Aide aux migrants: “Peut-être généreux mais pas responsable”, selon Fillon

Aide aux migrants: “Peut-être généreux mais pas responsable”, selon Fillon

François Fillon, candidat de la droite à la présidentielle, a qualifié de "peut-être généreux mais pas responsable" l'agriculteur...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

François Fillon, candidat de la droite à la présidentielle, a qualifié de "peut-être généreux mais pas responsable" l'agriculteur Cédric Herrou, contre qui le procureur de Nice a requis huis mois de prison avec sursis pour avoir aidé des migrants.

M. Herrou, qui attend le jugement prévu pour le 10 février, "est peut-être généreux mais il n’est, à mon sens, pas responsable car ce n’est pas à lui de juger qui peut entrer et demeurer en France", estime le vainqueur de la primaire de la droite dans un entretien à Nice Matin à paraître mercredi.

M. Fillon se rend mercredi et jeudi dans les Alpes-Maritimes pour évoquer les questions de sécurité et d'immigration.

"Il y a des lois et il convient de les respecter. Sinon, c’est l’anarchie. C’est l’honneur de la France de protéger ceux qui fuient la guerre et sont persécutés. Mais il y a des règles qui encadrent l’accueil des réfugiés et des étrangers qui ne sont pas tous éligibles au droit d’asile. Ceux qui ne les respectent pas s’exposent à des sanctions", affirme aussi l'ancien Premier ministre.

Il explique par ailleurs qu'il faut "une immigration minimale et très contrôlée, répondant à nos besoins économiques et à nos capacités d’accueil et d’intégration."

"Nous devons donner un signal fort en pratiquant une politique ferme d’expulsion des étrangers en situation irrégulière vers leur pays d’origine. Et notamment tous les déboutés du droit d'asile (...). Nous devrons aussi renégocier les accords de Schengen (...). Nous avons besoin d’un corps de garde-frontières et de garde-côtes pour surveiller nos frontières terrestres et nos façades maritimes (...). Les États qui ne parviennent pas à assurer la surveillance de leurs frontières devront sortir du système Schengen", demande le député de Paris.

"Enfin, nous devons pouvoir rétablir des contrôles à nos frontières lorsque la situation l’exige, comme c’est le cas actuellement en raison des impératifs de l’état d’urgence", poursuit-il.

M. Fillon répond une nouvelle fois à ses adversaires, unanimes pour juger son projet "brutal": "Ceux qui disent cela, ce sont des démagogues de la gauche et de l’extrême droite qui veulent endormir les Français. La vérité, c’est que mon projet est tout simplement efficace, raisonnable et responsable."

Dans la même thématique

France New Caledonia Politics FLNKS
6min

Politique

Émeutes en Nouvelle-Calédonie : quelle est l’influence de l’Azerbaïdjan ?

Alors que la Nouvelle-Calédonie est en proie à des émeutes meurtrières, Gérald Darmanin accuse l’Azerbaïdjan de souffler sur les braises. Depuis quelques mois, le pays prorusse affiche en effet son soutien aux mobilisations des indépendantistes, tout en rejetant « les accusations infondées » du ministre de l’Intérieur.

Le

New Caledonia Unrest
10min

Politique

Nouvelle-Calédonie : « Les présidents du Sénat et de l’Assemblée sont tout trouvés pour renouer le dialogue », soutient Bruno Retailleau

Pour sortir de la crise en Nouvelle-Calédonie, où l’Etat d’urgence a été décrété, le président du groupe LR propose la création d’un « comité de médiateurs », avec Gérard Larcher, qui « est respecté par toutes les parties et parle à tout le monde », et Yaël Braun-Pivet. Patrick Kanner, à la tête des sénateurs socialistes, est « favorable » à l’idée d’une médiation, réclamée aussi par le PS. Il estime que « le gouvernement s’est mis dans le mur en klaxonnant, en voulant jouer l’autorité ».

Le

DOUAI : JOURNEE MORTE PRISON
5min

Politique

Attaque d’un fourgon pénitentiaire : comment fonctionnent les extractions judiciaires de détenus ?

L’attaque d’un fourgon pénitentiaire qui a coûté la vie à deux agents et blessé trois autres a mis en lumière les dangers qui entourent les extractions judiciaires de détenus. Une mission exercée auparavant par les forces de sécurité intérieures avant d’être progressivement transférée à l’administration pénitentiaire et donc au ministère de la justice non sans difficultés. Explications.

Le