Baroin (LR) déplore l’abstention record, appelle à la mobilisation

Baroin (LR) déplore l’abstention record, appelle à la mobilisation

Le chef de file des Républicains François Baroin a déploré dimanche sur France 2 "une abstention jamais vue depuis 1958", reflet...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le chef de file des Républicains François Baroin a déploré dimanche sur France 2 "une abstention jamais vue depuis 1958", reflet des "fractures de la société française" et a appelé son camp à la mobilisation pour le second tour.

Le taux d'abstention "témoigne de la persistance des fractures de la société française", des fractures qui s'étaient déjà exprimées "avec force" lors de la présidentielle, a regretté M. Baroin, après le premier tour des législatives.

"Elles ne sont ni oubliées ni effacées encore moins dépassées ce soir", a souligné le patron de LR, en rappelant qu'à l'issue du premier tour de la présidentielle, un Français sur deux "était prêt à choisir des solutions radicales".

Et au deuxième tour, "16 millions de Français par l'abstention déjà et par le vote blanc (avaient) refusé de se prononcer entre Emmanuel Macron et le FN".

Aux législatives, "l'abstention s'est encore amplifiée" et elle est "extrêmement préoccupante".

M. Baroin a appelé à la mobilisation pour éviter que les pouvoirs soient "concentrés" dans "un seul et même parti".

"Nous disons à tous ceux qui se sont abstenus, qui ont fait un choix différent (...) que notre pays attend des pouvoirs équilibrés et non concentrés dans un seul et même parti", a-t-il ajouté, appelant à un "sursaut" au second tour.

Selon lui, "le deuxième tour opposera dans la plupart des circonscriptions un candidat de la droite et du centre à un candidat En Marche".

Il a estimé que "les Français aspirent à la clarté du débat, à la clarté des convictions, clarté sur les grands choix pour notre pays".

M. Baroin a exhorté son camp à profiter de la semaine de campagne entre les deux tours pour "mettre en lumière les différences entre nos candidats et ceux d'En Marche ! dans un débat projet contre projet".

"Les Français doivent savoir qu'En Marche veut un choc fiscal d'un niveau équivalent à celui que François Hollande a imposé aux classes moyennes", a-t-il notamment cité comme argument pour le deuxième tour.

Il a aussi dénoncé la hausse de la CSG prévue par le gouvernement d'Edouard Philippe qui "va toucher puissamment les retraités, les fonctionnaires, les artisans, les commerçants, les agriculteurs, les indépendants, les épargnants aussi".

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Baroin (LR) déplore l’abstention record, appelle à la mobilisation
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le