« Ça va mal dans le monde du logement social », alerte Marc-Philippe Daubresse

« Ça va mal dans le monde du logement social », alerte Marc-Philippe Daubresse

Le sénateur LR du Nord considère que la question de la gouvernance sera déterminante pour enrayer la crise que traversent les bailleurs sociaux. Alors que la conférence de consensus sur le logement livre ses conclusions, l’ancien ministre estime que le regroupement d’organismes devra suivre une logique territoriale.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

La production de logements sociaux est en chute. Sur le plateau de Sénat 360, l’ancien ministre du Logement, Marc-Philippe Daubresse cite notamment les derniers chiffres pour l’Île-de-France : de 2016 à 2017, le nombre de logements sociaux agréés a baissé de 17%, rappelle-t-il. « Ça va mal dans le logement social », constate-t-il, indiquant que le futur projet de loi sur le logement « accélérera » ou « décèlera » cette trajectoire.

Alors qu’une conférence de consensus sur le logement va livrer ses conclusions ce jeudi au Sénat, le sénateur du Nord résume sa pensée dans le regroupement d’organismes HLM qui va s’opérer. « Le mot-clé, c’est territoires » :

« Si vous faites une réforme qui réduit le nombre d’organismes HLM de manière territoriale, vous ferez une bonne réforme. Si vous faites une réforme qui fait une massification financière –  c’est-à-dire des logiques de concentration de capital avec une SA de HLM de Lille qui va en acheter une autre d’Angoulême ou d’Avignon – vous ferez une mauvaise réforme ».

Pour Marc-Philippe Daubresse, la question de la « gouvernance » sera centrale pour dégager un choc de l’offre.

Dans la même thématique

Paris: Rassemblement national deputes legislatives Assemblee nationale
5min

Politique

Rentrée des députés RN à l’Assemblée : « Ils veulent montrer que le chaos et la pagaille, ce n’est pas eux »

Les troupes de Marine Le Pen ont fait leur entrée mercredi à l'Assemblée nationale, et ont promis d'être « irréprochables »afin d'arriver « demain » aux responsabilités. Dans l’hémicycle, le parti à la flamme et ses alliés devraient compter 143 députés, contre 88 en 2022. Il n’a jamais compté autant d’élus au Palais Bourbon.

Le