L’invasion russe en Ukraine, « l’un des plus grands ratages stratégiques du XXIème siècle »

Invités de notre matinale, les historiens militaires Michel Goya et Jean Lopez sont revenus sur la première année du conflit ukrainien, qui avait débuté par une invasion russe en mars 2022. D’après les historiens, l’échec initial des Russes a lancé une guerre de longue haleine, qui est dans une phase d’enlisement et qui ne semble pas prête de se conclure.
Louis Mollier-Sabet

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Dans leur livre L’Ours et le renard [Ed. Perrin], les historiens militaires Michel Goya et Jean Lopez font « l’histoire immédiate » de la guerre en Ukraine. Dans les premiers enseignements à tirer de ce conflit encore en cours et par définition indécis, les deux historiens estiment que l’approche de l’invasion développée par les Russes en mars 2022 a été capitale dans l’enlisement du conflit.

« Un désastre pour l’armée russe »

« Les Russes ont dessiné une opération sur la foi de renseignements de terrain, d’une culture militaire particulière et d’une vision politique. Tout cela leur a fait penser que leur adversaire ne leur opposerait pas de résistance, parce que celle-ci serait concentrée dans un noyau dur à la tête de l’Etat et qu’en prenant Kiev, l’opération d’invasion se transformerait en occupation », détaille Jean Lopez, journaliste et historien, fondateur de la revue Guerres et histoire.

D’après lui, cette erreur d’interprétation initiale a été à l’origine « d’un échec total extrêmement grave » pour l’armée russe, qui « prendra sa place dans les manuels d’histoire militaire comme l’un des plus grands ratages stratégiques, du XXIème siècle au moins. » Michel Goya, historien militaire, abonde : « Les Russes ont en quelque sorte fait tapis pour obtenir un succès décisif d’emblée, mais dans la bataille décisive de Kiev, ils ont complètement échoué. Cet échec a déterminé la suite des événements et a été un désastre pour l’armée russe. »

« Ce genre de conflit, ça se compte en semaines ou ça se compte en année »

Le colonel de marine y voit un schéma classique des « guerres industrielles » contemporaines : « Dans ce type de guerre, soit un vainqueur s’impose en quelques semaines, soit on bascule dans une guerre très longue. On compare souvent ce conflit à la Première Guerre mondiale. Cela ressemble beaucoup à la guerre de Corée, ou à la guerre entre l’Irak et l’Iran, avec une invasion irakienne qui se transforme en guerre de tranchée pendant huit ans. Ce genre de conflit, ça se compte en semaines ou ça se compte en années. Malheureusement, là ça va se compter en années. »

Jean Lopez dresse lui aussi un parallèle avec la guerre de Corée (1950-1953), notamment « sur la façon dont la guerre ne s’est pas terminée » : « On a eu un gel des positions et on est revenu au statut ex-ante, après plusieurs millions de morts pour rien. Aujourd’hui, on est toujours dans cette ni-guerre, ni-paix entre la Corée du Nord et la Corée du Sud. Un scénario semblable d’hostilité franche et affirmée sur des positions bloquées, ce n’est pas impensable. »

Dans la même thématique

L’invasion russe en Ukraine, « l’un des plus grands ratages stratégiques du XXIème siècle »
3min

International

Pour cet eurodéputé, « Giorgia Meloni semble avoir compris que sans Europe, elle ne pourra jamais gérer les flux migratoires »

Depuis la mi-septembre, une dizaine de milliers de migrants sont arrivés sur l’île italienne de Lampedusa en Méditerranée. Cette situation de crise remet au centre du débat politique la gestion et l’accueil de personnes arrivées clandestinement en Europe. Et une fois encore, met en lumière l’impuissance de l’Union européenne à gérer collectivement l’arrivée massive de migrants.

Le

ARMENIA Opposition demonstrations in Yerevan demanding a humanitarian corridor with Nagorno-Karabakh and the resignation of prime minister.
4min

International

Haut-Karabagh : « La disparition de la république séparatiste risque d’accélérer la logique de nettoyage ethnique »

La république autoproclamée du Haut-Karabagh a annoncé, ce 28 septembre, la dissolution de ses institutions après l’offensive victorieuse de l’Azerbaïdjan, lancée le 19 septembre. Un tournant historique pour un conflit commencé en 1988. Avec la reprise des tensions en 2020, la situation de cette république autoproclamée du Caucase restait précaire. Explication des conséquences de la disparition de l’Etat séparatiste du Haut-Karabakh avec Taline Ter Minassian, spécialiste de l’histoire contemporaine du Caucase, professeure des universités à l’INALCO, directrice de l’observatoire des Etats post-soviétiques et auteure de « Sur l’échiquier du Grand Jeu » paru aux éditions Nouveau Monde en 2023.

Le

Madama: Patrouille Franco-Nigerienne
4min

International

Retrait des troupes françaises : « Le Mali, le Burkina et le Niger s’exposent à un risque croissant de victoire des djihadistes »

Dimanche 24 septembre, Emmanuel Macron annonçait, suite à la prise de pouvoir de la junte militaire, le retrait des 1 500 soldats français présents au Niger. Un départ historique après l’intervention de l’armée française au Mali en 2013. Explications des enjeux avec François-Xavier Freland, ancien correspondant de France 24 au Mali, reporter en Afrique pour Jeune Afrique et auteur de « Mali, au-delà du jihad » aux éditions Anamosa en 2017.

Le

L’invasion russe en Ukraine, « l’un des plus grands ratages stratégiques du XXIème siècle »
3min

International

Afrique : "Les dictatures utilisent l’argent de la coopération pour se maintenir au pouvoir", estime cette eurodéputée belge

Alors que les coups d’Etat se multiplient en Afrique de l’Ouest et au Sahel, cette semaine « Ici l’Europe », s’interroge sur l’état des relations entre les deux continents, à l’heure où l’influence de de la Russie et de la Chine ne cesse de gagner du terrain ,;et alors que celle de la France ne cesse de reculer.

Le