À Nice, Ciotti accuse Estrosi d’être “le président officieux d’En marche”

À Nice, Ciotti accuse Estrosi d’être “le président officieux d’En marche”

Le député LR de Nice Eric Ciotti, qui lançait jeudi soir sa campagne pour la présidence de la Fédération LR des Alpes-Maritimes,...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le député LR de Nice Eric Ciotti, qui lançait jeudi soir sa campagne pour la présidence de la Fédération LR des Alpes-Maritimes, a accusé son adversaire Christian Estrosi, maire de Nice et actuel président de cette fédération, d'être "le président officieux d'En marche".

Devant une salle comble de militants réunis dans un grand hôtel niçois, l'ancien directeur de campagne de François Fillon à l'élection présidentielle a demandé à son ex-mentor "d'être candidat".

"Il faut qu'il soit candidat, il faut qu'il défende sa ligne et nous verrons si elle est majoritaire, je dis à Christian Estrosi de venir dans ce débat", a lancé Eric Ciotti, en notant qu'"on ne peut pas être le président officiel des Républicains et en même temps le président officieux d'En marche", le parti majoritaire actuel.

Evoquant "les coups bas" portés contre lui lors de la dernière campagne législative en 2017, Eric Ciotti, actuel secrétaire départemental de la fédération, a rappelé qu'il avait battu une candidate En marche, "devenue en lot de consolation chargée de mission au cabinet du maire de Nice", et rappelant que les ministres Collomb et Darmanin, venus la soutenir, s'étaient vus "déployer le tapis rouge en mairie" à cette occasion.

M. Ciotti reconnaît qu'il y a depuis un an et demi "une crise" dans la fédération LR des Alpes-Maritimes, qui ne s'est pas réunie depuis cette date.

Pour lui, "cette crise n'est pas personnelle, elle repose sur des convictions et une analyse différente, entre d'un côté ceux qui se sont ralliés intellectuellement au macronisme et ceux qui veulent restaurer une droite forte", appelant encore son adversaire à un "débat sans invectives".

Christian Estrosi, qui doit faire sa rentrée politique le 7 septembre en réunissant son mouvement La France Audacieuse à Saint-Laurent-du-Var, près de Nice, en présence notamment de Valérie Pécresse, n'a pour l'instant pas fait connaître ses intentions de se représenter ou non à la présidence de la fédération.

La fédération LR des Alpes-Maritimes est la troisième de France avec 7.000 adhérents en 2017 derrière Paris et les Hauts-de-Seine.

La clôture des inscriptions pour la présidence des fédérations départementales des Républicains est fixée au 24 septembre, l'élection elle-même devant avoir lieu, en deux tours, les 13 et 14 octobre.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

À Nice, Ciotti accuse Estrosi d’être “le président officieux d’En marche”
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le