Banque d’images du Sénat – Wlad Simitch Capa Pictures

Ingérences étrangères : une commission d’enquête demandée par le groupe PS du Sénat

Les sénateurs socialistes ont choisi le thème de la commission d’enquête dont ils seront à l’initiative. Rachid Temal a convaincu ses collègues d’ouvrir des travaux sur la façon dont la France se défend face aux risques d’influences et d’intrusions étrangères.
Guillaume Jacquot

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

La saison de l’ouverture des commissions d’enquête bat son plein au Sénat. Cette semaine, lors de leur réunion de groupe hebdomadaire, les sénateurs socialistes ont déterminé, lors d’un vote, le thème qu’ils porteront à travers leur droit de tirage annuel. Chaque groupe peut, tous les ans, demander le lancement d’une mission d’information ou d’une commission d’enquête.

Après une mission sur la gestion de l’eau il y a près d’un an, ou encore la commission d’enquête sur la concentration des médias en 2022, le premier groupe de gauche au Sénat va se pencher cette fois-ci sur un risque d’ordre international. « Il y a des éléments d’influences, d’ingérences étrangères dans plusieurs domaines. Notre question, c’est comment la démocratie française se défend, comment peut-on renforcer cette protection », explique le sénateur Rachid Temal, à l’origine de cette idée.

Intrusions au cours d’élections, menaces sur la souveraineté industrielle, désinformation, luttes d’influences diverses, ou encore intérêts de la France menacés dans certaines parties du globe : le sénateur veut une « vision globale » sur les secteurs susceptibles d’être déstabilisés par des acteurs étrangers. « Les offensives sont multidimensionnelles. On veut avoir une vision globale, à 360 degrés. On veut un temps d’avance », se projette Rachid Temal, qui siège au sein de la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées.

Une récente alerte sur « la naïveté » et le « déni » de la France

Dans un inquiétant rapport annuel, la délégation parlementaire au renseignement (commune aux deux chambres) était parvenue à la conclusion sur les puissances étrangères profitaient « d’une forme de naïveté et de déni » de la France, contre laquelle il est urgent d’agir (relire notre article). La future commission d’enquête du groupe socialiste devrait être l’occasion d’approfondir cette problématique et d’apporter un certain nombre de réponses.

Le thème fait aussi écho d’une certaine manière à la commission d’enquête qui s’est déroulée à l’Assemblée nationale, durant le premier semestre 2023. Elle était relative aux « ingérences politiques, économiques et financières de puissances étrangères – États, organisations, entreprises, groupes d’intérêts, personnes privées – visant à influencer ou corrompre des relais d’opinion, des dirigeants ou des partis politiques français ». Ces travaux avaient été demandés par le Rassemblement national, accusé par plusieurs responsables politiques d’être un relais d’influence de la Russie. « Il s’agissait d’un contre-feu, pour essayer de masquer leur financement et leur proximité avec le régime de Poutine. Notre commission n’aura rien à voir avec celle des députés et sera plus large », promet Rachid Temal.

La demande de création de commission d’enquête sera portée à la prochaine réunion de la Conférence des présidents du Sénat, le 24 janvier 2024.

D’autres commissions d’enquête sont sur le point de débuter leurs auditions ou sont déjà au travail au Sénat. Les sénateurs écologistes veulent se pencher sur les activités du groupe TotalEnergies et ses investissements dans les énergies fossiles. Les membres de l’Union centriste ont l’intention d’enquêter sur les prix et la production d’électricité. Quant au groupe LR, sa commission d’enquête sur l’impact du narcotrafic en France est déjà sur les rails depuis la fin novembre.

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Russia Ukraine War
5min

International

Deux ans de guerre en Ukraine : « L’enjeu pour l’armée ukrainienne, c’est de tenir », analyse le général Trinquand

A la veille du deuxième anniversaire de la guerre, l'Ukraine apparaît fragilisée alors que les combats se poursuivent avec intensité à l'est du territoire. De son côté, la Russie célèbre une armée conquérante, malgré des victoires entachées par d’importantes pertes humaines. Quelle lecture donner de l'état du front deux ans après le début de la guerre ? Le général Dominique Trinquand, ancien chef de la mission militaire française auprès de l'ONU, répond aux questions de Public Sénat.

Le

Russia Putin Education
8min

International

Ukraine : « Pour Poutine, la guerre longue est devenue l’argument de son maintien au pouvoir et de la répression »

INTERVIEW – Deux ans après le début du conflit en Ukraine, Vladimir Poutine, que l’on disait malade, fragilisé et diplomatiquement isolé, est en passe de remporter sa cinquième élection présidentielle. Comment expliquer la longévité du dirigeant russe malgré les revers militaires en Ukraine ? Françoise Daucé, directrice d’études à l’EHESS et directrice du Centre d'études des mondes russe, caucasien et centre européen (CERCEC) répond aux questions de Public Sénat.

Le

Germany Munich Security Conference
7min

International

Zelensky à la tête de l’Ukraine en guerre : « Quel chef d'État peut se targuer d’avoir 65% d’opinions favorables? »

Sous le feu des projecteurs depuis l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par la Russie le 24 février 2022, Volodymyr Zelensky est aujourd’hui l’un des présidents les plus scrutés. En bientôt cinq ans à la tête de son pays, le chef de l’Etat ukrainien enregistre toujours des records de popularité. Analyse avec Alexandra Goujon, maître de conférence à l’Université de Bourgogne, spécialiste de l’Ukraine et auteur du livre “L'Ukraine. De l'indépendance à la guerre” aux éditions Le Cavalier bleu.

Le

Assange graffiti in London, UK – 19 Feb 2024
5min

International

Extradition de Julian Assange : les sénateurs communistes réitèrent leur soutien au fondateur de WikiLeaks

Dès demain, la Haute-Cour de Londres scellera le sort du célèbre lanceur d'alerte australien. Deux ans après avoir rendu une ordonnance d'extradition vers les Etats-Unis, le tribunal décidera mercredi 21 février de sa conformité. Alors qu'il risque la prison à vie pour espionnage, Julian Assange avait fait appel de cette décision en 2022. Affaibli, le fondateur de WikiLeaks ne participera pas à l'audience de ce mardi.

Le