Election présidentielle américaine 2024

Élection présidentielle américaine : le calendrier des prochains mois

La course à la Maison Blanche commence formellement ce lundi 15 janvier, avec le début des primaires du parti républicain. Une longue succession de rendez-vous attend les Américains jusqu’à l’été.
Guillaume Jacquot

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

À peine dix mois nous séparent de l’élection présidentielle américaine. D’ici au scrutin du 5 novembre 2024, une série de rendez-vous électoraux vont jalonner l’année. Le premier semestre sera déterminant pour les différents candidats de chaque camp, puisque ce sera la période des primaires ou de caucus. Une phase au cours de laquelle les États vont élire des délégués.

15 janvier : début du processus de nomination du candidat du parti républicain

La campagne a certes commencé, mais le vrai coup d’envoi du processus de désignation dans chaque parti sera donné ce lundi 15 janvier. L’Iowa est le premier État à entrer dans la danse. Le parti républicain y organise des caucus, des assemblées locales de militants qui devront élire des délégués. Parce qu’il est le premier des États à voter au début de la longue route des primaires, l’Iowa constitue donc un moment clé de la séquence qui s’ouvre. L’emporter revient à s’assurer d’un bon coup de pouce pour la suite.

L’enjeu est de taille pour Donald Trump, même si l’État est avant tout symbolique (il regroupe 1,6 % du nombre total de délégués au niveau national). Va-t-il confirmer ses bons sondages, malgré ses déboires judiciaires ? Ou ses principaux rivaux Nikki Haley (ancienne ambassadrice des États-Unis auprès des Nations unies) et Ron DeSantis (gouverneur de Floride) vont-ils créer la surprise comme outsiders ? Le candidat qui prend l’avantage dans l’Iowa n’est cependant pas assuré d’emporter en bout de course l’investiture. C’est ce qui s’était produit en 2016 : Ted Cruz était arrivé en tête dans l’État, devant Donald Trump.

Une petite subtilité cette année pour le parti démocrate : le résultat des votes par correspondance ne sera connu qu’en mars pour cet État.

23 janvier : premières primaires dans le New Hampshire

Les premières primaires, des scrutins organisées par les autorités locales cette fois, et non les partis, auront lieu le 23 janvier, dans le New Hampshire. Contrairement au calendrier demandé par Joe Biden, c’est bien dans cet État du Nord-Est que se tiendra la première primaire démocrate. L’actuel président souhaitait débuter par un État plus représentatif de la population nationale, avec la Caroline du Sud. Les démocrates de l’État n’ont pas approuvé ce changement. Anticipant leur décision, le chef de l’État a annoncé qu’il ne figurerait pas sur les bulletins du New Hampshire, mais ce choix ne devrait pas bousculer le résultat final, tant son avance est importante dans les sondages face au député Dean Phillips, et à Marianne Williamson, une autrice de livres sur le développement personnel.

D’autres primaires vont suivre tout au long du mois de février, dans le Nevada, en Caroline du Sud ou encore dans le Michigan.

8 février : une décision de la Cour suprême très attendue

Cette année électorale ne ressemblera à nulle autre aux Etats-Unis en raison des procédures dont fait l’objet Donald Trump. La Cour suprême, à majorité conservatrice, doit examiner le 8 février la question de l’inéligibilité de Donald Trump, après deux décisions historiques prises dans deux Etats. Fin décembre, la cour suprême du Colorado puis la secrétaire d’État du Maine ont décidé d’interdire Donald Trump d’y être candidat aux primaires républicaines, l’accusant d’actes d « insurrection » lors de l’assaut du Capitole en 2021.

4 mars : comparution de Donald Trump

À la veille d’une des plus grosses échéances politiques, un procès au pénal commence le 4 mars à Washington pour Donald Trump. L’ancien président américain est accusé d’avoir tenté d’inverser les résultats de la présidentielle de novembre 2020 et favorisé l’assaut sur le Capitole le 6 janvier 2021.

5 mars : le Super Tuesday

Le mardi 5 mars sera une journée décisive sur le chemin vers la Maison Blanche. Au total, une quinzaine d’États vont désigner 37 % du collège total en jeu pour chaque parti : deux poids lourds, comme la Californie et le Texas, mais aussi l’Alabama, l’Alaska, l’Arkansas, le Colorado, le Maine, le Massachusetts, le Minnesota, la Caroline du Nord, l’Oklahoma, le Tennessee, l’Utah, le Vermont, et la Virginie. Il n’est pas rare de voir des candidats abandonner au terme de cette journée et rallier le mieux placé de leur famille politique.

Passé cette date capitale, mars et avril restent deux mois intenses en termes de nombres de primaires. La Floride se prononce le 19 mars, par exemple. Fin avril, la grande majorité des délégués aura été désignée.

4 juin : dernières primaires

Les dernières primaires se tiendront le 4 juin, avec le Montana, le New Jersey, le Nouveau Mexique, le Dakota du Sud et le District de Columbia (uniquement pour le parti démocrate).

15 juillet au 18 juillet : Convention nationale des Républicains

Grand évènement politique, la convention sert à officialiser le nom du candidat ayant reçu le plus grand nombre de délégués. Celle des Républicains sera organisée à Milwaukee, dans le Wisconsin, l’un des « swing states », autrement dit un État pouvant basculer aussi bien démocrate que républicain. Il y a quatre ans, Joe Biden l’avait emporté d’une courte tête (moins d’1 % d’écart) dans cet État de la région des Grands lacs.

19 août au 22 août : Convention nationale des Démocrates

Celle des démocrates se tiendra le mois suivant, à Chicago, dans l’Illinois, État important pour les démocrates.

5 novembre 2024 : Election Day

Les Américains sont appelés aux urnes le 5 novembre. L’investiture du président est prévue le 20 janvier 2025.

Dans la même thématique

Israel Palestinians
5min

International

Gaza : « Empêcher une population civile de se nourrir, au même titre que tirer dessus, est un crime de guerre »

À Gaza, une distribution d’aide alimentaire a viré à l’émeute jeudi, faisant une centaine de morts, selon le Hamas qui accuse l’armée israélienne d’avoir ouvert le feu sur la foule. De son côté, la France réclame l’ouverture d’une « enquête indépendante ». Interrogé par Public Sénat, Jean-Paul Chagnollaud, professeur émérite des Universités, spécialiste de la question palestinienne, évoque « la situation de désespérance humanitaire » dans la bande de Gaza.

Le

MIDEAST-GAZA-KHAN YOUNIS-ISRAEL-STRIKES-AFTERMATH
6min

International

Guerre Israël-Hamas : « Le prix des otages a augmenté »

Tandis que le bilan humain à Gaza ne cesse de s'alourdir et qu’une distribution alimentaire a été meurtrière ce jeudi, les efforts diplomatiques se poursuivent en vue d’une nouvelle trêve entre Israël et le Hamas. Mais les contours d’un accord sont complexes, comme l’explique David Rigoulet-Roze, chercheur associé à l’Institut de recherches internationales et stratégiques (IRIS) et rédacteur en chef de la revue Orients Stratégiques (L’Harmattan).

Le