President Paul Kagame
10min

International

Couac de l’Elysée sur le génocide des Tutsi : « Il est difficile de savoir quelles seront les conséquences de cet épisode », analyse l’historien François Robinet

Ce jeudi 4 avril, un point presse de l’Elysée laissait présager que le président de la République allait amorcer une étape supplémentaire dans la reconnaissance de la responsabilité de la France dans le génocide des Tutsis, qui a fait 800 000 morts en à peine 3 mois. Trois jours plus tard, Emmanuel Macron n’a pourtant pas souhaité aller plus loin, suscitant une certaine incompréhension. Pour l’historien François Robinet, cet événement « semble indiquer que l’exécutif ne pourra pas aller plus loin sur la voie de la reconnaissance des responsabilités françaises ». Entretien.

Le