Mort de l’opposant russe Alexeï Navalny : « Une peine de mort à petit feu », dénonce le sénateur Christian Cambon

Principal adversaire politique de Vladimir Poutine, l’opposant russe Alexeï Navalny est mort ce vendredi dans une prison de l’Arctique. Au micro de Public Sénat, le sénateur LR Christian Cambon, spécialiste des questions internationales, condamne la brutalité de la Russie.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

La Russie a annoncé ce vendredi 16 février la mort de l’opposant russe Alexeï Navalny, incarcéré depuis janvier 2021 et condamné à une peine de prison de 19 ans pour « extrémisme ». « Ce qui vient de se passer il y a trois heures, à savoir le décès de Navalny, ne va évidemment pas arranger les choses puisque c’est pour nous tous un choc absolument terrible. C’est une sorte de peine de mort à petit feu qui lui a été infligée, lui qui représentait un symbole », a réagi le sénateur Christian Cambon, ancien président de la commission des affaires étrangères, au micro de l’émission « Extra local » sur Public Sénat.

Une « conclusion effroyable »

Alexeï Navalny, 47 ans, identifié depuis plusieurs années comme le principal adversaire politique de Vladimir Poutine, avait survécu à une tentative d’empoisonnement en 2020, attribuée par de nombreux commentateurs au Kremlin, et pour laquelle il avait été longuement soigné en Allemagne. À son retour en Russie, début 2021, il avait été immédiatement interpellé par les services russes.

Moscou n’a donné aucune indication sur les causes de la mort d’Alexeï Navalny, indiquant simplement qu’il a été pris d’un malaise soudain au retour d’une promenade. L’opposant avait été transféré en décembre dans le centre pénitentiaire n°3, une prison de l’Arctique réputée pour être l’une des plus sévères du système carcéral russe. « On ne connaît toujours pas les raisons de sa mort, mais on peut se douter que ce ne sont pas les bons soins qui lui ont été procurés qui ont [empêché] cette triste fin », raille Christian Cambon.

« Nous n’avions déjà pas beaucoup confiance lorsque nous avons su qu’il avait été expédié au-delà du cercle arctique pour purger 19 ans de peine. Malheureusement, c’est la conclusion effroyable de l’attitude de la Russie. Je pense que cela ne va pas servir au réchauffement de nos relations », conclut le sénateur.

Les réactions internationales se multiplient depuis l’annonce du décès d’Alexeï Navalny, dans un contexte d’enlisement du conflit russo-ukrainien. L’ONU a exprimé son « indignation » dans un communiqué, réclamant « la fin des persécutions en Russie ». Emmanuel Macron a également fait part de sa « colère et [de son] indignation ». « Dans la Russie d’aujourd’hui, on met les esprits libres au goulag et on les y condamne à la mort », a écrit le président de la République sur le réseau social X.

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Israel Palestinians
16min

International

Guerre Israël-Hamas : « La solution à deux Etats fait son retour sur le devant de la scène internationale » 

L’attaque terroriste du Hamas le 7 octobre a eu immédiatement un retentissement mondial. 6 mois plus tard, quelles sont les répercussions géopolitiques de ce conflit ? Les Etats-Unis, traditionnels alliés d’Israël, sont-ils en train de lâcher l’Etat hébreu ? Réponses avec David Khalfa, Co-directeur de l’Observatoire de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient de la Fondation Jean-Jaurès.

Le

Computer Hacker
5min

International

Cyberattaques : un ancien sénateur victime de hackers chinois dénonce l’inaction des autorités françaises

L’ancien sénateur, André Gattolin vient de découvrir grâce à une enquête de la justice américaine qu’il avait subi une cyberattaque en 2021 menée par des hackers en lien avec le service de renseignement chinois. Il était à l’époque membre de l’alliance interparlementaire sur la Chine. Il dénonce aujourd’hui le manque de soutien des autorités françaises. « Dans un Etat de droit, on protège ses parlementaires », s’insurge-t-il.

Le

Paris: Emmanuel Macron welcomes Rwanda’s President Paul Kagame
10min

International

Couac de l’Elysée sur le génocide des Tutsi : « Il est difficile de savoir quelles seront les conséquences de cet épisode », analyse l’historien François Robinet

Ce jeudi 4 avril, un point presse de l’Elysée laissait présager que le président de la République allait amorcer une étape supplémentaire dans la reconnaissance de la responsabilité de la France dans le génocide des Tutsis, qui a fait 800 000 morts en à peine 3 mois. Trois jours plus tard, Emmanuel Macron n’a pourtant pas souhaité aller plus loin, suscitant une certaine incompréhension. Pour l’historien François Robinet, cet événement « semble indiquer que l’exécutif ne pourra pas aller plus loin sur la voie de la reconnaissance des responsabilités françaises ». Entretien.

Le