« Avortement, le procès de Bobigny » : hommage à Gisèle Halimi

« Avortement, le procès de Bobigny » : hommage à Gisèle Halimi

En hommage à l'avocate et militante féministe Gisèle Halimi, décédée le 28 juillet à Paris, Public Sénat rediffuse le documentaire de Guy Beauché (2005).
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Retour sur le procès historique de Bobigny avec le documentaire de Guy Beauché. En quelques semaines, l'évènement a crée un mouvement d'opinion irréversible aboutissant à la révision de la loi de 1920 qui considérait l'avortement comme un délit en France. On doit à ce procès la dépénalisation de l'avortement dans l'hexagone, qui interviendra en 1975.

En Novembre 1972, le tribunal de Bobigny et le procès qui s'y déroule deviennent un enjeu de la cause des femmes. Une jeune fille de 16 ans doit comparaître. Son crime : avoir décidé d'avorter suite à un viol, à une époque où la loi française interdit l'avortement.

Le manifeste des « 343 salopes »

En avril 1971, elles sont au nombre de 343 à signer un manifeste publié dans le magazine « le Nouvel Observateur », le manifeste des « 343 salopes », pour dénoncer cette loi archaïque. Il faudra ce tragique fait divers pour servir d'exemple et faire bouger la loi.

Avec l'aide de sa mère Marie-Claire Chevallier, la jeune femme va mettre sa vie en danger pour avorter. C'est Gisèle Halimi qui défendra l'affaire Chevallier. Une affaire deviendra la cause de toutes les femmes.

De Gisèle Halimi à Simone Veil

Avant que les politiques ne réagissent et qu'une loi ne soit votée dans l'hémicycle, les médecins vont à leur tour jeter un pavé dans la mare et sortir de leur réserve. En 1973, provoquant la justice, et le conseil de l'ordre, 331 médecins signent un texte en forme de provocation : « Nous pratiquons des avortements, inculpez-nous si vous l'osez. »

L'affaire prend une tournure politique... Et le 18 janvier 1975, il faudra le courage de Simone Veil pour que l'IVG, l'interruption volontaire de grossesse, soit acceptée et reconnue par le droit français.

 

« Avortement, le procès de Bobigny », de Guy Beauché, produit par Cap programmes et Public Sénat, ce vendredi à 22h30, dimanche 2 août à 11h30, et samedi 22 août à 21h.

Dans la même thématique

« Avortement, le procès de Bobigny » : hommage à Gisèle Halimi
3min

Société

Narcotrafic : les dealers « estiment que ce sont eux qui font la loi », déplore cette habitante strasbourgeoise

A quelques pas de la frontière allemande, à Strasbourg, le quartier du Port-du-Rhin a depuis quelques jours retrouvé son calme. Du moins en apparence. Si l’opération « place nette XXL » qui a eu lieu début avril est venue perturber le trafic de drogue, cette tranquillité reste fragile, pour Anne-Véronique Auzet, enseignante à la retraite et habitante du quartier qui a accepté, malgré les risques, de témoigner dans l’émission « Dialogue citoyen ».

Le

Back to school : recreation time at the college
5min

Société

Transidentité : en commission, les sénateurs adoptent la proposition de loi LR visant à encadrer la transition de genre des mineurs

La commission des affaires sociales du Sénat examinait, ce mercredi, une proposition de loi de la droite sénatoriale visant à encadrer les pratiques médicales dans la prise en charge des mineurs souffrant de dysphorie de genre. A l’origine, le texte visait à interdire le recours aux bloqueurs de puberté et à la chirurgie avant 18 ans. Un amendement adopté en commission est revenu sur la première interdiction.

Le

Current affairs question session with the government – Politics
5min

Société

Violences intrafamiliales : les députés et les sénateurs se mettent d’accord sur une proposition de loi sur les ordonnances de protection provisoire

Le 21 mai, 7 députés et 7 sénateurs se sont réunis en commission mixte paritaire pour examiner une proposition de loi, déposée par la députée Renaissance Emilie Chandler le 5 décembre dernier, renforçant l’ordonnance de protection provisoire et créant une ordonnance provisoire de protection immédiate. Une commission mixte paritaire conclusive qui a adopté le texte à l’unanimité : « Tout le monde est d’accord pour aller plus loin dans la protection, personne ne peut se satisfaire des femmes tuées en France », affirme Dominique Vérien, rapporteure du texte au Sénat.

Le