Assange graffiti in London, UK – 19 Feb 2024

Extradition de Julian Assange : les sénateurs communistes réitèrent leur soutien au fondateur de WikiLeaks

Dès demain, la Haute-Cour de Londres scellera le sort du célèbre lanceur d'alerte australien. Deux ans après avoir rendu une ordonnance d'extradition vers les Etats-Unis, le tribunal décidera mercredi 21 février de sa conformité. Alors qu'il risque la prison à vie pour espionnage, Julian Assange avait fait appel de cette décision en 2022. Affaibli, le fondateur de WikiLeaks ne participera pas à l'audience de ce mardi.
Rédaction Public Sénat

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

A partir de ce mardi, la justice britannique aura deux jours pour trancher sur l’extradition de l’Australien Julian Assange vers les Etats-Unis. Outre-Atlantique, il risque jusqu’à 175 ans de prison pour avoir divulgué près de 700 000 documents confidentiels sur les activités militaires et diplomatiques américaines. Cette audience a lieu alors que le fondateur de WikiLeaks avait fait appel contre la décision judiciaire d’autorisation de son extradition, acceptée par le gouvernement britannique en 2022. Depuis avril 2019, Julian Assange est détenu dans la prison de Belmarsh, à Londres. Il avait été arrêté par les autorités britanniques après s’être réfugié pendant sept ans au sein de l’ambassade d’Equateur au Royaume-Uni. Dans le monde entier, plusieurs groupes de soutien plaident pour sa libération. Au Sénat, les élus communistes appellent le gouvernement français à lui proposer l’asile.

Un état de santé qui suscite l’inquiétude

En janvier 2021, la juge britannique Vanessa Baraitser avait déjà rejeté la demande d’extradition de Julian Assange, invoquant le risque de suicide, mis en avant par sa défense. Mais la Haute Cour de Justice avait finalement annulé cette décision. Cette année-là, les Etats-Unis avaient tenté de rassurer le gouvernement britannique sur les conditions de détention prévues pour l’accusé. Le pays s’est notamment engagé à lui prodiguer les soins cliniques nécessaires et à ne pas l’incarcérer dans la prison de très haute sécurité ADX de Florence (Colorado).

Des garanties jugées insuffisantes pour la famille Assange et ses soutiens. Dans un communiqué publié le 6 février 2024, la Rapporteure spéciale de l’ONU sur la torture, Alice Jill Edwards, avait également exhorté le Royaume-Uni à suspendre l’extradition de Julian Assange, mettant en garde sur le risque élevé de suicide. Stella Assange, son épouse, a indiqué il y a quelques jours craindre qu’il « ne survive pas » à son extradition. Comme une preuve supplémentaire, son mari n’assistera pas à l’audience de ce mardi car « il ne se sent pas bien », selon son avocat Edward Fitzgerald. Le sénateur communiste Eric Bocquet, lui, dénonce la « véritable traque subie par cet homme de 52 ans, qui est pourchassé comme un criminel ».

Aujourd’hui, les Etats-Unis reprochent au hacker australien d’avoir publié des centaines de milliers de documents classés secret-défense sur le site internet WikiLeaks à partir de 2010. Eric Bocquet rappelle que Julian Assange a permis de « révéler des crimes de guerre reconnus par la communauté internationale ». Parmi les documents, une vidéo datant de 2007 montrait notamment le meurtre de civils, dont deux journalistes, perpétré par l’armée de l’air américaine. Le sénateur du Nord qualifie la peine encourue de « délirante » alors que le lanceur d’alerte aurait agi en « citoyen responsable et en faveur des droits de l’homme ».

Lui offrir l’asile en France

« Depuis 13 ans, un innocent est en prison. Son seul forfait ? Avoir dévoilé des vérités dérangeantes pour les Etats-Unis », a réagi le sénateur communiste Ian Brossat. Fin 2023, des élus du groupe CRCE avaient rencontré le père de Julian Assange pour lui témoigner leur soutien.

De son côté, le sénateur Eric Bocquet avait déjà interpellé le gouvernement fin 2021 rappelant que les révélations de Julian Assange avaient permis de découvrir que trois présidents français (Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande) avaient été placés sur écoute téléphonique par les Américains.

Aujourd’hui, les élus communistes plaident notamment pour que la France accorde le droit d’asile au fondateur de WikiLeaks. Si le tribunal britannique venait à confirmer l’extradition de Julian Assange, « il faudra donner une suite au niveau politique et pourquoi pas réinitier une proposition d’asile et d’accueil sur notre territoire », indique Eric Bocquet. Ian Brossat, lui, souligne qu’il « est grand temps que la France agisse pour sa libération. Pour lui, et pour la liberté de la presse ». A ce jour, l’Australien n’a déposé aucune demande d’asile en France.

Ian Brossat appelle donc le Royaume-Uni à « affirmer sa souveraineté », au risque d’envoyer le signal de son « inféodation aux Etats-Unis ». Si le recours déposé par Julian Assange venait à être refusé par la justice britannique, sa dernière option resterait de saisir la Cour européenne des droits de l’homme. Dans une interview accordée aujourd’hui à France Culture, Stella Assange partage néanmoins sa préoccupation concernant le peu de temps dont il disposera pour agir : « Le ministère de l’Intérieur [britannique, ndlr] prendra ou a déjà pris des dispositions […] pour le déplacer rapidement ».

Julian Assange était également visé par une enquête pour viol en Suède. Le parquet suédois avait finalement classé l’affaire sans suite, face à l’impossibilité de faire comparaître l’accusé, protégé par l’ambassade d’Equateur à Londres. La plaignante n’avait pas fait appel de cette décision.

Myriam Roques-Massarin

Dans la même thématique

Israel Palestinians
16min

International

Guerre Israël-Hamas : « La solution à deux Etats fait son retour sur le devant de la scène internationale » 

L’attaque terroriste du Hamas le 7 octobre a eu immédiatement un retentissement mondial. 6 mois plus tard, quelles sont les répercussions géopolitiques de ce conflit ? Les Etats-Unis, traditionnels alliés d’Israël, sont-ils en train de lâcher l’Etat hébreu ? Réponses avec David Khalfa, Co-directeur de l’Observatoire de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient de la Fondation Jean-Jaurès.

Le

Computer Hacker
5min

International

Cyberattaques : un ancien sénateur victime de hackers chinois dénonce l’inaction des autorités françaises

L’ancien sénateur, André Gattolin vient de découvrir grâce à une enquête de la justice américaine qu’il avait subi une cyberattaque en 2021 menée par des hackers en lien avec le service de renseignement chinois. Il était à l’époque membre de l’alliance interparlementaire sur la Chine. Il dénonce aujourd’hui le manque de soutien des autorités françaises. « Dans un Etat de droit, on protège ses parlementaires », s’insurge-t-il.

Le

Paris: Emmanuel Macron welcomes Rwanda’s President Paul Kagame
10min

International

Couac de l’Elysée sur le génocide des Tutsi : « Il est difficile de savoir quelles seront les conséquences de cet épisode », analyse l’historien François Robinet

Ce jeudi 4 avril, un point presse de l’Elysée laissait présager que le président de la République allait amorcer une étape supplémentaire dans la reconnaissance de la responsabilité de la France dans le génocide des Tutsis, qui a fait 800 000 morts en à peine 3 mois. Trois jours plus tard, Emmanuel Macron n’a pourtant pas souhaité aller plus loin, suscitant une certaine incompréhension. Pour l’historien François Robinet, cet événement « semble indiquer que l’exécutif ne pourra pas aller plus loin sur la voie de la reconnaissance des responsabilités françaises ». Entretien.

Le