Ingérences étrangères : la Russie « joue la politique du pire », selon Frédéric Encel

Le professeur de géopolitique met en garde contre la multiplication des tentatives de déstabilisation que subit la France, souvent à l’initiative de la Russie. Pour lui, se joue aussi la « crédibilité » de la France dans sa capacité à répondre à ces menaces
Rédaction Public Sénat

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

Face à la révolte des indépendantistes kanaks et aux violences qui déchirent l’archipel depuis une semaine, Emmanuel Macron a décidé de se rendre en Nouvelle-Calédonie, où il est arrivé mercredi soir pour tenter de ramener le calme. Les tensions, nées d’un projet de réforme constitutionnelle visant à élargir le corps électoral calédonien, seraient aussi entretenues, d’après le gouvernement et de nombreux élus, par l’ingérence de puissances étrangères. Le géopolitologue Frédéric Encel désigne deux pays qui ont particulièrement intérêt à la déstabilisation de la Nouvelle-Calédonie : la Russie et la Chine. « La Russie parce que Monsieur Poutine a décidé de renverser la table des relations internationales. Il n’use plus de rapports de force classiques depuis les réactions européennes et américaines fortes à son invasion de l’Ukraine », analyse Frédéric Encel. « Du Sahel à la Nouvelle Calédonie en passant par le cyberespace, il tente de récréer une guerre froide, peut-être de manière beaucoup plus virulente avec l’Occident », complète le professeur à Sciences Po Paris.

Des motivations différentes

Dans ce contexte, la France est donc une cible idéale, « depuis qu’elle est devenue l’un des fers de lance du soutien à l’Ukraine ». La Chine quant à elle n’a pas les mêmes motivations. L’idée de Pékin n’est pas de « déstabiliser l’Europe », assure Frédéric Encel. Les Chinois ont en effet besoin d’une Europe prospère et stable pour maintenir leurs exportations et leur balance commerciale excédentaire vis-à-vis du Vieux continent. Ce sont des « raisons géostratégiques » qui président aux ingérences présumées de Pékin en Nouvelle-Calédonie : « La Chine cherche à pousser ses pions dans l’ensemble du Pacifique sud, avec la volonté de conquérir de manière diplomatique et commerciale ces archipels très importants », explique Frédéric Encel. D’autant plus que la Nouvelle Calédonie présente deux avantages de taille : son poids démographique et la présence de nickel – matière première primordiale dans la fabrication de voitures électriques notamment – dans son sous-sol.

« Intérêt stratégique »

Si les ingérences étrangères – « très lourdes, très incisives » – ne sont pas la cause de la crise calédonienne « qui dure depuis des décennies », elles « contribuent à accroître » les difficultés de la France sur ce territoire, indique Frédéric Encel. Pour le professeur de relations internationales, ce type de tentative d’ingérences étrangères – contre lesquelles le Sénat a adopté mercredi une proposition de loi – devrait continuer à l’avenir. « La France ne peut pas être directement attaquée sur le plan militaire. Donc un certain nombre d’adversaires tentent de nous affaiblir d’une autre manière », affirme Frédéric Encel. Dans ce contexte, la proposition de loi votée hier au Sénat est la bienvenue : « la France a un intérêt stratégique absolument évident à réagir, ne serait-ce que pour démontrer sa crédibilité ». Car le phénomène n’est pas circonscrit à la question calédonienne. Les tentatives de déstabilisation de la société se multiplient ces derniers mois autour d’un autre sujet : le conflit entre Israël et le Hamas. Fin octobre, des centaines d’étoiles de David étaient apparues sur les murs de Paris et sa proche banlieue, suscitant immédiatement la consternation de l’ensemble de la classe politique, dans un contexte de montée en flèche du nombre d’actes antisémites.

La Russie veut « le chaos »

Quelques jours plus tard, c’est un couple de Moldaves qui est finalement arrêté. D’après Le Monde, ces actions auraient été commanditées par l’homme d’affaires moldave Anatolii Prizenko et largement relayées par le réseau de propagande prorusse Doppelgänger. Mi-mai, bis repetita. De vives polémiques éclatent et des accusations d’antisémitismes émergent à l’encontre d’étudiants présents devant le campus de Sciences Po Paris les mains grimées de rouge lors d’un rassemblement propalestinien. Ces derniers les arborent selon eux pour dénoncer les massacres commis sur la population palestinienne à Gaza, mais d’autres y voient une référence au lynchage de Ramallah survenu en 2000 sur trois soldats de Tsahal, et donc un appel au meurtre des Juifs. Peu après la polémique retombée, des mains rouges sont découvertes sur le Mur des Justes du mémorial de la Shoah. L’émoi est immense. Selon « le Canard enchaîné », là encore, les enquêteurs soupçonnent Moscou d’avoir commandité ces actes de vandalisme. « Aujourd’hui, sur une thématique extrêmement brûlante, la Russie joue la politique du pire », explique Frédéric Encel, pour qui cela « montre bien » que Moscou « a décidé de créer les conditions du chaos ».

