Israël Katz au Sénat : la décision de pays européens de reconnaître la Palestine est « une attaque contre la sécurité et la souveraineté d’Israël »

Le ministre des Affaires étrangères israélien était reçu mercredi après-midi par le président du Sénat Gérard Larcher, dans un contexte de tension entre l’Etat hébreu et plusieurs pays européens ayant décidé de reconnaître l’Etat palestinien
Rédaction Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Après avoir été reçu par son homologue Stéphane Séjourné, le ministre des Affaires étrangères israélien Israël Katz s’est rendu au Sénat, pour rencontrer Gérard Larcher et une poignée de sénateurs. Des familles d’otages étaient également présentes. L’occasion pour le président de Sénat de réaffirmer son « attention à l’ensemble des otages » israéliens retenus dans les geôles du Hamas depuis leur enlèvement lors des attaques terroristes du 7 octobre. Gérard Larcher a également à nouveau critiqué la décision du procureur général de la CPI de demander un mandat d’arrêt international à l’encontre de Benyamin Netanyahou : « Mettre sur le même plan les gouvernants d’un gouvernement démocratiques et des terroristes est une comparaison que je trouve outrageuse et outrageante », a affirmé l’élu LR, qui a précisé que Roger Karoutchi, sénateur du même parti, interrogerait mercredi après-midi Stéphane Séjourné à propos du communiqué du Quai d’Orsay, qui affirmait mardi soutenir la CPI.

 

« Pas un tabou » pour la France

 

Le président du Sénat n’a en revanche pas évoqué le sujet de la reconnaissance de la Palestine. L’Espagne, l’Irlande et la Norvège ont pourtant annoncé mercredi leur décision coordonnée de reconnaître un Etat de Palestine, dans l’espoir d’entraîner dans leur sillage d’autres pays. Israël a immédiatement réagi en annonçant le rappel « pour consultations » de ses ambassadeurs en Irlande et en Norvège. Au Sénat, Israël Katz a insisté sur le caractère selon malvenu d’une telle annonce, qualifiant la démarche d’»attaque contre la souveraineté israélienne et la sécurité d’Israël », précisant que l’Etat hébreu « ne se laisserait pas faire ». « Il y a des gens qui soutiennent l’idée qu’il faut reconnaître l’Etat de Palestine, et des gens qui pensent qu’il ne le faut pas. Mais ce n’est pas le moment de le faire de manière unilatérale, comme le font la Norvège, Irlande et l’Espagne. Cela est contraire à la position de l’Union européenne. Ce genre de choses doit être convenu à l’occasion de négociations directes entre les parties (Israël et la Palestine), et non de manière unilatérale », a justifié le diplomate, sous le regard de Gérard Larcher. 

Plus tôt dans la journée, Stéphane Séjourné a quant à lui précisé à l’AFP que la reconnaissance de la Palestine n’était « pas un tabou pour la France », tout en estimant que les conditions n’étaient pas « à ce jour » réunies « pour que cette décision ait un impact réel » sur le processus de visant la solution à deux Etats.

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Trait-d-union-V2
1min

International

[Podcast] Trait d’Union – Immigration : le double jeu du Hongrois Viktor Orbán

Aujourd’hui, nous partons dans la Hongrie barricadée de Viktor Orbán. En 2015, le pays a commencé à ériger des murs à ses frontières : 175km de barbelés entre la Hongrie et la Serbie, des clôtures, des caméras de vidéos surveillance, des contrôles de police renforcés. Voici ce que disait même le premier ministre en 2018 : “Je pense que les gens veulent deux choses. La première c’est aucun migrant en plus. Stoppons-les. La seconde pour ceux qui sont chez nous, c’est renvoyons-les dans leur pays.” Sauf qu’au-delà des discours populistes, il y a les actes… et depuis quelques temps, la Hongrie pratique “l’immigration choisie”… pour soutenir son économie fragile. Matias Arraez, journaliste pour Public Sénat, rentre de reportage, il était à Budapest et il va nous raconter tout cela. Vous souhaitez soutenir Trait d’Union ou en savoir plus ? Rendez-vous sur www.traitdunionpodcast.com

Le

Trait-d-union-V2
1min

International

[Podcast] Trait d’Union – Relancer la défense européenne, ça veut dire quoi ?

Donald Trump a prévenu, s’il est réélu, il n’aidera pas les pays de l’OTAN qui n’investissent pas au moins 2% de leur PIB dans la défense. Une petite phrase de campagne qui a fait comme un électrochoc en Europe. Et si les États-Unis lâchaient l’Union européenne ? Entre ces déclarations de désengagement et la guerre sur le continent européen, beaucoup appellent à développer la défense européenne… En quoi ça consiste ? C’est ce qu’on va voir dans cet épisode…. Avec Philippe Perchoc, chef Europe de IRSEM : l’Institut de recherche stratégique de l’Ecole Militaire Vous souhaitez soutenir Trait d’Union ou en savoir plus ? Rendez-vous sur www.traitdunionpodcast.com

Le

Israël Katz au Sénat : la décision de pays européens de reconnaître la Palestine est « une attaque contre la sécurité et la souveraineté d’Israël »
4min

International

« L’Europe n’est plus un continent de paix » : à l’Assemblée, Zelensky dresse un parallèle entre la guerre en Ukraine et la Seconde Guerre mondiale

Invité à prononcer un discours devant l’Assemblée nationale, le président ukrainien a remercié la France pour son soutien, après l’annonce de l’envoi de Mirage. « Pour la paix juste, il faut plus », a tout de même souligné Volodymyr Zelensky, affirmant que la guerre en Ukraine « a désormais pour l’Europe la même signification existentielle » que la Seconde guerre mondiale.

Le

Israël Katz au Sénat : la décision de pays européens de reconnaître la Palestine est « une attaque contre la sécurité et la souveraineté d’Israël »
6min

International

Emmanuel Macron annonce l’envoi d’avions Mirage 2000 à l’Ukraine et la formation de « 4500 soldats »

Le chef de l’Etat a annoncé l’envoi de plusieurs avions de chasse français Mirage 2000-5 « d’ici la fin de l’année » à l’Ukraine, et la formation de pilotes sur notre territoire. « Rien d’extraordinaire », minimise le sénateur LR Cédric Perrin, président de la commission des affaires étrangères et des forces armées du Sénat, soulignant que les Pays-Bas ont déjà promis des F 16.

Le