Banlieues : Stéphane Troussel dénonce « un mensonge d’Etat »

Banlieues : Stéphane Troussel dénonce « un mensonge d’Etat »

Stéphane Troussel, président socialiste du département de la Seine-Saint-Denis, était l’invité de Territoires d’Info, sur Public Sénat, en partenariat avec la presse quotidienne régionale, ce vendredi. Il a pointé les fortes insuffisances de la politique de la ville du gouvernement. « Il y a des contradictions entre les discours et les actes. Quand le président de la […]
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Stéphane Troussel, président socialiste du département de la Seine-Saint-Denis, était l’invité de Territoires d’Info, sur Public Sénat, en partenariat avec la presse quotidienne régionale, ce vendredi. Il a pointé les fortes insuffisances de la politique de la ville du gouvernement.

« Il y a des contradictions entre les discours et les actes. Quand le président de la République parle des quartiers populaires, très franchement, je pourrais presque signer son propos. (…) Mais entre ce discours bon et bienveillant » et la réalité, « il y a un certain nombre d’actes qui sont en contradictions » note le socialiste. Selon Stéphane Troussel, les choses sont graves :

« Le gouvernement entrave notre capacité à mettre en œuvre les objectifs qu’il a lui même énoncés. C’est en cela que j’ai parlé de mensonge d’état ces derniers jours, car sur ces questions, il y a des sommes affichées depuis des années par des plans successifs et il y a les sommes effectivement dépensées. On est loin du compte et de la réalité. Dans un certains nombre de quartiers populaires et de banlieue, on demande simplement un traitement à égalité de l‘ensemble du pays ».

Le président PS de la Seine-Saint-Denis prend pour exemple le cas de son département. « Un organisme HLM comme le mien, qui a 15 projets de rénovation urbaine à mener, 600 millions de travaux à déployer (…) se fait ponctionner par le gouvernement de 11 millions d’euros par an. Il y a des ministres qui se baladent sur tous les plateaux en disant dormez tranquille, on va compenser tout ça. Mais ça n’existe pas ! » dénonce le socialiste.

Dans la même thématique

Banlieues : Stéphane Troussel dénonce « un mensonge d’Etat »
7min

Politique

Panthéonisation du résistant communiste Missak Manouchian : « Vous entrez ici en soldat avec vos camarades », salue Emmanuel Macron

« La France reconnaissante vous accueille », a déclaré le président de la République pour la panthéonisation de Missak Manouchian et de sa femme Mélinée, lors d’une cérémonie émouvante. A travers lui, ce sont ses 23 compagnons d’armes fusillés par les nazis, et tous les Francs-tireurs et partisans - main-d’œuvre immigrée, les FTP-MOI, à qui la France rend hommage. « La France de 2024 se devait d’honorer ceux qui furent 24 fois la France », a affirmé Emmanuel Macron.

Le

Des agriculteurs bloquent le peage de l’autoroute A43 a Saint-Quentin Fallavier en direction de Lyon et Grenoble – Farmers block the toll of the A43 motorway in Saint-Quentin Fallavier towards Lyon and Grenoble
4min

Politique

Sondage : 91% des Français soutiennent le mouvement des agriculteurs

Selon un sondage Odoxa – Backbone Consulting pour le Figaro, les personnes interrogées soutiennent très largement la mobilisation des agriculteurs. Pire encore, le soutien au mouvement n’a jamais été aussi haut avec 91% des Français (en hausse de 2 points) déclarant approuver le mouvement lancé il y a près de 3 mois.

Le

Banlieues : Stéphane Troussel dénonce « un mensonge d’Etat »
3min

Politique

Passe d’armes entre le Premier Ministre et le RN sur l’agriculture : « Le Rassemblement National dit tout et son contraire » tacle Gabriel Attal

Au cours de sa conférence de presse et quelques heures après avoir proposé un débat à Marine le Pen sur l’agriculture dans le journal Le Figaro, le Premier Ministre est revenu sur la passe d'armes qui l'oppose à la présidente du groupe RN à l’Assemblée. Critiquant les « changements de pied incessants » du RN, le Premier Ministre a taclé l'ex-finaliste à l’élection présidentielle, l'accusant de ne pas être « très à l'aise sur ces questions » et d'avoir « peur que cela se voit ».

Le