Brexit : Harlem Désir salue la « clarté » apportée par Theresa May

Brexit : Harlem Désir salue la « clarté » apportée par Theresa May

Le secrétaire d’État chargé des Affaires européennes est satisfait de la présentation des objectifs de Londres – une rupture nette – mais précise que le Royaume-Uni a encore du chemin à faire pour accélérer sa sortie de l’Union.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Harlem Désir considère que le discours de Theresa May « apporte de la clarté » sur les objectifs du Royaume-Uni. « Ce qui a été clarifié aujourd’hui c’est que Theresa May a bien dit que le référendum entraînait une sortie complète du Royaume-Uni de l’Union européenne ».

Le secrétaire d’État chargé des Affaires européennes constate également que Londres se veut plus réaliste. « Elle reconnaît que si elle ne veut pas continuer à reconnaître la liberté de circulation des Européens, il n’y aura pas d’accès au marché unique ».

« Nous allons veiller à préserver les intérêts de l’Union européenne »

Ces clarifications faites, il reste au Royaume-Uni à activer l’article 50, pour entamer des négociations rapides, rappelle-t-il. En d’autres termes, comment organiser en deux ans la sortie de l’Union mais aussi comment construire les futures relations bilatérales. « Car il continuera à y avoir de échanges économiques, commerciaux, dans la sécurité, la défense… », anticipe-t-il.

« Il faut que le Royaume-Uni dise nettement comment il envisage des relations futures avec l’Union européene qui seront celles d’un pays qui deviendra un État tiers. »

Les négociations devraient se dérouler en respectant le principe suivant : « préserver les intérêts de l’Union européenne ».

Dans la même thématique

fra: D Day -International commemorative ceremony at Omaha Beach
11min

Politique

Législatives 2024 : ces circonscriptions où la majorité ne présente pas de candidat face aux LR et à quelques PS

Pour « lutter dès le premier tour contre les extrêmes », la majorité présidentielle a décidé de ne pas présenter de candidat dans une soixantaine de circonscriptions. De quoi peut-être lui permettre de trouver une majorité après le 7 juillet. Si les LR expliquent rester sur une ligne d’autonomie, dans le Nord, le parti a pourtant décidé de ne pas présenter de candidat face à certains candidats soutenus par le parti d’Emmanuel Macron.

Le

Paris : Francois Hollande 20 heures sur TF1
4min

Politique

Ces candidats qui font leur grand retour aux législatives

Ils ont été ministres ou Président de la République, ont quitté la vie politique … et choisissent d’y revenir pour les élections législatives. Voici un aperçu des candidats qui font leur retour sur le devant de la scène à l’occasion des élections législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet prochains.

Le