Importations de gaz russe  : « Nous avons toujours un niveau insuffisant de sanctions », alerte François Hollande

Auditionné dans le cadre de la commission d’enquête sur les obligations climatiques de TotalEnergies, l’ancien président de la République a été questionné sur la poursuite des activités du groupe en Russie. Pour François Hollande, l’Union européenne doit suspendre les livraisons de gaz naturel liquéfié russe, « quoi qu’il en coûte ».
Rose Amélie Becel

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Depuis le début de la guerre en Ukraine, les sanctions économiques européennes ne s’appliquent pas à l’importation de gaz russe dans l’UE. En 2022 et en 2023, TotalEnergies a ainsi importé 14 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié (GNL) sur le continent. Une activité sur laquelle le groupe pétrolier s’était expliqué devant la commission d’enquête sénatoriale, à l’occasion de l’audition de son PDG Patrick Pouyanné.

Dernier auditionné de cette même commission, François Hollande a de son côté dénoncé une insuffisance des sanctions européennes actuelles à l’encontre de Moscou. « Nous avons toujours un niveau insuffisant de sanctions, la preuve c’est qu’elles sont en ce moment en partie contournées. La Chine, la Turquie, l’Inde, l’Iran peuvent permettre à la Russie de contourner une partie de ces sanctions pour s’approvisionner, y compris en armes », a alerté l’ancien président de la République.

L’interdiction du GNL russe en Europe : « un principe de cohérence politique »

Concernant le cas particulier du GNL, François Hollande assure qu’il « serait sans doute nécessaire, quoi qu’il en coûte, de suspendre ce type de livraisons ». « C’est un atout considérable pour la Russie, une source de financements importante », a justifié l’ancien chef de l’État, estimant que cette interdiction relevait d’un « principe de cohérence politique, par rapport à ce que l’on sait de l’action de Vladimir Poutine » en Ukraine.

Questionné sur les relations qu’il avait lui-même entretenu avec TotalEnergies lors de son mandat, François Hollande a rappelé que l’Union européenne avait choisi de ne pas interdire l’approvisionnement des gazoducs reliant la Russie à l’Europe, au moment de l’invasion de la Crimée en 2014. Un choix notamment poussé par Angela Merkel, assure l’ancien président : « C’était la position de l’Allemagne depuis plusieurs années, que le gazoduc apporterait non seulement du gaz bon marché à l’Allemagne, mais qu’il était aussi un moyen de convaincre Vladimir Poutine de ne pas aller plus loin [dans son offensive en Ukraine]. Vous connaissez le résultat… »

« La sanction, c’est un arbitrage politique. Ne laissons pas croire à l’opinion que ce sont les entreprises qui bloquent »

Toutefois, François Hollande a assuré que les groupes pétroliers, à l’image de TotalEnergies, n’avaient aucune responsabilité à prendre dans la fin de ces importations de GNL : « La sanction, c’est un arbitrage politique. Ne laissons pas croire à l’opinion, parce que ce serait trompeur, que ce sont les entreprises qui bloquent une volonté des États ». Au moment où la question de sanctions économiques contre la Russie se posait en 2014, l’ancien chef de l’État affirme d’ailleurs ne « jamais » avoir « reçu une pression de Total » pour orienter sa décision.

Auditionné le 29 avril, le PDG de TotalEnergies Patrick Pouyanné avait de son côté concédé des erreurs dans la poursuite de ses investissements en Russie. « On avait tort, on a mal évalué ce que Vladimir Poutine avait dans la tête », avait-il regretté, tout en ajoutant, « j’aurais aimé entendre plus de voix nous dire que l’on avait tort en 2014-2015, j’ai plutôt entendu des voix me poussant à continuer à investir et à faire du gaz naturel liquéfié en Russie ».

Dans la même thématique

Ursula Von der Leyen
4min

International

Ursula Von der Leyen favorite pour conserver la présidence de la Commission européenne

L’Allemande Ursula Von der Leyen est en passe d’être désignée présidente de la Commission européenne, par les 27 Etats-membres de l’Union européenne. Mais pourra-t-elle obtenir ensuite une majorité de voix au sein du Parlement européen, le mois prochain ? On en débat dans l’émission Ici l’Europe, sur France 24 et Public Sénat.

Le

Kim Leaves Russia With Accepted Invitation Back From Putin To Visit Pyongyang, Amur, Russian Federation – 14 Sep 2023
4min

International

« La Corée du Nord a envoyé 12 000 conteneurs d’armes à la Russie pour le front ukrainien »

Vladimir Poutine effectue mardi et mercredi une visite d'Etat en Corée du Nord, quelques heures après de nouvelles tensions à la frontière entre Séoul et Pyongyang. Alliés depuis la fin de la guerre de Corée (1950-1953), la Russie et la Corée du Nord ont vu leurs relations se réchauffer depuis le conflit en Ukraine, comme l’explique Olivier Guillard, directeur de l’information chez Crisis24, chercheur associé à l’Institut d’études de géopolitique appliquée et enseignant à l’EDHEC.

Le

Importations de gaz russe  : « Nous avons toujours un niveau insuffisant de sanctions », alerte François Hollande
2min

International

Élections européennes : « C’est quand l’extrême droite est au pouvoir qu’elle recule » constate Pascal Lamy

En France, le Rassemblement national est largement arrivé en tête des élections du 9 juin. Des résultats à nuancer à l’échelle de l’Union européenne. Dans « Ici l’Europe », Pascal Lamy, ancien directeur général de l’OMC, ancien commissaire français chargé du commerce et président émérite de l’institut Jacques Delors, explique que l’extrême droite recule en particulier dans les pays où elle est au pouvoir.

Le