A Majastres, quatre habitants et 19 électeurs pour choisir le “papa” du village

A Majastres, quatre habitants et 19 électeurs pour choisir le “papa” du village

Majastres, quatre habitants permanents, 19 électeurs, sept conseillers municipaux et un maire, "Jeannot": "Dans un village comme ça, être maire,...
Public Sénat

Par Olivier LUCAZEAU

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Majastres, quatre habitants permanents, 19 électeurs, sept conseillers municipaux et un maire, "Jeannot": "Dans un village comme ça, être maire, c'est être le papa de tout le monde", sourit l'élu, candidat à un second mandat.

Troisième plus petite commune de France, Majastres survit au bout de 17 km de lacets au-dessus de Digne-les-Bains. Le boulanger ne monte plus son pain à bicyclette depuis des années et le seul passage quotidien reste celui du facteur.

Artisan maçon à Digne, fraîchement retraité, Jean Sevenier, 61 ans, termine son premier mandat dans la minuscule mairie adossée à l'église. Accroché au mur, face à la photo du président de la République, un tableau noir usé: ici, avant, c'était l'école.

Mais le dernier élève est parti il y a près de 40 ans. Les deux bars ont fermé leurs portes, comme les deux moulins à farine. Et le village s'est vidé, inexorablement, loin des 276 habitants d'avant la Révolution. La lavande sauvage et les ovins ne font plus vivre les Malejactois depuis longtemps.

Revenu dans son village en 1972, comme cantonnier, et désormais retraité, Raoul Chauvin, un des conseillers municipaux, est l'un des quatre derniers habitants permanents du village, avec Eric et José Cruvellier, deux cousins "montés" d'Aix-en-Provence dans la maison de leur grand-mère, et Marie, l'épouse d'Eric.

Jean Sevenier, lui, a découvert Majastres il y a 35 ans, à l'occasion d'un chantier sur le pont du village. A force de monter les week-ends pour chasser le sanglier, le chevreuil ou la grive, il y a acheté une maison, l'a retapée, et s'est retrouvé élu.

Jean Sevenier, maire de Majastres, le 24 février 2020
Jean Sevenier, maire de Majastres, le 24 février 2020
AFP

"Quand je suis arrivé à Majastres, il y avait encore 10 habitants, mais ils étaient tous fâchés", se souvient le "papa" de la commune. "Ici, il n'y en a qu'une de rue, alors il faut que les gens se parlent. Je suis émerveillé d'être arrivé à faire ça".

"Il a créé une fratrie, une famille", confirme Eric, berger l'été, bricoleur le reste du temps.

- "Pas comme un dictateur!" -

Et dans dix jours, la "famille" élargie va voter, pour le premier tour des municipales: 19 électeurs en tout sont inscrits, pour la plupart les habitants des résidences secondaires, venus de Digne, d'Aix ou de Marseille. Et une seule liste, avec neuf noms: parmi eux, "Jeannot" bien sûr, mais aussi Raoul et Eric.

"Neuf candidats, c'est beau, avec notamment deux jeunes qui ont envie de faire avancer les choses, moi ça me ravigote", insiste Jean Sevenier: "Le village en choisira sept. C'est la liberté. Je n'ai pas voulu présenter une liste avec sept noms seulement, comme un dictateur!"

S'il est à nouveau candidat, ce n'est pas pour les 658 euros d'indemnité mensuelle, dont il a d'ailleurs abandonné 200 euros pour les heures supplémentaires de la secrétaire de mairie. C'est pour le village: "Il était à l'abandon. Le premier chantier, ça a été de tout débroussailler, d'évacuer les carcasses de voitures abandonnées".

Le village de Majastres, en février 2020
Le village de Majastres, en février 2020
AFP

Puis ce fut le temps des grands travaux: enterrer les câbles électriques qui obstruaient le paysage; mettre en sécurité le puits; et surtout créer une station d'épuration et raccorder tous les foyers au tout-à-l'égout.

Problème: les ressources du village sont minuscules. Quelques centaines d'euros versés par deux bergers qui viennent sur le territoire de la commune avec leurs brebis l'été; 90 euros de loyer mensuel pour un gîte appartenant à la municipalité. Le reste vient de la dotation globale de fonctionnement versée par l'Etat, environ 19.000 euros, et de quelques aides.

D'où la nécessité d'aller chercher les subventions: "C'est ça le plus difficile. Les dossiers qui n'en finissent pas, la paperasse qui s'accumule! Moi je pensais qu'être maire, c'était comme gérer mon entreprise. Les soucis, je les ai vus après!".

Mais s'il est reconduit comme maire, "Jeannot" a encore des projets: refaire la petite place du village et créer un monument pour les 13 citoyens de Majastres tombés lors de la Grande Guerre, alors que le hameau comptait encore 90 habitants.

"Majastres , c'est une belle histoire, mais elle a failli mourir cette histoire", conclut-il.

Dans la même thématique

A Majastres, quatre habitants et 19 électeurs pour choisir le “papa” du village
7min

Politique

Panthéonisation du résistant communiste Missak Manouchian : « Vous entrez ici en soldat avec vos camarades », salue Emmanuel Macron

« La France reconnaissante vous accueille », a déclaré le président de la République pour la panthéonisation de Missak Manouchian et de sa femme Mélinée, lors d’une cérémonie émouvante. A travers lui, ce sont ses 23 compagnons d’armes fusillés par les nazis, et tous les Francs-tireurs et partisans - main-d’œuvre immigrée, les FTP-MOI, à qui la France rend hommage. « La France de 2024 se devait d’honorer ceux qui furent 24 fois la France », a affirmé Emmanuel Macron.

Le

Des agriculteurs bloquent le peage de l’autoroute A43 a Saint-Quentin Fallavier en direction de Lyon et Grenoble – Farmers block the toll of the A43 motorway in Saint-Quentin Fallavier towards Lyon and Grenoble
4min

Politique

Sondage : 91% des Français soutiennent le mouvement des agriculteurs

Selon un sondage Odoxa – Backbone Consulting pour le Figaro, les personnes interrogées soutiennent très largement la mobilisation des agriculteurs. Pire encore, le soutien au mouvement n’a jamais été aussi haut avec 91% des Français (en hausse de 2 points) déclarant approuver le mouvement lancé il y a près de 3 mois.

Le

A Majastres, quatre habitants et 19 électeurs pour choisir le “papa” du village
3min

Politique

Passe d’armes entre le Premier Ministre et le RN sur l’agriculture : « Le Rassemblement National dit tout et son contraire » tacle Gabriel Attal

Au cours de sa conférence de presse et quelques heures après avoir proposé un débat à Marine le Pen sur l’agriculture dans le journal Le Figaro, le Premier Ministre est revenu sur la passe d'armes qui l'oppose à la présidente du groupe RN à l’Assemblée. Critiquant les « changements de pied incessants » du RN, le Premier Ministre a taclé l'ex-finaliste à l’élection présidentielle, l'accusant de ne pas être « très à l'aise sur ces questions » et d'avoir « peur que cela se voit ».

Le