France Russia Navalny Obit

Mort d’Alexeï Navalny : « Nous ne voulons pas voir que le temps du totalitarisme est revenu », dénonce Claude Malhuret

Alexeï Navalny, principal opposant de Vladimir Poutine, est décédé dans une colonie pénitentiaire de l’Arctique. Un drame inévitable, selon le président du groupe Indépendants au Sénat, qui accuse la France et l’Union européenne de ne pas en faire assez face « aux crimes de Poutine ».
Rédaction Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Ce 16 février, Alexeï Navalny est décédé, à l’âge de 47 ans, alors qu’il purgeait une peine de 19 ans de prison dans une colonie pénitentiaire de l’Arctique. Principal opposant politique de Vladimir Poutine, il avait été condamné en août dernier pour « extrémisme », mais était déjà incarcéré depuis janvier 2021. En août 2020, l’opposant avait été victime d’une tentative d’assassinat, empoisonné au novitchok.

« Navalny était au goulag. Comment décrire autrement les conditions de sa détention ? Son incarcération était déjà une condamnation à mort », s’indigne Claude Malhuret, président du groupe Indépendants au Sénat.

« Combien de temps la France et l’Europe vont-elles continuer d’être coupables ? »

« Dans la Russie d’aujourd’hui, on met les esprits libres au goulag et on les y condamne à la mort », a dénoncé Emmanuel Macron sur Twitter. Une condamnation insuffisante pour Claude Malhuret : « Après les assassinats d’Anna Politkovskaïa, de Boris Nemtsov et de tant d’autres, nous continuons à être passifs. Nous ne voulons pas voir que le temps du totalitarisme est revenu ».

Suite à l’incarcération de Navalny, lors des questions d’actualité au gouvernement, le sénateur avait interpellé le Premier ministre de l’époque, Jean Castex, demandant notamment l’abandon du gazoduc Nord Stream 2, approvisionnant l’Allemagne en gaz russe.

Depuis, avec le déclenchement de la guerre en Ukraine, les relations entre le Kremlin et l’Union européenne ont bien changé, mais toujours pas suffisamment au goût du président des Indépendants : « Combien de temps la France et l’Europe vont-elles continuer d’être coupables, la bouche fermée et les bras croisés, devant les crimes de Poutine ? »

« Soutenir ceux qui veulent faire tomber le régime totalitaire de Poutine »

Claude Malhuret le concède, « on ne peut pas agir dans les prisons russes », « la première chose qu’il faudrait faire, c’est soutenir ceux qui veulent faire tomber le régime totalitaire de Poutine, à commencer par les Ukrainiens. »

Pour affirmer davantage son soutien à Kiev, la France devrait « utiliser les milliards d’euros bloqués grâce à la saisie des biens des oligarques, pour les transformer en aide à l’Ukraine », affirme le sénateur. Une mesure qui n’a jusqu’alors pas été prise, par « lâcheté », dénonce-t-il.

Ce 16 février, le président ukrainien Volodymyr Zelensky est par ailleurs en visite à Paris et Berlin pour signer des accords bilatéraux de sécurité.

Dans la même thématique

Israel Palestinians
16min

International

Guerre Israël-Hamas : « La solution à deux Etats fait son retour sur le devant de la scène internationale » 

L’attaque terroriste du Hamas le 7 octobre a eu immédiatement un retentissement mondial. 6 mois plus tard, quelles sont les répercussions géopolitiques de ce conflit ? Les Etats-Unis, traditionnels alliés d’Israël, sont-ils en train de lâcher l’Etat hébreu ? Réponses avec David Khalfa, Co-directeur de l’Observatoire de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient de la Fondation Jean-Jaurès.

Le

Computer Hacker
5min

International

Cyberattaques : un ancien sénateur victime de hackers chinois dénonce l’inaction des autorités françaises

L’ancien sénateur, André Gattolin vient de découvrir grâce à une enquête de la justice américaine qu’il avait subi une cyberattaque en 2021 menée par des hackers en lien avec le service de renseignement chinois. Il était à l’époque membre de l’alliance interparlementaire sur la Chine. Il dénonce aujourd’hui le manque de soutien des autorités françaises. « Dans un Etat de droit, on protège ses parlementaires », s’insurge-t-il.

Le

Paris: Emmanuel Macron welcomes Rwanda’s President Paul Kagame
10min

International

Couac de l’Elysée sur le génocide des Tutsi : « Il est difficile de savoir quelles seront les conséquences de cet épisode », analyse l’historien François Robinet

Ce jeudi 4 avril, un point presse de l’Elysée laissait présager que le président de la République allait amorcer une étape supplémentaire dans la reconnaissance de la responsabilité de la France dans le génocide des Tutsis, qui a fait 800 000 morts en à peine 3 mois. Trois jours plus tard, Emmanuel Macron n’a pourtant pas souhaité aller plus loin, suscitant une certaine incompréhension. Pour l’historien François Robinet, cet événement « semble indiquer que l’exécutif ne pourra pas aller plus loin sur la voie de la reconnaissance des responsabilités françaises ». Entretien.

Le