Après l’annonce de la reconnaissance de l’Etat palestinien par la Norvège, l’Espagne et l’Irlande, le professeur de relations internationales note par ailleurs que la position d’Israël « recule d’un point de vue diplomatique », avant de nuancer : «Après 8 mois d’une guerre extrêmement dure, les quatre Etats arabes signataires des accords d’Abraham n’ont pas remis en cause ces accords. L’Arabie saoudite continue à discuter avec les Etats-Unis de la reconnaissance d’Israël ».

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Ingérences étrangères : la Russie « joue la politique du pire », selon Frédéric Encel
2min

International

Élections européennes : « C’est quand l’extrême droite est au pouvoir qu’elle recule » constate Pascal Lamy

En France, le Rassemblement national est largement arrivé en tête des élections du 9 juin. Des résultats à nuancer à l’échelle de l’Union européenne. Dans « Ici l’Europe », Pascal Lamy, ancien directeur général de l’OMC, ancien commissaire français chargé du commerce et président émérite de l’institut Jacques Delors, explique que l’extrême droite recule en particulier dans les pays où elle est au pouvoir.

Le

Trait-d-union-V2
1min

International

[Podcast] Trait d’Union – Immigration : le double jeu du Hongrois Viktor Orbán

Aujourd’hui, nous partons dans la Hongrie barricadée de Viktor Orbán. En 2015, le pays a commencé à ériger des murs à ses frontières : 175km de barbelés entre la Hongrie et la Serbie, des clôtures, des caméras de vidéos surveillance, des contrôles de police renforcés. Voici ce que disait même le premier ministre en 2018 : “Je pense que les gens veulent deux choses. La première c’est aucun migrant en plus. Stoppons-les. La seconde pour ceux qui sont chez nous, c’est renvoyons-les dans leur pays.” Sauf qu’au-delà des discours populistes, il y a les actes… et depuis quelques temps, la Hongrie pratique “l’immigration choisie”… pour soutenir son économie fragile. Matias Arraez, journaliste pour Public Sénat, rentre de reportage, il était à Budapest et il va nous raconter tout cela. Vous souhaitez soutenir Trait d’Union ou en savoir plus ? Rendez-vous sur www.traitdunionpodcast.com

Le

Trait-d-union-V2
1min

International

[Podcast] Trait d’Union – Relancer la défense européenne, ça veut dire quoi ?

Donald Trump a prévenu, s’il est réélu, il n’aidera pas les pays de l’OTAN qui n’investissent pas au moins 2% de leur PIB dans la défense. Une petite phrase de campagne qui a fait comme un électrochoc en Europe. Et si les États-Unis lâchaient l’Union européenne ? Entre ces déclarations de désengagement et la guerre sur le continent européen, beaucoup appellent à développer la défense européenne… En quoi ça consiste ? C’est ce qu’on va voir dans cet épisode…. Avec Philippe Perchoc, chef Europe de IRSEM : l’Institut de recherche stratégique de l’Ecole Militaire Vous souhaitez soutenir Trait d’Union ou en savoir plus ? Rendez-vous sur www.traitdunionpodcast.com

Le

Ingérences étrangères : la Russie « joue la politique du pire », selon Frédéric Encel
4min

International

« L’Europe n’est plus un continent de paix » : à l’Assemblée, Zelensky dresse un parallèle entre la guerre en Ukraine et la Seconde Guerre mondiale

Invité à prononcer un discours devant l’Assemblée nationale, le président ukrainien a remercié la France pour son soutien, après l’annonce de l’envoi de Mirage. « Pour la paix juste, il faut plus », a tout de même souligné Volodymyr Zelensky, affirmant que la guerre en Ukraine « a désormais pour l’Europe la même signification existentielle » que la Seconde guerre mondiale.

Le