Budget de la PAC : « Macron va-t-il Alstomiser l’agriculture française ? » se demande Marine Le Pen

Budget de la PAC : « Macron va-t-il Alstomiser l’agriculture française ? » se demande Marine Le Pen

Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national et députée du Pas-de-Calais, était en direct du 56e Salon de l’Agriculture. La députée dénonce la baisse annoncée du budget de la PAC.
Public Sénat

Par Marion D'Hondt

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Marine Le Pen était ce matin au Salon de l’Agriculture, à la rencontre des éleveurs et des producteurs. L’élue, ancienne députée européenne et en position non-éligible sur la liste RN, en a profité pour réaffirmer sa vision de l’Europe et la place de l’agriculture dans le budget européen.

Marine Le Pen insiste sur « la situation de force au Parlement européen », qui sera « plus essentielle que jamais » à l’issue du scrutin du 26 mai 2019. Le Rassemblement national est au coude-à-coude avec La République En Marche dans les intentions de vote.

La présidente du Rassemblement national ne croit pas à un maintien du budget de la PAC. Pour elle, « la baisse de la PAC sera une baisse des aides pour les agriculteurs français ». À la suite de la visite d’Emmanuel Macron, samedi, elle s’interroge : « Macron va-t-il Alstomiser l’agriculture française ? »

Pour Marine Le Pen, une « Alstomisation » livrerait l’agriculture française aux prédateurs de toute sorte. Les « prédateurs du bas », avec la loi EgAlim (loi agriculture et alimentation) et la hausse des marges dans la grande distribution. Et les « prédateurs du haut », avec « les sommes faramineuses » versées à l’Europe.

Elle conclut, revenant sur un thème cher au Rassemblement national, l’immigration, positionnant ainsi le programme de son parti : « On veut baisser la PAC pour réorienter ces sommes vers d’autres politiques, dont l’accueil des migrants. »

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le