Benalla: Macron et le gouvernement montrent un “irrespect total”, estime Le Pen

Benalla: Macron et le gouvernement montrent un “irrespect total”, estime Le Pen

Le gouvernement et le président Emmanuel Macron manifestent un "irrespect total des institutions" dans l'affaire Alexandre...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le gouvernement et le président Emmanuel Macron manifestent un "irrespect total des institutions" dans l'affaire Alexandre Benalla, ancien collaborateur de l'Elysée mis en examen pour violences qui doit être entendu le 19 septembre au Sénat, a estimé mercredi Marine Le Pen.

La ministre de la Justice Nicole Belloubet s'est "(positionnée) comme l'avocat de Benalla. Cela en dit long sur ce gouvernement qui, manifestement, développe un irrespect total pour nos institutions", a déclaré sur RTL la présidente du Rassemblement national (RN, ex FN).

"C'est vrai pour le président de la République, c'est vrai également manifestement pour ses ministres", a-t-elle ajouté.

"Il reste des réponses que les Français n'ont pas obtenues. Le président de la République souhaitait-il mettre en place une police parallèle qu'il comptait manifestement lui confier? Compte-t-il dans l'avenir respecter les institutions ou (...) totalement se libérer du cadre républicain?", a demandé la finaliste de la présidentielle 2017 et députée du Pas-de-Calais.

La commission d'enquête du Sénat sur cette affaire doit entendre le 19 septembre M. Benalla. Ce dernier a dit qu'il viendrait "contraint" à ce rendez-vous après avoir, dans un premier temps, affirmé qu'il ne se rendrait pas à cette convocation, pourtant obligatoire.

La garde des Sceaux elle-même est intervenue dans le débat, relevant qu'"il ne peut pas y avoir d'interférences" entre une commission d'enquête et une information judiciaire. "C'est la raison pour laquelle Alexandre Benalla n'a pas encore répondu à la commission d'enquête du Sénat", a déclaré Mme Belloubet à Tours, s'attirant une réponse cinglante du président de la commission d'enquête, Philippe Bas (LR).

"J'ignorais que [Mme Belloubet] était le conseil juridique de monsieur Benalla", a-t-il ironisé.

"Je ne suis pas le conseil juridique de M. Benalla, je rappelle simplement les principes", lui a répondu Mme Belloubet sur France Inter.

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le