Aznavour: Macron salue “ses chefs d’oeuvre” et “son rayonnement unique”

Aznavour: Macron salue “ses chefs d’oeuvre” et “son rayonnement unique”

Emmanuel Macron a rendu hommage à Charles Aznavour, décédé lundi à 94 ans, affirmant que "ses chefs d'oeuvre, son timbre, son...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Emmanuel Macron a rendu hommage à Charles Aznavour, décédé lundi à 94 ans, affirmant que "ses chefs d'oeuvre, son timbre, son rayonnement unique lui survivront longtemps".

"Profondément français, attaché viscéralement à ses racines arméniennes, reconnu dans le monde entier, Charles Aznavour aura accompagné les joies et les peines de trois générations", a écrit sur son compte Twitter le chef de l'Etat.

"Je l'avais convié à mon déplacement à Erevan pour le sommet de la francophonie, où il devait chanter", a ajouté le président dans un deuxième message.

"Charles Aznavour demeurera à jamais en haut de l’affiche. Celle des poètes et de ceux décidés à empoigner la vie", a de son côté salué le Premier ministre Edouard Philippe dans un message sur Twitter conclu d'un "Chapeau l’artiste !".

Emmanuel Macron est attendu la semaine prochaine, le 10 et le 11 octobre, dans la capitale arménienne pour le 17e sommet du monde francophone.

"Nous partagerons avec le peuple arménien le deuil du peuple français", a précisé le chef de l'Etat.

Charles Aznavour avait accompagné le président Nicolas Sarkozy en Arménie en octobre 2011, une visite durant laquelle avait été inauguré un musée consacré au chanteur.

Emmanuel Macron a convié le chanteur à plusieurs manifestations, dont la dernière a été la réception donnée le 12 septembre en l'honneur du prince héritier du Japon au château de Versailles.

En recevant en janvier le président arménien Serge Sarkissian, alors en poste, il avait salué le chanteur comme "le trait d'union vivant entre la France et l'Arménie".

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Aznavour: Macron salue “ses chefs d’oeuvre” et “son rayonnement unique”
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le