Aimer après les camps de concentration

Aimer après les camps de concentration

Peut-on encore connaître les plaisirs de la chair lorsqu'on a subi des violences dans sa propre chair ?L’amour après, c’est le titre du nouvel ouvrage de Marceline Loridan-Ivens et Judith Perrignon publié aux éditions Grasset. Invitée dans la nouvelle émission littéraire de Public Sénat, Marceline raconte sa déportation dans le camp de concentration d’Auschwitz et comment l’amour, celui pour les êtres mais également pour la littérature, lui a permis de survivre après l’horreur.
Public Sénat

Par Priscillia Abereko

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

L’amour après, c’est d’abord l'histoire du rapport envers son propre corps, le sien, celui de Marceline Loridan-Ivens. Un livre confession qui est étroitement lié au passé de Marceline Leridan-Ivens. En 1944, elle à 16 ans. Parce qu’elle est de confession juive, son père et elle sont arrêtés et déportés vers le camp de concentration d’Auschwitz. Une période de sa vie traumatisante avec des épisodes qu’elle ne peut oublier encore aujourd’hui : « C’était l’horreur. La proximité de tous ses corps nus et pour les filles qui étaient avec leur mère, c’était l’horreur. Au fur et à mesure les camps se transformaient, c’était intolérable. Il y avait un tel mépris de nos corps par les SS ».

Au fil des pages, Marceline se confie aussi sur son rapport à la sexualité. Un thème récurrent dans son ouvrage. Des pages qui décrivent ses premiers rapports sexuels, l'absence de plaisir ressenti... Marceline se dévoile et en profite pour y faire passer des messages : les femmes et les hommes connaissent encore mal leur anatomie. « Nous vivons dans des sociétés trop pudiques ou mal pudiques. Peut-être qu’il y a eu d’autres époques dans notre pays beaucoup plus légères, des périodes plus ouvertes, plus accessibles aux femmes, j’en suis persuadée ».  

Si elle y raconte naturellement sa vie, écrire ce livre ne lui est pas venu du jour au lendemain. Un travail mûrement réfléchit qu’elle décide d’entreprendre après avoir rédigé le livre Et tu n’es pas revenu, un livre qui s’adressait à mon père : « j’ai tout de suite proposé aux éditions Grasset un livre que j’avais dans ma tête depuis longtemps. Je trouvais que c’était un livre culotté qui avait beaucoup de toupet […] et qui pouvait être un intermédiaire entre moi et un certain public parce qu’il fallait casser des idées reçues, des choses jamais dites. Par exemple je voyais le développement actuel des féministes qui m’agaçait particulièrement » explique-t-elle.

Dans L'Amour après, l’auteur nous raconte dans des mots simples et soigneusement choisis, une partie de sa vie après avoir vécu l’enfer dans les camps de concentration nazis : Il n'y est pas simplement décrit son rapport à l’amour notamment avec de grands écrivains comme Georges Perec, ni son indignation envers les mouvements féministes... C'est l'amour des mots, de la littérature en général qui y est également raconté. Dans ses relations amoureuses, la priorité n'est pas donnée aux hommes : c'est avant tout ce qu'ils peuvent lui apporter sur le plan littéraire.

 

 

Retrouvez l'intégralité de l'émission Livres & Vous, présentée par Adèle Van Reeth, ce vendredi 16 février à 22h.

 

Dans la même thématique

Trafic Jam in France for the holidays – A7, August 2023
6min

Société

Taxe sur les autoroutes : les sénateurs dénoncent le « chantage » des sociétés concessionnaires sur le prix des péages

Le ministre des Transports, Clément Beaune a annoncé une hausse des péages autoroutiers pour l’année prochaine « inférieure à 3 % ». Mais la taxe sur les concessions autoroutières et les aéroports, inscrite au projet de loi de finances pour 2024 pourrait bien se répercuter sur les usagers en 2025, même si le gouvernement assure du contraire.

Le

Aimer après les camps de concentration
6min

Société

Éducation à la vie sexuelle et affective : la ministre de l’Égalité femmes-hommes craint une « récupération politique »

Auditionnée ce 30 novembre par la délégation aux droits des femmes du Sénat, Bérangère Couillard a notamment été interrogée sur la mise en place de cours d’éducation à la vie sexuelle et affective dans les établissements. « Il va y avoir énormément de récupération de la part des plus conservateurs et des plus religieux », concède-t-elle, pour expliquer les lenteurs du gouvernement sur ce sujet.

Le

Aimer après les camps de concentration
4min

Société

Narcotrafic et biens mal acquis : « Consoles de jeux, robots de cuisine, vêtements de marque, chaussures de luxe… Le panel des saisies est très large »

La commission d’enquête parlementaire du Sénat sur les narcotrafics s’intéresse aux biens acquis avec l’argent de la drogue, sur lesquels la justice peine encore à mettre la main malgré des chiffres en augmentation d’une année à l’autre. Ce jeudi 30 novembre, les sénateurs auditionnaient des responsables de l’Agence de gestion de recouvrement des avoirs saisis et confisqués (agrasc).

Le

Aimer après les camps de concentration
4min

Société

Fracture sociale : «On se demande aujourd’hui ce qui fait encore nation» 

Le 19 novembre a eu lieu la troisième édition des Rencontres du Grand Continent, cycle de conversations trimestrielles au Sénat, autour du thème « Dans un monde fracturé, les clefs pour comprendre l’embrasement français ». Après un discours d’introduction de Gérard Larcher, intellectuels et sénateurs se sont succédé pour tenter de poser un diagnostic sur la situation du pays

Le