Catherine Nay : les politiques d’aujourd’hui,  c’est un « encéphalogramme plat »

Catherine Nay : les politiques d’aujourd’hui, c’est un « encéphalogramme plat »

Être journaliste c’est enquêter, analyser l’actualité… mais c’est aussi raconter la vie, le parcours, les choix et les ambitions des acteurs politiques et ainsi mieux comprendre ceux qui exercent le pouvoir. Cette semaine dans « Livres & Vous », Guillaume Erner reçoit Catherine Nay et Eric Roussel, deux grands observateurs de la vie politique de ces dernières décennies.
Public Sénat

Par Aurélien Tillier

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Lorsqu’elle est embauchée à L’Express en 1968, Catherine Nay est chargée par les fondateurs du journal, Jean-Jacques Servan-Schreiber et Françoise Giroud, de brosser des portraits intimes et psychologiques d’hommes politiques. Il lui est donc difficile de choisir aujourd’hui une personnalité plus intéressante que les autres. « L’homme politique qui m’a le plus marqué, c’est toujours celui sur lequel j’écris », confie-t-elle. « C’est donc tour à tour Valéry Giscard d’Estaing, François Mitterrand, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy ».

Mitterrand, une figure mystérieuse

A la rédaction de L’Express, c’est Michèle Cotta qui s’occupait de suivre les socialistes, et Catherine Nay était en charge des gaullistes. A la victoire de François Mitterrand en 1981, la biographe « ne voulait pas vivre sept ans avec un homme qu’[elle] ne connaîssai [t] pas » et entreprit donc l’écriture de son livre Le Noir et le Rouge.
« Ce qui est formidable quand vous faites la biographie de quelqu’un que vous ne connaissez pas, surtout à une période où ses contemporains vivent encore, c’est que si vous connaissez une personne qui l’a connu, alors vous tirez le fil et vous connaissez tout le monde ». En interrogeant la famille, les proches et les collègues du Président, Catherine Nay révèle l’ambivalence, le mystère et la légende construite par Mitterrand lui-même : a-t-il vraiment tenté de s’évader trois fois lorsqu’il était prisonnier des Allemands en 1941 ou seulement une fois comme il le racontait à une Conférence des Ambassadeurs ? Quand et comment est-il parti à Londres pour rejoindre la Résistance ?

Le triangle Chirac

Catherine Nay raconte aussi la rivalité qui faisait rage au sein de la famille Chirac, notamment entre Bernadette, la Première dame, et sa fille Claude, qui s’occupait de la communication de son père.
« Quand Jacques Chirac a été élu en 1995, après la période crépusculaire de la fin de Mitterrand, Le Figaro Magazine disait que la France prenait un coup de jeune. Or, […] Claude a pensé que Bernadette ringardisait son père, donc elle l’a écartée », raconte-t-elle.
La journaliste se souvient même être arrivée en retard à un rendez-vous avec l’épouse du Président, car en demandant « Madame Chirac », on l’avait conduite au bureau de Claude ! Bernadette Chirac, en entendant cette histoire, lui répondit : « Vous ne savez pas que le Président est veuf ? ».

Les politiques d’aujourd’hui, « soit c’est trop lisse, soit ils sont usés »

Si elle a écrit plusieurs ouvrages sur Mitterrand et Chirac, ainsi qu’un livre sur Sarkozy, Catherine Nay trouve moins d’intérêt pour la classe politique actuelle, qu’elle compare à un « encéphalogramme plat ». Moins charismatiques, moins complexes, moins originaux, « soit c’est trop lisse, soit ils sont usés ». Il faudra donc attendre encore un peu pour lire le récit de Catherine Nay sur les coulisses de la présidence d’Emmanuel Macron.

Retrouvez l’intégralité de l’émission « Livres & vous » ici.

« Tu le sais bien, le temps passe. Souvenirs, souvenirs 2 » de Catherine Nay – Ed. Bouquins
« C’était le monde d’avant. Carnets d’un biographe » d’Éric Roussel – Ed. de l’Observatoire

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le