Censure du délit de consultation de sites djihadistes : la fin « d’un délit appuyé sur aucun indice » ?

Censure du délit de consultation de sites djihadistes : la fin « d’un délit appuyé sur aucun indice » ?

L’avocat de la ligue des droits de l’Homme se félicite de la censure du délit de consultation habituel d’un site djihadiste par le Conseil Constitutionnel. Ce délit sanctionnait « une démarche intellectuelle » explique-t-il.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Inscrit au code pénal depuis l’été dernier, le Conseil Constitutionnel vient de censurer le nouveau délit de consultation habituelle de site djihadiste. L’article 412-2-5-2 du code pénal punissait « de deux ans d'emprisonnement et de 30.000 euros d'amende » le fait de « consulter habituellement un service de communication au public en ligne mettant à disposition des messages, images ou représentations soit provoquant directement à la commission d'actes de terrorisme, soit faisant l'apologie de ces actes ». Cet article n'était toutefois « pas applicable lorsque la consultation est effectuée de bonne foi, résulte de l'exercice normal d'une profession ayant pour objet d'informer le public, intervient dans le cadre de recherches scientifiques ou est réalisée afin de servir de preuve en justice ».

Pour l’avocat de la ligue des droits de l’Homme, François Sureau, ce délit sanctionnait « une démarche intellectuelle ». « Le Conseil Constitutionnel a considéré que dans cette mesure on ne pouvait pas créer un délit cognitif, un délit appuyé sur aucun indice. Le simple fait de consulter devenait un délit (…) Il a considéré que ce n’était pas proportionné et que ce n’était pas justifié » explique-t-il au micro de Public Sénat. Des arguments que Me Sureau avait déjà détaillé devant le Conseil Constitutionnel le 31 janvier dernier comme le rapporte le journal Le Monde. Et quant à l’exception de consultation de « bonne foi », le Conseil l’a jugé trop « vague ». Il « ne suffisait pas à justifier une entrave aussi importante à la liberté de penser » explique l’avocat.

François Sureau (Ligue des droits de l'Homme): nous sommes aux antipodes de la philosophie politique" de Philippe Bas
00:57

Contacté par publicsenat.fr, le président LR de la Commission des lois, Philippe Bas a annoncé, ce matin, qu’il déposerait dans les prochains jours une proposition de loi destinée à rétablir un délit « essentiel » selon lui «  à la lutte antiterroriste ». « Nous prendrons en compte la décision du Conseil Constitutionnel, notamment sur l’exemption de bonne foi. Nous allons mieux caractériser ce délit pour se conformer à la décision du Conseil Constitutionnel » a-t-il annoncé. Ce à quoi Me Sureau répond :

« la ligue des droits de l’Homme en général et moi en particulier sommes aux antipodes de la philosophie  politique du président de la Commission des lois du Sénat » (…) la défense de la démocratie passe par l’existence d’un citoyen conscient, qui dans l’exercice de ses libertés intellectuelles, celles de s’informer, celles de réfléchir, n’est contrôlé ni par la police, ni par les juges ».

 

Selon le syndicat de la magistrature, le désormais « ancien » délit de consultation habituel d’un site djihadiste a fait l’objet  d’une quarantaine d’affaires pour un peu plus de vingt condamnations.

(Images et ITW Quentin Calmet)

Dans la même thématique

Current affairs question session with the government – Politics
5min

Société

Violences intrafamiliales : les députés et les sénateurs se mettent d’accord sur une proposition de loi sur les ordonnances de protection provisoire

Le 21 mai, 7 députés et 7 sénateurs se sont réunis en commission mixte paritaire pour examiner une proposition de loi, déposée par la députée Renaissance Emilie Chandler le 5 décembre dernier, renforçant l’ordonnance de protection provisoire et créant une ordonnance provisoire de protection immédiate. Une commission mixte paritaire conclusive qui a adopté le texte à l’unanimité : « Tout le monde est d’accord pour aller plus loin dans la protection, personne ne peut se satisfaire des femmes tuées en France », affirme Dominique Vérien, rapporteure du texte au Sénat.

Le

Lea, au premier jour de sa Vie
5min

Société

Périnatalité : « Infantiliser les femmes ne mène à rien de bon » selon la journaliste Renée Greusard

Le 14 mai dernier, la mission d’information sur l’avenir de la périnatalité auditionnait quatre journalistes spécialistes des questions de grossesse et de parentalité. Une audition qui a permis d’évoquer la question de la santé mentale durant le post-partum, l’information qui est faite autour et l’insuffisance des moyens alloués aux maternités.

Le

Paris : International women s rights day
4min

Société

#Metoo : 150 personnalités réclament une « loi intégrale contre les violences sexuelles »

Ce mardi, Le Monde publie la tribune de près de 150 personnalités, notamment des actrices, appellent à la mise en place d’un ambitieux plan de lutte contre les violences sexuelles et sexistes. Un appel lancé alors qu’Emmanuel Macron a ouvert la voie à une évolution de la définition juridique du viol, pour y intégrer la notion de consentement. La présidente de la délégation sénatoriale aux droits des femmes réclame de son côté une meilleure formation de la police et de la justice.

Le