Film des attaques du 7 octobre : « Vous comprenez l’envie de haine et de vengeance, mais il faut garder la tête froide », selon Francis Szpiner

A l’appel de Roger Karoutchi, président du groupe d’amitié France-Israël, les images de l’attaque du 7 octobre ont été projetées au Sénat, mardi soir. Les élus ont été profondément choqués. « Ce qui est effrayant dans ce que nous avons vu hier, c’est l’effet de masse, l’accumulation et surtout la joie autour du crime », témoigne le sénateur LR, Francis Szpiner.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Francis Szpiner, avocat pénaliste et sénateur LR de Paris a l’habitude de voir des photos d’autopsie. « Je sais malheureusement que ça fait partie du monde et qu’il faut regarder le monde en face ». Mardi soir, Francis Szpiner a participé à la projection des images de l’attaque du Hamas survenue le 7 octobre. Une projection qui a eu lieu à l’initiative de Roger Karoutchi, président du groupe d’amitié France-Israël. « Ce qui est effrayant dans ce que nous avons vu hier, c’est l’effet de masse, l’accumulation et surtout la joie autour du crime. D’habitude, nous (avocats), on découvre le crime et puis il y a l’enquête. Là, on voit l’assassin en action qui se glorifie ».

« Ce ne sont pas des hommes qui ont fait ça. C’est terrible »

A la sortie de la projection mardi soir, l’émotion était palpable. Aucun sénateur n’a accepté de s’exprimer à chaud face caméra mis à part Olivier Paccaud, élu (LR) de l’Oise. « J’ai simplement vu jusqu’où l’homme pouvait perdre l’âme, ni plus ni moins. Il n’y a pas de mot. Ce ne sont pas des hommes qui ont fait ça. C’est terrible ».

Invité de Cnews mercredi matin, Bruno Retailleau, le président du groupe LR du Sénat, a également témoigné de ce qu’il a vu. « Ce qui m’a le plus choqué, c’est la jouissance des terroristes à faire du mal (…) l’âme humaine n’a pas progressé. Cette part de mal est préoccupante  (…) La civilisation est là pour que les instincts animaux soient bridés (…) La France, qui est une grande nation culturelle, œuvre aussi pour que notre civilisation puisse progresser »

Fort de son expérience, Francis Szpiner a une interprétation différente de ce visionnage. « Je pense malheureusement que c’est très humain. Il faut toujours s’interroger sur la capacité de l’homme à commettre de telles atrocités. D’autant plus que ces atrocités sont commises par des gens fiers de les commettre. Quand on sort (de ce visionnage) il faut éviter d’être dans la haine parce que quand vous voyez ces images vous comprenez l’envie de haine et de vengeance […] Il y a toujours le risque en voyant ça que les gens se disent : on peut raser Gaza, ça ne pose aucun problème […] Quand on est responsable politique, il faut avoir la tête froide, dire que ce crime a existé. Il doit être puni mais ce n’est pas la force qui l’emportera d’une manière ou d’une autre ».

Dans la même thématique

Israel Palestinians
5min

International

Gaza : « Empêcher une population civile de se nourrir, au même titre que tirer dessus, est un crime de guerre »

À Gaza, une distribution d’aide alimentaire a viré à l’émeute jeudi, faisant une centaine de morts, selon le Hamas qui accuse l’armée israélienne d’avoir ouvert le feu sur la foule. De son côté, la France réclame l’ouverture d’une « enquête indépendante ». Interrogé par Public Sénat, Jean-Paul Chagnollaud, professeur émérite des Universités, spécialiste de la question palestinienne, évoque « la situation de désespérance humanitaire » dans la bande de Gaza.

Le

MIDEAST-GAZA-KHAN YOUNIS-ISRAEL-STRIKES-AFTERMATH
6min

International

Guerre Israël-Hamas : « Le prix des otages a augmenté »

Tandis que le bilan humain à Gaza ne cesse de s'alourdir et qu’une distribution alimentaire a été meurtrière ce jeudi, les efforts diplomatiques se poursuivent en vue d’une nouvelle trêve entre Israël et le Hamas. Mais les contours d’un accord sont complexes, comme l’explique David Rigoulet-Roze, chercheur associé à l’Institut de recherches internationales et stratégiques (IRIS) et rédacteur en chef de la revue Orients Stratégiques (L’Harmattan).

Le

France Ukraine Conference
14min

International

Troupes au sol en Ukraine : le sénateur LR Cédric Perrin pointe les propos « très alambiqués et potentiellement dangereux » d’Emmanuel Macron

La France s’est retrouvée isolée au plan européen, après les propos d’Emmanuel Macron qui n’a « pas exclu » l’envoi de troupes occidentales en Ukraine. Au Sénat, ils sont accueillis froidement. « On ne peut pas faire de déclaration de guerre sans la soumettre au Parlement », a rappelé Gérard Larcher. Le sénateur PS Rachid Temal tient plutôt à « saluer l’initiative prise par le Président de réunir l’ensemble des Européens sur l’Ukraine » pour rappeler leur « soutien ferme ». Le président LR de la commission des affaires étrangères, Cédric Perrin, salue l’annonce par l’Elysée d’un débat sur l’Ukraine au Parlement.

Le