Affaire Michel Aubier : un serment devant le Sénat est-il juridiquement contraignant ?

Affaire Michel Aubier : un serment devant le Sénat est-il juridiquement contraignant ?

Le pneumologue Michel Aubier est jugé ce mercredi à Paris pour avoir menti sur ses liens avec le groupe Total, lors d'une audition, sous serment, devant la commission d’enquête du Sénat, le 16 avril 2015. Pour son avocat, la commission d’enquête du Sénat n’étant pas une juridiction, le serment n’est pas contraignant.
Public Sénat

Par Pierre de Boissieu

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

À la suite des révélations de Libération et du Canard enchaîné sur les liens du pneumologue Michel Aubier avec l’industrie pétrolière, le Sénat avait décidé, en avril 2016, de transmettre à la justice le cas de Michel Aubier pour « faux témoignage » sous serment devant une commission d’enquête du Sénat, un fait passible de 75 000 euros d’amende et de cinq ans de prison.

Le pneumologue, auditionné en 2015 sur le coût de la pollution de l’air, avait en effet omis de déclarer ses liens avec Total, affirmant notamment que « le nombre de cancers dans les pathologies respiratoires liées à la pollution [était] extrêmement faible ».

Une question prioritaire de constitutionnalité

François Saint-Pierre, l’avocat de la défense, dénonce « l’illégalité manifeste des poursuites. »  Il compte soulever une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) sur une ordonnance de 1958. La QPC est une mesure qui « permet à tout justiciable de contester, devant le juge en charge de son litige, la constitutionnalité d’une disposition législative applicable à son affaire parce qu’elle porte atteinte aux droits et libertés que la Constitution garantit. »

L’ordonnance de 1958 instaure l’article 434-13 du Code pénal qui dit que « le témoignage mensonger fait sous serment devant toute juridiction ou devant un officier de police judiciaire agissant en exécution d'une commission rogatoire est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende. » Selon François Saint-Pierre, « une commission parlementaire n’est pas une juridiction en raison de la qualité de ses membres, qui sont élus et ne présentent pas la qualité d’indépendance et d’impartialité des magistrats. »  

« Il est parfaitement exact de dire qu’une commission d’enquête sénatoriale n’est pas une juridiction, mais mentir sous serment demeure un délit » souligne Bertrand Mathieu, spécialiste du droit constitutionnel. Pour lui, la question prioritaire de constitutionnalité ne peut donc que porter sur la nature juridique d’une commission d'enquête du Sénat, et non sur le fond. Mentir par omission, sous serment, constitue donc malgré tout un délit.

Le Sénat partie civile : une première

Après l'enquête préliminaire, le pôle santé publique du parquet de Paris avait estimé que le signalement pour « faux témoignage » était recevable. La sénatrice Modem, et anciennement EELV, Leila Aïchi, la rapporteure de la commission d’enquête, avait alors salué « un beau signal envoyé pour la suite », soulignant que Michel Aubier « minimisait l’impact du diesel sur la santé en tant que pneumologue ».

« L’ordonnance de 1958 prévoit qu’on prête serment devant une commission parlementaire, s’engageant ainsi à dire la vérité » détaille Jean-François Husson, le président de la commission d’enquête, devant laquelle Michel Aubier avait prêté serment. « Il s’agit du respect des institutions » avance-t-il.

C’est la première fois que le Sénat se porte partie civile pour son action parlementaire dans un procès. En tant que partie civile, la Haute Assemblée peut demander réparation du préjudice subi. Aussi, dorénavant, à chaque témoignage sous serment devant les commissions d’enquête, cet événement sera rappelé.

« En tant que président de la commission d’enquête, j’ai voulu faire respecter nos institutions publiques et politiques » explique Jean-François Husson. « Sinon, l’on dirait qu’il y a des complicités » rappelle-t-il. « Il en va de la séparation des pouvoirs. »

 

Dans la même thématique

Affaire Michel Aubier : un serment devant le Sénat est-il juridiquement contraignant ?
3min

Politique

Passe d’armes entre le Premier Ministre et le RN sur l’agriculture : « Le Rassemblement National dit tout et son contraire » tacle Gabriel Attal

Au cours de sa conférence de presse et quelques heures après avoir proposé un débat à Marine le Pen sur l’agriculture dans le journal Le Figaro, le Premier Ministre est revenu sur la passe d'armes qui l'oppose à la présidente du groupe RN à l’Assemblée. Critiquant les « changements de pied incessants » du RN, le Premier Ministre a taclé l'ex-finaliste à l’élection présidentielle, l'accusant de ne pas être « très à l'aise sur ces questions » et d'avoir « peur que cela se voit ».

Le

Affaire Michel Aubier : un serment devant le Sénat est-il juridiquement contraignant ?
4min

Politique

Européennes : « Arrêtons cette campagne unique contre le RN », enjoint Arnaud Robinet (Horizons)

Invité de Public Sénat, le maire de Reims Arnaud Robinet, s’agace de l’absence de liste et de programme du côté de la majorité, à moins de quatre mois des élections européennes. Il reproche à l’exécutif de se focaliser sur la lutte contre le Rassemblement national, au détriment du débat d’idées, ce qui « n'est plus audible pour nos concitoyens ».

Le

Paris: Eric Ciotti Salon de l Agriculture 2023
12min

Politique

Européennes : pourquoi les LR ne soutiennent par Ursula Von der Leyen, pourtant issue du même groupe politique ?

François-Xavier Bellamy, tête de liste LR pour les européennes, a annoncé que les LR « ne soutiendront pas » Ursula von der Leyen, candidate à sa réélection à la présidence de la Commission européenne. Si elle vient comme eux de la droite européenne, les LR lui reprochent son bilan sur les questions agricoles et écologiques. Reste que les eurodéputés LR ont aussi soutenu certaines de ses propositions. Le RN pointe la situation.

Le