Au Trocadéro, les supporters de Zemmour persistent : « C’est le seul qui dit enfin ce que je pense depuis 10 ans »

Au Trocadéro, les supporters de Zemmour persistent : « C’est le seul qui dit enfin ce que je pense depuis 10 ans »

Les soutiens du candidat d’extrême droite venus l’écouter dimanche à Paris apprécient sa « clarté », à l’opposé de Marine Le Pen, qu’ils accusent de s’être « ramollie » et d’être « programmée pour perdre ». Face à « l’invasion que nous subissons », la théorie conspirationniste du « grand remplacement » à la cote chez les pros Zemmour.
Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

La foule, dense, est enthousiaste, survoltée même. Venus en nombre Place du Trocadéro – ils sont plusieurs milliers, le candidat en annonce 100.000 – les partisans d’Eric Zemmour n’ont pas de doute. Il est le seul à pouvoir relever le pays. Ils en font même le sauveur.

zemmour 1

En attendant sous le soleil le candidat, la foule réagit au quart de tour aux orateurs qui chauffent un à un la place. « On est chez nous » lancent les sympathisants. Puis « on va gagner ! » On entend « Macron en prison » aussi, ou quelques noms d’oiseau pour le chef de l’Etat, qui sera même qualifié d’« assassin » par la foule pendant le discours du candidat

« Marine Le Pen n’y arrivera pas. Il y aura toujours un plafond de verre »

Sophie, 60 ans, est venue de Chartres. Elle est là « pour l’identité de la France. Elle est menacée, avec 250.000 personnes qui arrivent chaque année ». Cette artisane « préfère Zemmour à Le Pen, car c’est une question de clarté ».

zemmour 6

Pour Sybille, 45 ans, « c’est le seul candidat qui dit enfin ce que je pense depuis 10 ans ». « Je suis touchée par sa sincérité », assure cette habitante de l’Oise, qui travaille dans le coaching (voir la photo de tête). Sybille ne croit plus non plus à la candidate du RN. « Marine Le Pen n’y arrivera pas. Il y aura toujours un plafond de verre. Elle s’est ramollie pour plaire ». Et ne lui parlez pas des sondages, en berne pour son candidat et en hausse pour Marine Le Pen. « Je n’écoute plus les sondages. Et j’ai coupé totalement les informations depuis trois semaines ». Sybille, qui pense que « ce pouvoir de Macron est une dictature », en veut aux journalistes. « Quand on écoute la presse, il n’y en a que pour Macron. Quand vous parlez d’Eric Zemmour, vous ne parlez que du négatif ». Elle ajoute :

Le jeu des médias est dangereux. Vous êtes dangereux en fait.

Le président du comité Trump France derrière Zemmour

Un peu plus loin, on tombe sur un homme au costume chic et à la cravate orange. C’est Georges Clément, « président du comité Trump France » (voir photo ci-dessous). « Eric Zemmour est le seul homme qui peut actuellement casser le cycle dramatique dans lequel nous sommes », soutient l’homme de 77 ans, qui évoque « l’abandon de la souveraineté française », « la destruction de l’outil militaire » et « l’invasion que nous subissons ».

Lire aussi » Au Trocadéro, Zemmour en appelle « aux patriotes » et à « la droite » pour « déjouer tous les pronostics »

Georges Clément « a voté Le Pen avant ». Mais c’est fini. « Ella a abandonné la souveraineté, le retour au franc, elle dit que l’Islam est compatible avec la France et elle estime que la remigration (proposition du candidat, ndlr) est antirépublicaine ». C’en est trop pour le président du comité Trump France.

zemmour 2
Georges Clément, président du comité Trump France.

Casquette vert militaire vissée sur la tête, Hervé est venu de la Mayenne (voir photo ci-dessous). Il écoute attentivement les prises de parole. « Zemmour dit ce qu’il pense et fera ce qu’il dit. Il dit les choses car ce n’est pas un homme politique. C’est ce qui me plaît », explique cet officier de 70 ans à la retraite. L’ancien militaire en veut aussi à Marine Le Pen, qui visiblement déçoit chez les soutiens d’Eric Zemmour. « Elle est programmée pour perdre. Elle fait l’inverse de ce qu’elle a défendu ces dernières années », pointe-t-il. Hervé ajoute : « Zemmour est le seul qui peut sauver la France. Marine Le Pen veut sauver son parti ».

zemmour 5
Hervé, militaire à la retraite (à droite, sur la photo), venu de Mayenne avec sa famille.

« Le grand remplacement, je le vis au quotidien »

Beaucoup de jeunes aussi sont présents, comme Mathieu, 30 ans, qui apprécie le discours du candidat sur l’immigration. Il dit : « Le grand remplacement, je le vis au quotidien. Ce n’est pas un fantasme, c’est une réalité ». Mathieu attend « qu’il renvoie les gens qui n’ont rien à faire ici ». Joséphine, 23 ans, est sensible également à cette théorie conspirationniste popularisée par l’extrême droite. « Le grand remplacement, je le sens quand je suis la seule blanche dans une rame de métro. Ou quand 100 % des personnes qui m’embêtent dans la rue sont d’origine extra-européenne ». Cette habitante de l’Ile-de-France apprécie aussi « le rapport à l’économie d’Eric Zemmour, le fait qu’il soit souverainiste, protectionniste ». Pour Joséphine, « c’est un vrai patriote ». Les drapeaux tricolores se lèvent autour d’elle. Le candidat ne va pas tarder.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Au Trocadéro, les supporters de Zemmour persistent : « C’est le seul qui dit enfin ce que je pense depuis 10 ans »
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le