Banlieues: Larcher déplore “l’échec” des politiques d’immigration

Banlieues: Larcher déplore “l’échec” des politiques d’immigration

Gérard Larcher, président du Sénat, a déploré mercredi "l'échec (des) politiques d'immigration, d'intégration, d'éducation et d...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Gérard Larcher, président du Sénat, a déploré mercredi "l'échec (des) politiques d'immigration, d'intégration, d'éducation et d'emploi" dont les banlieues sont aujourd'hui selon lui "le reflet".

"Les banlieues, ça signe aussi l'échec de l'exécutif après cinq années, (mais) ce n'est pas l'échec de ce seul exécutif", a analysé M. Larcher.

"Depuis longtemps, nous voyons que les banlieues sont le reflet de l'échec de nos politiques d'immigration, d'intégration, d'éducation, et surtout d'emploi", a jugé le sénateur (LR) des Yvelines, à l'antenne de BFMTV-RMC.

Soutien de François Fillon à la présidentielle, M. Larcher a assuré que "l'emploi" était la priorité de son candidat, "notamment dans ces secteurs particulièrement défavorisés", appelant également à poursuivre "la politique de rénovation urbaine" de Jacques Chirac.

"Aucune violence n'est légitimable ni tolérable quand on voit des quartiers en feu, des violences", a également lancé M. Larcher, alors que plusieurs incidents se sont produits depuis plus d'une semaine en banlieue parisienne dans le sillage de l'affaire Théo, 22 ans, victime d'un viol présumé lors d'une interpellation le 2 février.

"Par principe, je soutiens l'Etat de droit. L'Etat de droit c'est +aucune violence, d'où qu'elle vienne, y compris de policiers, aucune brutalité n'est acceptable+", a-t-il ajouté, se disant favorable à la saisie de l'inspection générale des services et à l'instruction judiciaire lancée dans cette affaire.

"Théo, son drame doit être respecté (...) les policiers doivent être respectés", a-t-il déclaré.

Dans la même thématique

fra: D Day -International commemorative ceremony at Omaha Beach
11min

Politique

Législatives 2024 : ces circonscriptions où la majorité ne présente pas de candidat face aux LR et à quelques PS

Pour « lutter dès le premier tour contre les extrêmes », la majorité présidentielle a décidé de ne pas présenter de candidat dans une soixantaine de circonscriptions. De quoi peut-être lui permettre de trouver une majorité après le 7 juillet. Si les LR expliquent rester sur une ligne d’autonomie, dans le Nord, le parti a pourtant décidé de ne pas présenter de candidat face à certains candidats soutenus par le parti d’Emmanuel Macron.

Le